Plans d’établissements pénitentiaires

Présentation sommaire du fonds des plans d’architecte de l’ENAP disponible à partir du catalogue du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines et de la bibliothèque numérique à l’adresse suivante : http://enap-mediatheque.paprika.net/enap1/

Plans d’architecte des anciens établissements pénitentiaires désaffectés ou disparus de l’ENAP : plus de 600 plans en noir et blanc et couleur dressés entre 1836 et 1975 dans 55 lieux1 sur le territoire et les colonies qui proviennent du Musée national des prisons à Fontainebleau.

Originalité :

  • On rencontre, dans ce fonds, quelques nouveaux établissements cellulaires inspirés des plans d’Abel Blouët puis d’Alfred Normand (Tours, Etampes, Saint-Etienne), recommandés par l’administration pénitentiaire, construits entre 1836 et 1900 mais le système d’organisation le plus fréquemment rencontré est mixte (cellules/dortoirs), souvent adaptés à la nature des bâtiments utilisés, à la catégorie de détenus et aux moyens dont l’administration dispose à l’époque.

Toutes les catégories d’établissements sont concernées : établissements de longues peines comme les maisons centrales (Fontevraud, Cadillac ou Nîmes par exemple), maisons d’arrêt dites prisons de courtes peines (409 documents) dont la Petite-Roquette ou les prisons de Lyon. Enfin, maisons d’éducation surveillée pour les jeunes délinquants (comme Belle-Ile-en-Mer) ainsi que quelques établissements coloniaux (bagnes de Guyane notamment ou établissements algériens).

Typologie :

  • Il s’agit pour l’essentiel de plans de situation, plans de coupe ou de masse d’établissement et de plans d’élévation liés à des projets d’aménagements intérieurs dans des établissements parfois très anciens, pas toujours adaptés afin de répondre aux préconisations du régime cellulaire au cours du 19e siècle. Au siècle suivant, les plans concernent essentiellement des travaux d’entretien ou d’extension des locaux existants.

Si le fonds numérisé des plans des anciens établissements proposés en ligne par l’ENAP ne révèle qu’une infime partie de l’architecture pénitentiaire pendant presque 1 siècle et demi (l’essentiel des établissements étant toujours en activité), il constitue cependant la traduction concrète sur le plan architectural des grands principes philosophiques et politiques autour du sens de la peine (punition et amendement) qui ont surgi au 19e siècle et l’adaptation des missions pénitentiaires à ces principes dans un patrimoine le plus souvent hérité de l’Ancien régime.

  • Accès dans les 2 bases à Saisir en Titre/Auteur/Sujet : plans + nom de la ville


Citer ce billet
Marc Renneville (2010, 6 décembre). Plans d’établissements pénitentiaires. Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncze

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search