Prison de Brest. Un portrait de Pontaniou, entre ombres et lumières …

Cette exposition ne propose pas une approche historique de la prison de Pontaniou. Il s’agit plutôt d’une évocation du lieu, aujourd’hui abandonné. Les textes de cette exposition ont été rédigés par Audrey Higelin-Fusté et les photographies ont été réalisées par Étienne Valois.

Audrey Higelin-Fusté est docteur en Histoire de l’art contemporain. Elle a soutenu sa thèse, intitulée : La prison pénale de 1791 à 1848 : élaborer l’espace de la réclusion, sous la direction de Laurent Baridon, en 2011 à l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble.

Étienne Valois est un photographe brestois militant. Il s’est emparé, comme d’autres photographes avant lui, de la prison de Pontaniou comme objet d’étude. Il nous explique sa démarche :

« Mon approche de la photographie s’est nourrie des souvenirs du labo de mon père, de mes premiers pas en noir et blanc, mais aussi de ma découverte de techniques créatives et surtout d’approches très différentes d’artistes présents sur Flickr. C’est par ce biais que j’ai fait mûrir mon goût pour les photos sociales, réalistes, urbaines, voire « urbex ».

Cette passion pour la photographie a rencontré mon intérêt pour les questions carcérales à Brest. J’ai eu la chance de pouvoir visiter le site de Pontaniou aujourd’hui interdit au public. De cette visite sont issues ces deux séries, deux approches différentes, réalistes et nostalgiques, des restes de cette maison d’arrêt désaffectée depuis 1990…

Pour en savoir plus lire le billet publié par AUDREY HIGELIN-FUSTÉ et ÉTIENNE VALOIS sur le site de Criminocorpus.org


Vous aimerez aussi...