73 – Portrait du jour : François Gilbert, un centurion romain s’invite à Criminocorpus !

« … L’Histoire mène à tout, et surtout à l’écriture – Au début des années 2000, il sort son premier ouvrage traitant de la vie quotidienne du soldat romain. Une dizaine de livres vont suivre, traitant de l’armée romaine et de la gladiature, mais aussi de la femme romaine, parus pour la plupart aux éditions ERRANCE (Actes-Sud). Il y devient directeur de la collection « Histoire Vivante », qui s’appuie sur les travaux des « reconstituteurs »… »

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son soixante-treizième Portrait du jour la rédaction du blog d’informations de Criminocorpus reçoit François Gilbert historien, chercheur associé au CNRS. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation sur l’armée et la gladiature romaines. « Sparteolus L’Affranchi » tome 1 est son premier roman.

La rédaction de criminocorpus c’est un peu comme une institution romaine. Sauf que  nous on fait combattre lors de jeux d’écriture sanglants des professionnels , appelés aussi « forçats de la plume »…

Bienvenue François dans le cercle très prisé des amis du site CriminocorpusPh.P.

Tous les chemins mènent à Rome – François GILBERT suit un cursus en Histoire, mâtiné d’archéologie, à la faculté de Strasbourg. Un autre choix n’aurait pu être possible, car l’Histoire a toujours été une passion familiale dont il s’est nourri, grâce notamment à la généalogie et aux récits. Avec des ancêtres qui ont sillonné le monde sous différents uniformes, il ne pouvait en être autrement. Mais c’est dans une marmite bien plus ancienne qu’il est tombé étant enfant, grâce aux péplums et à la mythologie : l’histoire romaine. A la fin des années 90, il créé (et préside toujours) un des premiers groupes de reconstitution antique en France, nommé PAX AUGUSTA. Sa vocation est de ressusciter la vie de nos ancêtres gallo-romains par le biais de reconstitutions fidèles de costumes, d’outils, d’armes, de savoir-faire, etc., qui sont présentées dans les musées à destination du grand public.

Pendant 10 ans, il travaille dans le milieu de la communication, à Paris puis à Lyon, comme concepteur-rédacteur. C’est là qu’il affûte sa plume, qu’il met ensuite au service d’entreprises désireuses de raconter leur histoire. Quant à l’histoire romaine, elle n’est pas délaissée, puisqu’il rédige régulièrement des articles dans plusieurs revues spécialisées sur l’Antiquité. Après avoir été membre du conseil scientifique de la « Mission Alésia », en charge de la création d’un musée sur le site de la bataille, il est aujourd’hui chercheur associé au CNRS à la Maison de l’Orient à Lyon (UMR 5138).

L’Histoire mène à tout, et surtout à l’écriture – Au début des années 2000, il sort son premier ouvrage traitant de la vie quotidienne du soldat romain. Une dizaine de livres vont suivre, traitant de l’armée romaine et de la gladiature, mais aussi de la femme romaine, parus pour la plupart aux éditions ERRANCE (Actes-Sud). Il y devient directeur de la collection « Histoire Vivante », qui s’appuie sur les travaux des « reconstituteurs ». La vulgarisation est le dénominateur commun de toutes ses entreprises : livres, BD, conférences, documentaires TV ou docu-fictions. Son premier roman, sorti il y a quelques jours, coédité par Tautem et Jean-Marie Desbois éditeur, est pour lui une nouvelle façon de toucher le grand public et de le convertir à sa passion.

Instruire et divertir – Ce qui l’intéresse avant tout, c’est de témoigner des mentalités antiques, si différentes des nôtres, de la vie quotidienne des « sans-grade », et des réalités trop souvent oubliées au profit des clichés qui persistent. L’ambition de l’auteur est avant tout pédagogique : instruire et divertir. La toile de fond historique est rigoureusement respectée. Il est inutile d’inventer des épisodes majeurs ou de changer la personnalité des figures historiques, par commodité scénaristique, car la réalité est suffisamment spectaculaire pour se suffire à elle-même. Pour ce premier opus (comme pour les suivants ; deux suites sont déjà écrites et attendent leur tour), le scénario est construit à partir d’un simple fait ou d’une anecdote rapporté par un auteur antique. L’imagination et la documentation brodent le reste, avec pour impératif de rester crédible, sans trop en rajouter. Cette première intrigue se déroule sur une dizaine de jours à peine, et prend des allures d’enquête policière, car le « héros » (qui est un des rares personnages inventés) est un vigile, à la fois pompier et policier de nuit. Dans les prochains tomes, ses horizons vont s’élargir, car le jeune affranchi Clemens sera amené à visiter l’Empire et à vivre des aventures qui nous feront découvrir de nouvelles facettes de la civilisation romaine.

Résumé du tome 1 – Rome a un nouveau sparteolus : Mamercus Æmilius Clémens, un de ces vigiles qui luttent contre les incendies et les truands. Il ne fait pas bon traîner la nuit dans les rues de la Rome impériale, capitale plongée dans le désarroi et la peur. L’empereur Tibère s’est exilé à Capri, abandonnant à Séjan une partie du pouvoir, la Ville et ses habitants. Le préfet du prétoire règne en maître, opérant des coupes claires dans les rangs de ses adversaires. C’est dans ce climat délétère que le jeune Clémens se voit affranchi malgré lui de sa condition d’esclave. Cette liberté inattendue et déroutante l’oblige à prendre son destin en main. Dans ce chaudron surchauffé qu’est la Ville, le travail ne manque pas et réserve autant de surprises que de rencontres singulières, à commencer par ces fantômes qui apparaissent parfois la nuit… Bientôt, Clemens va plonger dans les noirceurs des coulisses de son époque.

https://tautem.fr/

https://www.facebook.com/tautem.fr/

http://editions.geneprovence.com/

https://www.facebook.com/editions.jmdesb


Vous aimerez aussi...