Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2013/01

Voeuxxxxxxx !

 

Comme la plupart d’entre vous j’imagine, j’ ai reçu de nombreux méls, cartes, courriers pour 2013.

Certains font preuve d’originalité, d’humour… et je ne résiste pas au plaisir de vous faire profiter de ceux que m’a adressés Arnaud Gobin, réalisateur avec lequel j’ai eu le plaisir de travailler à plusieurs documentaires : j’ai un faible pour les treize clients de la brasserie « au cénacle » de Jérusalem !

Voeux 2013

 

Et lannée commence par une excellente nouvelle :

Criminocorpus fait peau neuve !

Inspirée par un sondage réalisé auprès de ses utilisateurs, la nouvelle version se veut plus simple, plus dynamique et plus efficace. Elle est prête à accueillir de nouveaux contenus, dès le début de l’année 2013.

Le site profitant des dernières technologies, nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur préféré si vous rencontrez des difficultés d’affichage.

Voici quelques nouveautés à découvrir :

– une page d’accueil dynamique
à chaque visite, différents contenus à l’affiche
http://criminocorpus.cnrs.fr/

– une nouvelle bibliothèque virtuelle
principal support de la rubrique « sources », elle permet la citation à la page des Archives de l’anthropologie criminelle. Elle est prête à accueillir de nouveaux documents, notamment, en 2013, des pièces exceptionnelles de la collection Philippe Zoummeroff
http://criminocorpus.cnrs.fr/bibliotheque/

– une nouvelle Bibliographie d’histoire de la justice française
prochainement compatible zotero, la bibliographie réalisée par Jean-Claude Farcy offre déjà quelques améliorations dans l’interface de consultation avec la recherche par mots en autocomplétion et la possibilité de limiter une recherche sur un intervalle de temps de publication (en mode « recherche détaillée »)
http://criminocorpus.cnrs.fr/bibliographie/recherche/

– un moteur de recherche  innovant
accessible dans le coin haut droit de l’interface, le moteur « maison » de la plateforme cherche nos trois sites : plateforme, revue et blog

– des expositions mises à jour
les expositions ont été reprises dans un nouveau module permettant la citation à la page
http://criminocorpus.cnrs.fr/expositions/

– des chronologies plus claires
toutes les chronologies sont désormais plus lisibles. Une variante d’affichage en frise est à l’étude
http://criminocorpus.cnrs.fr/outils/115/

– un glossaire des termes techniques et des noms propres
contactez-nous pour ajouter des définitions, des fiches biographiques ou des textes de lois

– une meilleure ouverture aux réseaux sociaux
de nombreuses pages peuvent être signalées  d’un simple clic sur Facebook et Twitter

 

1. Des livres, des articles…

 

Fabien BENOIT et Olivier GUENIAT, Les Secrets des interrogatoires et des auditions de police. Traité de tactiques, techniques et stratégies, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romanes, 2012, 55 CHF.

Secrets interrogatoires et auditionsComment un suspect avoue-t-il ? Pourquoi ment-il ? Pourquoi un témoin n’est-il pas toujours fiable ? Comment se comporter face à une victime ? Comment procéder à l’audition d’enfants, d’une personne malade ou enfermée dans le mutisme ? Outre les éléments déterminants récoltés au cours de l’enquête, le principal facteur de réussite d’un entretien de police réside dans le comportement, les connaissances et l’expérience de l’enquêteur. Ce livre présente les tactiques, les techniques et les stratégies permettant d’optimiser les résultats escomptés lors d’interrogatoires et d’auditions. Il propose au lecteur d’acquérir et de maîtriser les principales connaissances requises et d’en mesurer les enjeux. Il expose l’état des lieux, présente les nombreuses situations auxquelles les professionnels peuvent être confrontés et, sur la base d’exemples pratiques et de cas vécus, propose de nombreuses solutions. Un ouvrage de référence complet, sans équivalent en langue française, issu des longues an- nées de pratique et de recherche des auteurs.

Voir la fiche sur le site de l’éditeur

■ LEVY-AKSU Noémi, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane, 1879-1909, Paris, Khartala, 2012, 348p., 29,00 € TTC (ISBN 9782811107925).

Une excellente nouvelle que cette publication de la thèse de Noémi Lévy consacrée à la police de l’Istanbul de la fin du XIXe siècle :

Ordre et desordre IstanbulCapitale de l’Empire ottoman, ville-port caractérisée par une grande diversité ethnique et confessionnelle, Istanbul est à la fin du XIXe siècle une métropole de près d’un million d’habitants, où les enjeux liés à l’ordre public sont particulièrement sensibles. Avec les Tanzimat (réformes de l’État ottoman) et les changements économiques et sociaux du long XIXe siècle, la définition de l’insécurité, le dispositif de maintien de l’ordre et les formes de contestation de l’ordre établi connaissent d’importantes transformations. C’est cette nouvelle configuration qui est ici étudiée, de la fin des années 1870 à 1909, période marquée par le règne autoritaire d’Abdülhamid II et la révolution jeune-turque de 1908.

Confronté aux défis posés par les migrations, les contestations politiques et les nouvelles formes de sociabilité, le pouvoir fait de la préservation de l’ordre politique, social, moral et religieux une priorité absolue. L’institutionnalisation de la police et son déploiement dans la capitale ont pour corollaire une redéfinition des priorités de l’action des forces de l’ordre et de leurs modes d’intégration dans la ville, processus qui s’inscrit dans un mouvement européen de réforme du maintien de l’ordre. L’ouvrage se concentre sur les nouvelles formes d’interactions, de coopérations ou de rivalités entre les différents acteurs de l’espace urbain : l’institution policière, principale responsable du maintien de l’ordre dans la capitale, les « agents intermédiaires » tels les bekçi (veilleurs de nuit) ou les kabadayı (sortes de caïds), et la population locale.

Des déviances quotidiennes à la stigmatisation des classes populaires arméniennes, des rondes policières à la pression sociale dans les quartiers, cet ouvrage offre un éclairage nouveau sur les multiples facettes des relations entre l’État et la société à la fin de l’Empire ottoman. Il apporte aussi une contribution originale à l’historiographie de l’ordre public et du maintien de l’ordre en Europe.

 Historienne de l’Empire ottoman, Noémi Lévy-Aksu est docteure de l’EHESS et maître de conférences au département d’histoire de l’Université du Bosphore à Istanbul.

 [Rappel pour les amis de fraîche date : On trouvera dans J.-M. Berlière et alii (dir.), Métiers de police : être policier en Europe (XVIIIe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2008, pp. 261-273, un texte de la même historienne « Savoirs savoir-faire dans la police ottomane au tournant des XIXe et XXe siècles » qui aborde le transfert et la construction des savoirs policiers et notamment le rôle d’un policier de la PP appelé comme expert à Istanbul dans les années 1880.]

Ernest RAYNAUD, La Vie intime des commissariats, réédition Paris, Le Mercure de France (Le temps retrouvé) présentée par Sandrine Fillipetti, 2012, 305p., 7,80 Euros

La vie intime des commissariatPrésentation de l’éditeur

“Comme le poète, le commissaire est appelé à se pencher sur la misère humaine, à y compatir et à la soulager ; comme le soldat, il est appelé à protéger et à défendre ses concitoyens à ses propres risques, quelquefois au péril de sa vie même, et s’il est forcé de sévir, il a licence, comme le prêtre, de pardonner et d’absoudre”. Le Code et la Muse sont-ils incompatibles ? Pas à en juger la vie d’Ernest Gabriel Nicolas Raynaud (1864-1936), commissaire de police et membre de la Société des poètes français. Dans La vie intime des commissariats se côtoient en effet préfets et littérateurs, inhumations matinales, crimes horrifiques et constats d’adultère, rivalités de services et manoeuvres tortueuses, rondes dans les théâtres subventionnés et les lieux de plaisir… Ernest Raynaud revendique la fonction pacificatrice de son métier, celle d’avant le glissement sémantique qui métamorphosera le “gardien de la paix” en “représentant des forces de l’ordre”. La vie intime des commissariats livre un témoignage savoureux, savamment émaillé d’anecdotes, de remarques piquantes et de citations choisies, sur l’exercice du métier de commissaire de quartier, se faisant tout autant l’écho des crises politiques traversées et des milieux artistiques et littéraires de son époque que des pratiques culturelles du Paris populaire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe.

 [NB : comme tous les livres de souvenirs d’Ernest Raynaud, ce premier tome est un bijou pour qui s’intéresse à la police au temps du préfets Lépine certes, mais également au Paris et à la société parisienne de la Belle Époque.]

Voici le CR que j’avais donné du livre à la Quinzaine Littéraire :

>> En mettant fin en 1827 aux fonctions de Vidocq à la tête d’une « brigade de sûreté » dont l’origine officieuse remontait à 1811, le préfet Delaveau était loin d’imaginer que cette décision allait être à l’origine d’un genre littéraire nouveau appelé à un succès durable : les mémoires de policiers qui aujourd’hui encore sont un genre qui connaît un succès éditorial respectable si on en juge par les succès et rééditions des ouvrages des Borniche, Van Loc, Broussard et autres Le Taillanter.

Le genre a fleuri et s’est développé à la fin du XIXe siècle dans la mouvance du succès du « detective novel » intié par Gaboriau et popularisé par Conan Doyle. Contemporain de Macé, Goron, chefs de la Sûreté qui ont, après Vidocq et Canler, laissé une œuvre prolifique, Ernest Raynaud n’est pas un limier à proprement parler.

Entré à la Préfecture de police en 1886 comme secrétaire suppléant de commissariat au quartier du Val de Grâce, il devient successivement secrétaire de commissariat — ce sont alors de véritables commissaires-adjoints — Porte de la Chapelle, puis officier de paix — c’est le commandant des gardien de la paix d’un arrondissement, un « flic de trottoir » dont « la vigueur des jarrets » importe plus « que le jugement » — dans les 19e, 12e et 7e arrondissements, avant d’accéder au graal en ceignant l’écharpe tricolore de « commissaire de la Ville de Paris » d’abord à Saint-Lambert, « un quartier déshérité, un tronçon de banlieue, un reste de l’ancien village de Vaugirard avec des cours de fermes, des tas de fumier et des poules dans les rues », puis à Montparnasse où il termina sa carrière.

On l’aura compris, Raynaud n’est pas un « grand flic » mêlé aux affaires criminelles de son époque, celles dont des lecteurs avides suivent développements et rebondissements dans une presse qui fait ses choux gras d’un fait divers criminel qui lui a fait mettre « le sang à la une ». Plus que la chasse aux voleurs et assassins, c’est le quotidien du magistrat, le juge de paix officieux, le conseiller conjugal, le pacificateur des mille petits conflits de la vie quotidienne d’un quartier parisien qu’il nous donne à voir et c’est beaucoup plus rare et précieux.

Des quatre livres de mémoires que nous a laissés Raynaud, qui tous concernent les années 1890 – 1914, la république des crises — boulangiste, anarchiste, nationaliste, antisémite — c’est le 3e que le Mercure de France a choisi de rééditer. Ces mémoires présentent une grande originalité par rapport aux ouvrages de ses confrères : poète, émule de François Coppée, admirateur de Baudelaire et du Parnasse, protecteur d’un Verlaine que ses excès mettent parfois en fâcheuse posture vis-à-vis de la loi, Raynaud dresse un tableau pittoresque, souvent savoureux, de la société parisienne à la charnière de deux siècles. Il le fait à travers le quotidien, les fonctions d’un flic ordinaire, d’un policier de terrain. Peintre des mœurs et des habitants, d’une capitale qui se compose encore de quartiers qui sont autant de villages aux spécificités et caractères bien marqués, il nous offre une plongée dans un Paris disparu, celui de l’univers d’Atget..

De ses constats d’adultères retracés avec une verve réjouissante, à l’épisode de Fort Chabrol, c’est un flic bien singulier et en même temps exemplaire que nous suivons dans les rues d’un Mont-Parnasse véritable enclave bretonne dans Paris ou d’un 7e arrondissement où alternent terrains vagues et maisons de tolérance destinées à la troupe. Observateur passionné de la vie culturelle et politique de son temps, il nous entraîne aussi dans les théâtres, à la Chambre des députés où l’amènent ses fonctions successives et en profite pour dresser portraits et évocations qui ne manqueront pas d’intéresser les amateurs.

Mais c’est surtout dans la peinture de la « vie intime » des commissariats qu’il a fréquentés, dans les évocations parfois hilarantes, toujours surprenantes de ses collègues, dans la description des métiers de police si variés qu’il évoque avec réalisme que son livre apporte beaucoup. L’un de ses principaux intérêts est de nous faire comprendre le métier, les fonctions, les rouages, les avantages et difficultés d’une vraie police « de proximité » — on parlait à l’époque d’îlotage sur le modèle londonien. Une police au rôle modérateur et pacificateur, créatrice de lien social, protectrice des citoyens et des lois que s’efforça de bâtir le préfet Lépine qui ne cessait de répéter à des troupes qu’il essaya tant bien que mal de « policer » qu’une police aimée et respectée des citoyens est une police efficace. Au-delà du pittoresque, de l’inattendu, de l’incongru, du sordide, ce livre a donc de profondes résonnances contemporaines en rappelant les vertus essentielles d’une police qui, en dépit de l’image noire qui était déjà la sienne et dont elle avait hérité des régimes précédents, était intégrée à une population parisienne qui l’acceptait plus aisément qu’aujourd’hui en dépit de ses missions coercitives et répressives. Le préfet Lépine qui a beaucoup œuvré à ce rapprochement et beaucoup fait pour effacer l’image des « cognes » et des « sergots » léguée par le Second Empire se réjouit dans ses Souvenirs avec l’orgueil et l’indulgence d’un père, des “pressions prolongées” exercées lors des services d’ordre par les gardiens – sous prétexte de “maintenir l’alignement” – sur “les appâts des blanchisseuses [qui] “protestaient pour la forme tout bas, mais se laissaient faire. Les maris n’y trouvaient rien à redire et moi non plus, cela prouvait que la police rentrait en grâce auprès de la population”. Cet épisode inspira à Raynaud une parodie d’un poème de Sully Prud’homme qu’il intitula « Le songe du Préfet de police »et dédia à un préfet qu’il admirait :

« Tes gardiens

« Traînent de tout Paris l’implacable anathème.

« En dépit du métier si tu veux qu’on les aime

« Choisis nous les, beaux de visage et de maintien

« Nous saurons, en retour, par un sûr stratagème,

« faire de nos maris tes plus fermes soutiens,

« et ta sagesse aura résolu le problème

« de rendre la police aimable aux citoyens.”

« J’ouvris les yeux, rêvant aux étalons modèles

« du Perche et du Rouergue, enrôlant, pêle-mêle,

« tout ce qu’on put trouver de gaillards bien formés.

« J’ai compris la plastique et qu’à l’heure où nous sommes

« mes agents se devaient d’être les plus beaux hommes

« et depuis ce jour-là, je les sais tous aimés.

À lire en complément ?

M.-F. Goron, L’Amour criminel, réédité par André Versaille éditeur, 2010

J.-M. Berlière, C. Denys, D. Kalifa, V. Milliot (dir), Métiers de police en France et en Europe (18e-21e siècles), PUR, 2008

J.-M. Berlière, Aux origines de la police moderne (réédition de Le Préfet Lépine aux origines de la police moderne), Perrin/Tempus, 2010

D. Kalifa, P. Karila-Cohen (dir.), Le Commissaire de police au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008.

Jonathan DUNNAGE, Mussolini’s Policemen: Behaviour, Ideology and Institutional Culture in Representation and Practice, Manchester, Manchester University Press, 2012, 240p., 75 €

Un livre important (comme tout ce que produit Jonathan Dunnage) pour la compréhension de l’attitude de policiers et carabinieri confrontés au régime fasciste.

Du même auteur, on lira avec intérêt l’étude de cas qu’il avait consacrée à la police de Bologne (The Italian Police and the Rise of Fascism: A Case Study of the Province of Bologna, 1897-1925, Greenwood Press, 1997, 198p., 90,50€)

[Based on original research using official documents, this illuminating account of the role of the police in the rise to power of Mussolini reveals the internal workings of the Italian Liberal policing system, the tensions between its different branches, and problems related to the shifting demands of its wheeler-dealer political masters. Explanations of the support that the Italian police gave to the fascist movement are to be found not only in the profound social, economic, and political transformations characterizing the years immediately following the First World War, but also in Italy’s post-unification administrative system. Police support for the Fascists was often morally, if not physically, coerced by the Fascists themselves, while administrative ambiguities and weaknesses hampered any police attempts to repress the movement. The rise of fascism and its support from the police was the logical end result of a tradition of “private solutions” to problems of law and order. To illustrate this, the book examines the policing of the socialist movement between 1897 and 1918 before analyzing in detail the relationship between the police and the facist movement after the First World War, with a view to comparing behavioral trends emerging during both periods.]

NB : Les “amis” qui veulent découvrir les travaux de J. Dunnage en français et les prodromes de ce travail pourront se reporter à deux textes : « La Police et le fascisme italien » in J.-M. Berlière et D. Peschanski (dir.), Pouvoirs et Polices au XXe siècle, Bruxelles, Complexe, 1997, pp. 29-61 et « Des fervents de l’état totalitaire aux tenants du ‘quieto vivere’ : le personnel policier dans l’Italie fasciste » in J.-M. Berlière et alii, Métiers de police…, Rennes, PUR, 2008, pp. 509-521.

Diego GALEANO, Escritores, detectives y archivistas: La cultura policial en Buenos Aires, 1821-1910, Buenos Aires, Editorial Teseo, 2009, 192p., 18,20€

Escritores detectives

Durante el año 2007 la Biblioteca Nacional realizó un concurso de becas de investigación al que llamó “Félix de Azara”, homenajeando al viajero y naturalista español que dejó registros literarios y cartográficos de la región y que, en los tramos finales de la vida colonial, realizó una distribución de tierras en la frontera norte de la Banda Oriental, secundado por el entonces capitán de Blandengues José Artigas. El concurso convocó a proyectos orientados a recopilar y analizar los distintos modos de conocimiento de la región durante el siglo XIX: imágenes, mapas, descripciones, historias, relatos de viajeros. Un jurado integrado por Susana Cella, Patricia Funes y Julio Vezub seleccionó cinco proyectos para ser financiados, referidos al estudio de materiales que existen en los fondos patrimoniales de la Biblioteca. Diego Galeano, en el marco de este concurso, escribió este libro sobre la cultura policial durante el siglo XIX.

Jacques-Emile MILHAU, Approche de la loi du 15 juin 2000 : silence et paroles d’aveu en question, APARIS, édilivre, éditions universitaires, 2011, 156p., 21€

Quels sont les enjeux de la Loi du 15 juin 2000 ? La loi du 15 juin 2000 était destinée au renforcement de la présomption d’innocence et des droits des victimes. Quelles vont être ses conséquences ? Alors que le droit au silence est remis en question au Parlement en 2011, ces sujets concernant l’équilibre des droits des parties (et des victimes) sont d’autant plus d’actualité.

Karine Saint-Denis, La Force de l’urgence, Cowansville, (Québec), éditions Yvon Blais, 166 pages, ISBN/ISSN : 978-2-89635-712-3.

La force de l'urgenceComment les policiers agissent-ils dans une situation d’urgence ? Sont-ils bien préparés à faire face à de telles situations et à utiliser leur arme de service ? Quelles sont les conséquences professionnelles, sociales et personnelles de leur intervention armée ?

 Fruit d’une recherche étalée sur cinq ans, cet ouvrage cherche à comprendre le contexte et les conséquences de l’emploi de l’arme de service par les policiers. L’auteure brosse un portrait de cette part de la réalité policière par le biais de diverses recherches interdisciplinaires et par des exemples pratiques et de nombreux extraits d’entrevues qui viennent concrétiser ces analyses.

 Un ouvrage qui intéressera tous les policiers, qu’ils aient déjà vécus de telles situations d’urgence ou qu’ils veulent mieux s’y préparer.

 Aperçu de la table des matières

L’urgence : un contexte particulier d’intervention

L’urgence, le risque et l’événement

L’urgence et la force policière

Une recherche québécoise : méthode et contexte

Vers une description policière de l’emploi de la force

La formation policière au Québec

La compréhension policière du contexte d’intervention

Le temps limité et la menace du contrevenant

La préparation mentale et les limites policières

 

2. Call for papers, séminaires, Colloques,

journées d’études

CONFERENCE ANNOUNCEMENT & CALL FOR PAPERS

Cultural Representations of Crime and Policing:

Scottish and International Perspectives, Past and Present

West Park Conference Centre,

University of Dundee

16-17 April 2013

Speakers include: Professor Sue Black, Professor Peter King, Professor Niamh Nic Daeid, Dr Chris Murray and Linda Stratmann.

The Scottish Institute for Policing Research and the School of Humanities, University of Dundee, invite proposals for papers to be presented at this two-day conference. The conference is the fourth in a series of events funded by a Royal Society of Edinburgh Arts & Humanities Network Award on the theme of Crime and Policing in Scotland: Past and Present. The network is intended to provide a unique forum for researchers to engage with police and criminal justice practitioners, with the aim of sharing and enhancing mutual knowledge and research agendas and providing an opportunity for contemporary Scottish crime and policing issues to be considered from an international historical perspective.

The aim of the conference is to explore the ways in which crime and policing have been understood and portrayed in popular culture from the Enlightenment to the present day. The focus will be on both the Scottish experience and the wider international context. Key themes will include the extent to which cultural representations of crime and policing — for example print and visual media, both fictional and non-fictional — differ from realities, and how far media portrayals shape popular understandings of crime and policing. Central to these discussions will be the question of what causes cultural representations and perceptions of crime and policing to change over the longer term. The event is aimed at a wide range of academic disciplines, criminal justice practitioners, and cultural media, with a view to stimulating interdisciplinary dialogue on the conference themes.

Proposals for individual 20 minute presentations will be considered and should be submitted by 15th January 2013 to Dr Murray Frame at m.frame@dundee.ac.uk Please include a short biography and a brief abstract (c.250 words) of your proposed paper. We will let you know as soon as possible after 15th January if we can include your paper in the programme.

Conference fees:

Full conference registration & dinner: £195.00

Two-day conference registration only: £170.00

One-day conference registration only: £85.00

Conference dinner: £25.00

When you register we will provide you with details of accommodation and travel options.

Session Crime and Gender 1500-1900: New Perspectives

Annual Conference of the Social Science History Association

Chicago, IL 21-24 November 2013.

The organizers of the Session Crime and Gender 1500-1900: New Perspectives in the Criminal Justice/Legal History Network, invite proposals for papers presented at the Annual Conference of the Social Science History Association in Chicago.

 The Criminal Justice/Legal History Network is part of the Social Science History Association (SSHA) and the European Social Science History Conference (ESSHC). It is made up of historians, sociologists, economists, criminologists, geographers, lawyers, and other academics and independent scholars who are interested in the history of crime, policing and the law. Members include both scholars focusing on statistics and those exploring the meanings of historical developments.

We are looking for papers that present new perspectives on crime and gender between 1500 and 1900. We are particularly interested in broad questions regarding recorded male and female crime in a historical, global, comparative or long term perspective.

Paper proposal deadline: 20 January 2013

Session organizers:

Manon van der Heijden, University of Leiden, The Netherlands (m.p.c.van.der.heijden@hum.leidenuniv.nl)

Marion Pluskota, University of Leiden, The Netherlands (m.pluskota@hum.leidenuniv.nl)

The Prison and the Public

The prison and the public

27 March 2013

Edge Hill University

Plenary speakers:

Dr Jamie Bennett (Governor of HMP Grendon, Research Associate at the Centre for Criminology, University of Oxford, and Editor of the Prison Service Journal).

Eric Allison (prisons correspondent for the Guardian newspaper, trustee of the Shannon Trust and a former prisoner).

This one-day conference will focus on the relationship and interface between the prison and the public. The imposition of state punishment has historically kindled the public imagination and, as such, the ‘private’ world of the prison has become increasingly exposed through a range of modes. The aim of this conference is to explore the variety of means through which the prison becomes connected with the public and vice versa. This conference will be multi-disciplinary, topics will include:

Representations of prisons in film, TV and literature • The relationship between the prison, prison service and the public • The role and methods of the media and journalism in relation to the prison • Academic analysis (criminological, historical) of the prison and the public • The construction, purpose and diversity of prison exhibitions • Visual images of, and from the prison in art and photography.

Speakers will include academics, writers, practitioners, artists, journalists, archivists and curators and those who work within TV and film. Selected contributions to this conference will be published in a special edition of the Prison Service Journal.

Please submit an abstract of about 250 words and a short biography by Friday 22 February 2013 to either Alyson Brown (browna@edgehill.ac.uk) or Alana Barton (bartona@edgehill.ac.uk. To book whether giving paper or just attending see www.ehu.ac.uk/booktheprisonandthepublic

Université de Liège

Après-midi de recherche du Département de Science politique de l’Université de Liège (ULg) le mercredi 15 mai 2013.

Pour sa sixième édition, il sera placé sous le signe de la thématique générale suivante : « (In)sécurité ou (in)sécurités ?».

Comme pour les précédentes éditions, la philosophie du Département de Science politique de l’ULg n’est pas de limiter les séminaires à une approche particulière de la Science politique. L’intérêt de cet événement est de débattre autour d’un objet d’étude en mêlant diverses disciplines (approches politologiques, juridiques, historiques, sociologiques, philosophiques, économiques, etc.).

Pour mener à bien l’organisation de cet événement, nous lançons un appel à contributions qui proposera une approche originale sur « (In)sécurité ou (in)sécurités ? ». La communication de chaque intervenant durera au maximum 20 minutes, afin de laisser une quinzaine de minutes au discutant ainsi qu’à l’assemblée pour débattre de la contribution présentée.

Une publication découlera de cet événement. Tous les intervenants auront la possibilité de publier leur communication – après évaluation externe positive – dans un ouvrage collectif portant sur le thème de l’Après-midi de recherche. Les contributions ne devront pas dépasser 35.000 signes (espaces compris).

Nous attendons vos résumés (maximum 300 mots) pour le 15 février

2013 et vos contributions pour le 15 avril 2013, au plus tard. Les résumés et contributions sont à transmettre à Sophie Wintgens () et à Geoffrey Grandjean ().

L’Après-midi de recherche se tiendra à l’Université de Liège, Faculté de Droit et de Science politique, Département de Science politique, Boulevard du Rectorat, 7, Bât. 31, 4000 Liège. Les frais de déplacement seront à charge des participants. « Insécurité ou insécurités ? »

Journée (In)-sécurité à LiègeJournée (in)-sécurité à Liege

METIS

 

METIS – Le renseignement et les sociétés démocratiques (séminaire de recherche)

Saison 10 (automne 2012) : Le renseignement en réseaux

 

Programme des prochaines séances :

 – Lundi 14 janvier 2013 17h30 : Jean-François CLAIR, inspecteur général de la police nationale, ancien directeur adjoint de la DST : « Réseaux d’espions et réseaux terroristes, ressemblances et dissemblances »

 

Informations pratiques : À partir de 18h00 au 56 rue Jacob 75006 Paris (1er étage).

Inscription : metisseb@gmail.com

 

■ Colloque jeunes chercheurs sur la privation de liberté

Le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris 1 UMPR CNRS 8058) organise à Paris, en mars 2014 le 2ème colloque jeunes chercheurs sur la privation de liberté. Cette initiative prend appui sur le séminaire mensuel de recherche « Enfermements, Justice et Libertés dans les sociétés contemporaines », animé par Pierre V. Tournier, depuis 2007.

Les actes du 1er colloque qui s’était tenu en mars 2012, en présence d’une centaine de participants, ont été publiés, en juin de la même année, aux Editions L’Harmattan sous le titre « Enfermements. Populations, Espaces, Temps, Processus, Politique ».

Ce deuxième colloque est conçu sur le même modèle que celui de 2012. Il offre l’occasion à des étudiants en master 2, doctorants ou jeunes docteurs ainsi qu’à de jeunes professionnels de présenter leurs travaux de recherche devant un public composé de leurs pairs et leurs ainés. Défini par un « champ de recherche », la privation de liberté, ce colloque est naturellement ouvert à toutes les disciplines scientifiques concernées : anthropologie, architecture, démographie pénale, droit, économie, ethnologie, géographie, histoire, médecine, philosophie, sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication, sciences du psychisme, sciences politiques, sociologie.

Le champ du colloque couvre le champ de compétence du Contrôleur général des lieux de privation de liberté : locaux de garde à vue de la police et de la gendarmerie, les cellules de dégrisement, les cellules de retenue des douanes, les dépôts des Palais de Justice, les centres éducatifs fermés pour les mineurs délinquants (CEF), les établissements pénitentiaires, les lieux destinés à la prise en charge médicale des personnes privées de liberté, et en particulier les secteurs psychiatriques des centres hospitaliers (internement psychiatrique), l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris, le centre socio-médico-judiciaire de sûreté (Fresnes), les centres et locaux de rétention  administrative, zones d’attente des ports, aéroports et gares.

Toutes les thématiques classiques ou nouvelles sont concernées. Les communications peuvent être également centrées sur des questions théoriques et /ou méthodologiques. Elles peuvent porter sur la France ou sur un autre pays (le « ou » étant non exclusif). « Jeunes chercheurs » et « jeunes professionnels » étrangers sont, bien évidemment, tout aussi concernés que les français.

Agenda

Les « jeunes chercheurs » (et « jeunes professionnels ) intéressés sont invités à remplir une fiche de proposition de communication (voir fiche jointe) et à l’envoyer avant le 30 avril 2013

(pierre-victor.tournier@wanadoo.fr).

– La sélection des propositions se fera avant le 30 juin 2013.

– Les auteurs des propositions retenues devront envoyer leur contribution avant le 1er novembre

2013.

– L’acceptation définitive, par le comité, des contributions se fera au plus tard le 31 décembre

2013

Ne pourront présenter une proposition que les étudiants en master 2 (2012-2013), les doctorants,

les docteurs ayant soutenu leur thèse après le 1er janvier 2011, les élèves en cours de formation

initiale dans les écoles d’application (ENAP, ENM, ENPJJ, ENSP, EOGN, etc.) ou les

professionnels en fonction depuis le 1er janvier 2011.

Les propositions seront examinées par un comité scientifique constitué de Lucie Bony, Olivier

Boitard, Christian Chevandier, Pascal Décarpes, Eric Kania, Jean-Manuel Larralde, Olivier

Milhaud, Amélie Nuq, Arnaud Philippe, Anne Simon, Caroline Touraut et Pierre V. Tournier.

Comme en 2012, les auteurs de communication auront à prendre en charge leurs frais de

déplacements et d’hébergements ou se les faire prendre en charge par leur institution.

Le colloque sera gratuit et ouvert à toutes et à tous (étudiants, enseignants-chercheurs,

chercheurs, acteurs de la sécurité, de la justice, du travail social et du soin, élus, militants

syndicaux, associatifs et politiques, etc.).

Lu dans la dernière livraison (7 janvier) de L’hebdomadaire indisciplinaire

Arpenter le Champ pénal de P.V. Tournier cette nouvelle qui ne manquera pas d’intéresser les « amis » qui avaient suivi les péripéties de la naissance aux forceps d’une section de criminologie au CNU lors du précédent quinquennat

 

La criminologie : le retour

 

Cergy-Pontoise, lundi 28 janvier 2013, 8h30, « Revaloriser la criminologie en France », 1er atelier de la Conférence pluridisciplinaire des directeurs de centres de recherches et de diplômes en criminologie organisé par le Centre d’étude et de rechercheen sciences criminelles de Cergy-Pontoise (CERSC) et le Centre de droit pénal de Lyon

(CDP).

Pourquoi vouloir revaloriser la criminologie en France ?

La criminologie fait l’objet, depuis 2009, d’un vif débat au sein de la communauté scientifique française. Une grande majorité des universitaires et des experts s’est accordée pour déplorer un manque de lisibilité des formations et regretter un trop fort cloisonnement des disciplines œuvrant dans ce champ de recherche. Or la solution préconisée par la Conférence Nationale de Criminologie en 2010, qui a conduit le précédent ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche à créer sans véritable concertation, une section de criminologie au sein du Conseil National des Universités (CNU) n’a pas entraîné l’adhésion de la plupart des enseignants-chercheurs. Aussi, l’arrêté du 13 février 2012 portant création de cette 75ème section – qui a fait l’objet d’un recours devant le Conseil d’Etat -, a-t-

il été abrogé par la nouvelle ministre le 6 août 2012.

Le temps est donc venu de rechercher la concorde et de faire des propositions concrètes.

Cette nécessité de renouer le dialogue et de proposer est d’autant plus pressante qu’ont été

publiés, le 17 décembre 2012, les résultats des « Assises nationales de l’enseignement supérieur » sans aucune mention de la criminologie et que seront publiés, en 2013, les conclusions de la « Conférence de consensus de prévention de la récidive» organisée par le Ministère de la justice.

Aussi, la Conférence pluridisciplinaire des directeurs de centres de recherche et de diplômes en criminologie, se propose-t-elle de réunir, en marge de ces deux manifestations, des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des experts de toutes disciplines (juristes, sociologues, médecins, psychologues, démographes, etc.) désireux de s’accorder, sinon sur la définition de la criminologie, du moins sur les liens susceptibles d’être développés entre les différentes spécialités qui la compose et sur les moyens à mettre en oeuvre pour la revaloriser.

Il s’agit concrètement d’essayer répondre aux questions suivantes :

– Comment concevons-nous l’enseignement et la recherche en criminologie en France ? Plus

particulièrement, comment intégrer la nécessaire transversalité dans un système académique qui y est si peu prédisposé ?

– Comment rendre visibles les travaux universitaires en criminologie pour proposer aux décideurs publics et aux médias une analyse alternative à celle des criminologues médiatiques autoproclamés ?

– Quels enseignements peut-on tirer des expériences étrangères ?

– Qu’avons-nous à proposer en lieu et place de la section « 75 » ?

Programme

8h30 : Accueil des participants

9h-9h20 : Présentation de l’Atelier, Olivier Cahn, directeur du Centre d’études et de recherches en sciences criminelles de Cergy-pontoise, Xavier Pin, co-directeur du Centre de droit pénal de Lyon.

9h20 – 10h20 : Le caractère pluridisciplinaire, transdisciplinaire ou indisciplinaire de la

criminologie, Pierre V. Tournier, directeur de recherches au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et Fabien Jobard, directeur du Centre d’études sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)

10h20-10h30 : Pause

10h30 – 11h30 : Les méthodes de la criminologie, Véronique Gautron, membre du Laboratoire droit et changement social de Nantes

11h30 – 12h30 : La place de criminologie dans les politiques publiques en France : savoirs et

pratiques, Alain Blanc, président de l’Association française de criminologie (AFC)

14h – 15h : Le lien entre le droit pénal et la criminologie, Philippe Conte, directeur de l’Institut de criminologie et de droit pénal de Paris

15h -16h : Les lieux de recherche et de formation en criminologie, Sylvie Cimamonti, directrice du Master en sciences criminelles d’Aix-Marseille ou Muriel Giacoppelli, directrice de l’Institut des sciences pénales et criminologiques d’Aix-Marseille

16h10 – 17h : L’habilitation et la labellisation des diplômes, Laurence Leturmy, co-directrice du Master criminologie et victimologie de l’Université de Poitiers

17h-18h : La qualification des docteurs par le CNU (débat)

 

– Lieu : Université de Cergy-Pontoise, Site des Chênes, 33, Boulevard du Port 95011 Cergy

Pontoise, Tél. 01 34 25 60 00

Accès en voiture : depuis Paris : porte Maillot direction la Défense. A86 suivre Cergy-Pontoise.

A15 Direction Cergy Pontoise, sortie 9 (serrer à gauche).

Accès en RER (45 min. depuis Châtelet – Les Halles), RER A Direction Cergy-le-Haut, arrêt Cergy

Préfecture.

Accès en train : Depuis la gare Saint-Lazare ou Nanterre-Université, arrêt Cergy Préfecture.

* Contact : Christelle Chenelle / 01 34 25 60 16, Inscription: christelle.chenelle@u-cergy.fr

 

« État des lieux de la mémoire »

Colloque 18-19 janvier

 

4. Quelques nouvelles du réel

Acteurs publiques 1

Acteurs publiques 2

 

5. Sur l’internet

 

■  Le site CRIMINOCORPUS essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux questions de justice, prison, police… accueille désormais la Lettre aux amis et le blog Politeia qui la relaie et archive les anciens numéros…

 

Un site étonnant : “mapping the bomb census”.

Les impacts des bombes allemandes durant le blitz (7 octobre 1940/6 juin 1941)


http://bombsight.org/#9/51.4300/-0.5136

http://bombsight.org/#9/51.4300/-0.5136

■  D’autres nouvelles qui ne manqueront pas d’intéresser à divers titres un certain nombre d’amis :

Les archives de Bad Arolsen :

Le CICR remet la gestion du Service international de recherches

29-11-2012 Communiqué de presse 12/230

Genève (CICR) – Le CICR se retirera prochainement de la gestion du Service international de recherches (SIR) de Bad Arolsen après l’avoir dirigé et administré pendant plus d’un demi-siècle. Le SIR a été créé en 1943 dans le but de répondre aux questions de millions de familles ayant perdu le contact avec des proches pendant la Seconde Guerre mondiale.

 http://www.icrc.org/fre/resources/documents/news-release/2012/11-29-germany-its.htm

 à quoi servent (aussi) les rapports de police !

Le cauchemar des chercheurs et des archivistes :

http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/11/26/police-confettis-parade-thanksgiving_n_2192598.html?ncid=edlinkusaolp00000003

  et parce que Microsoft est un ami qui nous veut du bien notamment quand on possède des fichiers dans des versions devenues obsolètes de word par exemple : http://unsustainableideas.wordpress.com/2012/11/26/response-open-letter-obsolete-ms-formats/

7. Polémique : le communisme est-il soluble dans l’alcool1 ?

 

Suite à la diffusion dans la Lettre aux amis (2012/ 05) de la lettre ouverte de Stéphane Courtois au président de l’université Paris / Jussieu à propos d’un rapport de thèse pour le moins surprenant, Jean-Jacques Marie (historien trotstkiste auteur de nombreux ouvrages notamment sur Staline) m’a adressé un long courriel et me demande de diffuser ses remarques critiques.

La Lettre aux amis n’est pas un journal et le droit de réponse n’est pas une obligation, mais comme la diffusion du texte de S. Courtois sortait de son champ et que j’en suis le seul responsable, je m’en voudrais de ne pas donner la parole à la critique – très polémique et pour tout dire gênante par l’excuse qu’elle semble donner aux crimes commis par le régime soviétique du fait des exactions du camp d’en face – d’une lettre qui a suscité enthousiasme chez quelques lecteurs et sévères remarques chez un autre.

Ceci dit comme je n’envisage pas de faire de la Lettre aux amis un champ d’affrontements sur un objet somme toute généralement (mais pas toujours !) éloigné des préoccupations d’une majorité de ses lecteurs, ce sera une première et une dernière.

J’ajouterai que dans ce décompte des victimes, des horreurs, des crimes et des massacres, ces derniers/dernières s’additionnent et ne se soustraient pas : dénoncer les crimes des uns ne saurait justifier et encore moins innocenter les criminels du camp d’en face (et réciproquement ! aurait ajouté P. Desproges).

Que le clergé& orthodoxe ou les cosaques se soient conduits criminellement ne justifie en aucun cas la suite…

 

 

« A J M Berlière

J’ai lu dans le précédent numéro des Amis de la police et de la gendarmerie que je dépouille toujours avec beaucoup d’attention la longue lettre de Stephane Courtois contre Mme Benhaim. Je ne connais pas Mme Benhaim ; j’ignore tout du problème de la défense de thèse qui a suscité cette lettre ; je n’ai évidemment aucune raison d’en savoir quelque chose. Je n’en dirai donc rien . De plus qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son et vice-versa. Cela fait deux raisons pour n’en rien dire.

En revanche certaines affirmations de Stéphane Courtois au cours de la leçon d’histoire du « communisme » qu’il délivre à cette occasion méritent quelques brefs commentaires, tant elles prennent des distances sérieuses avec la vérité.

Stéphane Courtois évoquant le rapport secret de Khrouchtchev au XX ème congrès du PCUS écrit :« Khrouchtchev n’y a dénoncé que l’assassinat par Staline de quelques apparatchiks du parti (…) Le rapport secret n’a été qu’une immense mystification, une remarquable opération d’autoamnistie collective de la direction soviétique et d’amnésie forcée pour toute la population puisque les quelques crimes dénoncés par Khrouchtchev étaient désormais les seuls crimes autorisés » et faisant référence à une universitaire qui a salué le « courage » de Khrouchtchev il ajoute : « De quel courage peut-il bien s’agir chez ce grand criminel qui est venu expliquer qu’il n’était au courant de rien et que c’est son chef qui était responsable de tout ? Il s’agit en réalité d’une suprême lâcheté. »

Selon lui Khrouchtchev, donc, « n’a dénoncé que l’assassinat de quelques apparatchiks du parti ». C’est faux. Et il est aisé de vérifier que c’est un mensonge en se plongeant, non pas dans le chapitre de son propre livre sur le rapport secret dont avec un sens aigu de la publicité Courtois recommande la lecture, mais dans le texte du rapport secret lui-même

Certes Khrouchtchev y défend d’abord l’appareil du PCUS et ses bons apparatchiks , mais il ne se limite pas à cet aspect ; il dénonce aussi les traitements brutaux infligés aux médecins arrêtés dans le cadre de l’affaire dite des Blouses blanches. Sans doute ces médecins n’étaient-ils que 37 mais ils n’étaient pas des apparatchiks du parti ; et surtout Courtois, qui consacre quelques lignes à la déportation des 520.000 Tchetchènes (soit dit en passant il s’agit des Tchetchènes et des Ingouches réunis), oublie que Khrouchtchev en parle. Courtois écrit « C’est en février 1944 que Staline ordonna la plus grande opération de déportation de l’histoire mondiale : 520.000 Tchetchènes, absolument toute la population : hommes, femmes ,enfants, vieillards. » Mais Khrouchtchev en dit plus que lui dans son rapport où il évoque cette déportation et celle de trois autres peuples

« Ainsi dès la fin de 1943 quand se produisit une brèche sur tous les fronts de la grande guerre patriotique au bénéfice de l’Union soviétique, la décision fut prise et mise à exécution de déporter tous les Karatchaïs des terres sur lesquelles ils vivaient. A la même époque, fin 1943, le même sort advint à toute la population de la république autonome des Kalmouks. En mars 1944 tous les Tchetchènes et tous les Ingouches ont été déportés et la république autonome tchetchène-ingouche a été liquidée. En avril 1944 tous les Balkars ont été déportés dans des endroits très éloignés du territoire de la république autonome kabardo-balkare et la république elle-même fut rebaptisée république autonome kabarde.

Non seulement un marxiste-léniniste, mais tout homme de bon sens ne peut comprendre comment il est possible de tenir des nations entières responsables d’activité hostile, y compris les femmes, les enfants, les vieillards, les communistes et les komsomols, au point de recourir contre elles à la répression massive et de les condamner à la misère et à la souffrance en raison d’actes hostiles commis par des individus ou des groupes d’individus. » On admettra que les « apparatchiks du parti » ne formaient qu’une petit minorité des 520.000 Tchetchènes et Ingouches déportés et que ,je m’excuse de me répéter, Khrouchtchev en dit là-dessus plus que Courtois. Ce dernier aurait pu à juste titre s’indigner que Khrouchtchev ne dise mot de la déportation des Coréens de la région de Vladivostok et Khabarovsk, de celle des Allemands de la Volga et d’ailleurs ou des Tatares de Crimée, mais pour ce faire il aurait dû d’abord admettre que Khrouchtchev avait dénoncé la déportation des Tchetchènes-Ingouches. On le voit , Stephane Courtois n’est pas un historien très fiable même sur les sujets que maîtrise ce « spécialiste internationalement reconnu .»

Courtois ensuite s’indigne : « L’un des reproches les plus grotesques et les plus déshonorants de Mme Benhaim à mon encontre est sa leçon de traduction sur le mot « liquidation » .J’aurais donné « une fausse citation de Staline « remplaçant le mot « liquider les koulaks « par « exterminer les koulaks ». Que vient faire ici le conditionnel. Il « aurait donné », non ,il « a donné ».Staline a écrit « liquider les koulaks en tant que classe » et Courtois trafique sa citation en remplaçant « liquider » par « exterminer » alors que sa profonde connaissance du russe lui permettrait aisément de traduire par le mot juste. Certes on peut parfaitement expliquer que la formule de Staline est hypocrite( comme tant d’autres) que l’affirmation de la liquidation de la prétendue « classe » des koulaks en tant que telle dissimule une volonté de massacre ,mais le b-a-ba d’un historien ( surtout d’un « spécialiste internationalement reconnu du communisme» comme s’autoproclame en toute modestie Stéphane Courtois) consiste à faire une citation exacte qu’il peut ensuite interpréter à son goût. Courtois truque la phrase de Staline. Il accumule les paragraphes pour mieux refuser de le reconnaître et pour conclure « Refuser d’admettre que liquider signifie exterminer relève du négationnisme ». Si cela est si évident pourquoi dès lors remplacer dans le texte de Staline« liquider » par « exterminer » ? Si dans les citations on se met à remplacer le texte exact par des synonymes adaptés aux besoins d’une démonstration on risque d’aller loin.. Le déshonneur frappe donc le trafiquant d’une citation et non Mme Benhaim qui l’a signalé ( même si ,comme le dit Stéphane Courtois, cela n’avait rien à faire avec le sujet de la thèse.)

Après cela Courtois se lance dans un long développement historique sur les koulaks dont on ne voit pas en quoi il justifie le trafic du membre de phrase de Staline dont les actes suffisent à illustrer la politique. Que Stéphane Courtois ne soit pas à une approximation, près, on le voit encore quand il qualifie Mélenchon qualifié d’ « ex-socialiste[ce qui est vrai] et vrai trotskyste [ce qui est ridicule] » . Mélenchon le fut certes il y a près de quarante ans, mais Stéphane Courtois est bien placé pour savoir que les emballements de la jeunesse ne persistent pas toujours, loin de là, à l’âge adulte, (rarement même d’ailleurs). Sa phrase est sans doute un héritage du stalinisme qui voyait des trotskystes partout…

Avec une cohérence plus que douteuse , Stephane Courtois affirme à deux pages de distance : « il n’y a pas de légitimité en histoire, seulement des récits et des analyses confirmés par des preuves documentaires » puis déclare : « la dimension intrinsèquement criminelle des régimes communistes du XX éme siècle a été officiellement reconnue et condamnée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe le 25 janvier 2006 . » C’est certes à la mode aujourd’hui , mais depuis quand une Assemble parlementaire a-t-elle une quelconque légitimité pour légiférer sur l’histoire ?Et comment peut-on s’appuyer sur un vote de ce type pour confirmer sa conception si l’on affirme qu’ « il n’y a pas de légitimité en histoire seulement des récits et des analyses ».

Or Stéphane Courtois utilise par deux fois ce genre de vote pour tenter de légitimer ses affirmations .La seconde est particulièrement significative. Il écrit « Le Parlement ukrainien a voté(..) une loi établissant la nature génocidaire de la répression bolchevique et stalinienne en Ukraine. » Ah le bon parlement ! Mais si l’histoire reconnue o u imposée varie au fil des majorités parlementaires la vie de l’historien risque de ne pas être facile.

Courtois signale ensuite que « Holodomor est un nom équivalent à celui de la Shoah pour les Ukrainiens. » (Et pour lui ? On devine que oui) Nous y voilà ! Même les plus acharnés à dénoncer dans la famine de 1932-33 une volonté d’affamer les Ukrainiens n’ont jamais affirmé que Staline voulait « exterminer » (pour reprendre ce verbe chéri de Stéphane Courtois dès qu’on parle de l’URSS) les Ukrainiens. Or la Shoah, chacun le sait, c’est la mise en oeuvre de la solution finale visant à exterminer tous les juifs , à les effacer de la surface de la terre. L’assimilation des deux reprise par Stéphane Courtois aboutit à atténuer la portée de la « solution finale ».

Stéphane Courtois brandit l’ « extermination » à tout propos dès qu’il s’agit de l’URSS. Certes la répression contre les cosaques a été brutale, mais elle n’a jamais visé à les exterminer. Certains d’entre eux sont d’ailleurs entrés dans l’armée rouge où ils se comportaient comme dans l’armée blanche et souvent rêvaient toujours d’égorger les « communistes »…même sous la bannière de Boudionny.

Rappelons ensuite que la guerre civile en Russie de 1917 à 1921 a été extrêmement violente, une lutte à mort pour les deux camps, donc impitoyable des deux côtés. Mais Courtois ne connaît qu’un côté. Faut-il rappeler les déclarations des chefs et idéologues blancs – qu’à ma connaissance Courtois ne cite jamais (mais je n’ai pas lu tous ses chefs d’oeuvre !) ? Kornilov : « Même si nous devons brûler la moitié de la Russie et verser le sang des trois quarts de sa population nous le ferons si c’est nécessaire pour sauver la Russie. » Leonide Andreïev : « Là où l’on fusille les gens comme des chiens, règnent la paix, la prospérité et un sens très fin de la légalité » « L’amiral Koltchak : « Mon but premier fondamental est d’effacer de la face de la Russie le bolchevisme et tout ce qui est lié à lui, de l’exterminer et de l’anéantir »et pour conclure Alexeiev: « Nous nous battions contre le bolchevisme pour l’exterminer[eh oui « l’exterminer ! ](…) Nous considérions qu’il fallait effacer de la surface de la terre non seulement les bolcheviks ,mais tous ceux qui d’une façon ou d’une autre[ce qui fait beaucoup de monde et confine à l’extermination selon Courtois] les touchaient.(…)Nous considérions que tout ce qui avait un rapport avec le bolchevisme devait être épuré par le feu et par l’épée. » Voilà qui donne une idée de la nature du combat à la vie à la mort entre les deux forces opposées.

Ajoutons un point : lorsque les cosaques entraient dans un village juif de Biélorussie ou d’Ukraine ils ne laissaient en général pas un seul habitant en vie : à leur sortie la ou les rues était encombrée (s) de cadavres ,en particulier des cadavres des femmes et des fillettes qu’ils avaient violées puis éventrées en leur plongeant parfois in fine, suprême élégance, leur sabre dans le vagin. Parfois ils brûlaient les habitants dans leurs cahutes. Ils n’avaient pas attendu la guerre civile pour cela. En 1915 lors du transfert massif des populations juives de la Pologne russe avers l’est les habitants de Zaremba-Kostselna en août 1915, se voient ordonner de quitter le village à une heure fixée. Certains tardent Les Cosaques encerclent le village, y mettent le feu, laissent les Polonais sortir, mais refoulent les Juifs brûlés vifs. Ne s’agirait-il donc dans tout cela que de détails ?

Courtois évoque « l’extermination » prétendu du clergé orthodoxe – par ailleurs parsemé de popes bénisseurs de pogromes. Ce clergé massivement du côté des blancs, furieux de la séparation de l’église et de l’état, de la séparation de l’église et de l’école, de l’instauration d’un état –civil ,du droit du divorce ( que le clergé ne peut plus monnayer auprès des riches !), du droit à l’avortement et de la nationalisation de ses terres, décidés par les bolcheviks, a certes, été brutalement réprimé, mais présenter cette répression comme une entreprise d’extermination c’est une mauvaise plaisanterie qui illustre la portée réelle de la manie exterminatrice de Stéphane Courtois. Les bolcheviks ont d’ailleurs dès la fin de la guerre civile organisé une scission de l’Eglise orthodoxe dite L’Eglise vivante, dont j’ai eu le plaisir amusé de rencontre un survivant en 1978, le dissident Anatoli Lévitine-Krasnov. On était donc loin d’une politique « exterminatrice. »

Courtois s’indigne ensuite qu’on insiste sur la portée d’une interview dans Le choc du mois en citant les noms de deux personnalités, dont un homme dit « de gauche », qui s’y expriment aussi. Il utilise la vieille technique des staliniens qui multipliaient les phrases du genre : Mr X, qui n’est pas au PC, affirme son accord avec ce qu’écrit l’Humanité sur la bombe A. Mme Z ,catholique fervente, se prononce comme nous contre le planning familial et Jean-Paul Sartre qui n’a rien à voir avec nous reconnaît que « la liberté de critique est totale en URSS. »Le choc du mois a été fondé par François Brigneau ,qui s’est engagé dans le milice le 6 juin 1944 . Un vrai démocrate donc. Choisir un mensuel fondé par un ancien membre de la milice pour affirmer l’identité nazisme= communisme ou vice-versa ne manque pas de sel. Le reste n’est que mauvaise littérature.

Trois brèves remarques pour finir : Stéphane Courtois déclare que Manouchian, de la MOI, n’était ni compétent ni courageux : pas compétent parce qu’il ne s’est pas aperçu qu’il était filé (par des professionnels, ce qu’il n’ était pas) et pas courageux parce qu’il n’a pas pu ou su se servir de son arme quand il a été arrêté. Combien de militants opérant dans des conditions de clandestinité se sont trouvés piégés de la même façon ! Mettre en cause leur « compétence » et leur courage avec une telle morgue et incompétence bureaucratique est plus ridicule qu’odieux.

Stephane Courtois qui se proclame « spécialiste internationalement reconnu du communisme » profite de cette lettre pour annoncer que son grand œuvre « Le livre noir du communisme » marque une étape décisive dans le renouvellement de l’historiographie du communisme ». Il nous, en donne comme preuve que la traduction allemande a été préfacée par un pasteur devenu président de l’Allemagne, qu’il a reçu une « lettre de félicitation » de Lionel Jospin « pour cet ouvrage fondamental » et obtenu aussi les félicitations de Jean-Paul II, deux célèbres connaisseurs de l’histoire l’un et l’autre. Rappelons que le premier a, des années durant, avec un souci relatif de la vérité, rejeté sur son frère une appartenance politique qui avait été d’abord la sienne avant d’être rattrapé par ses propres mensonges. Quant au second, pour ne prendre qu’un seul fait, sa défense et protection permanentes du patron des Légionnaires du Christ le polygame, pédophile et escroc Marcial Maciel en dit long sur son souci de la vérité dès lors que les intérêts matériels et politiques du clergé catholique et du Vatican sont en jeu . Cette double caution n’est donc pas bourgeoise. Puisque Stéphane Courtois semble tant apprécier les hommages des grands de ce monde pour valider son apport historique à l’histoire du communisme, espérons pour lui que le roi du Maroc ou de Jordanie se joindront bientôt à ce chœur officiel de louanges.

Stéphane Courtois nous informe enfin qu’il prépare la publication de son 72 éme volume. Bravo ! Qui ne s’en réjouirait ? J’attends le centième avec impatience. Mais la lecture des pages qui figurent dans le dernier numéro des Amis de la police et de la gendarmerie me fait craindre que la transformation hégélienne de la quantité en qualité n’exige encore beaucoup plus que les témoignages admiratifs de Jospin et Jean Paul II.

Jean-Jacques Marie

1 Les connaisseurs auront reconnu le titre d’un recueil fort ancien des blagues et histoires que les soviétiques utilisaient pour dénoncer par l’humour (et ils excellent dans cet art) les conditions qui étaient les leur au paradis du socialisme réel… Prix de la meilleure blaque 5 ans de Goulag (Philippe et Antoine Meyer, Seuil/Point histoire, 1979 à lire ou relire…)

8. Pub (ou il ny a pas que la police dans la vie !)

 Ce n’est pas vraiment un scoop, mais il ne faut pas rater les deux derniers livres d’Erik LARSON, Le Diable dans la ville blanche (livre de poche) qu’on peut trouver un peu long et didactique et Dans Le jardin de la bête (Cherche Midi) qui ne sera pas sans vous rappeler la « trilogie berlinoise » de Philip Kerr…



Vous aimerez aussi...