76 – Portrait du jour : Valérie Valeix, auteure d’une série policière écologique : Crimes et Abeilles,

“… Tout comme Hergé qui ne s’était jamais caché de s’être inspiré de Benjamin Rabier, je ne cache pas m’être inspirée de la série TV « Le Sang de la Vigne » J’aimais cette promenade dans les vignes, moi qui n’ai jamais bu une goutte d’alcool ! J’ai d’ailleurs fais savoir à l’un des auteurs, JP Allaux qu’il avait été une source d’inspiration, il m’a répondu par un aimable petit mot …” 

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son soixante seizième  Portrait du jour la rédaction du blog d’informations de Criminocorpus reçoit Valérie Dias Valeix, auteure d’une série policière écologique : Crimes et Abeilles, parue aux Editions du Palémon sous le pseudonyme de Valérie Valeix ( 3 tomes sortis à ce jour, le 4ème en décembre prochain).

Les enquêtes ont lieu en milieu apicole, dans diverses régions, résolues par une jeune apicultrice consultante très engagée en partenariat avec la gendarmerie locale ( enquêtes supervisée par un ancien colonel de gendarmerie).

Bienvenue Valérie sur le carnet criminocorpus !

______________________________________________________________________________________

“J’ai été longtemps démonstratrice en cosmétique dans divers grands magasins parisiens. Par amour de l’Histoire, j’ai répondu à un appel radio de Thierry Lentz et me suis engagée à la Fondation Napoléon comme copiste informatique des lettres de l’Empereur pour les éditions Fayard.

À 39 ans j’ai passé mon DAEU (Bac adulte) et entamé deux folles années d’études anglophones à la Fac de Nanterre (par correspondance) Puis j’ai déménagé en Normandie et suis retournée à la passion familiale : l’apiculture en fondant les Ruchers d’Audrey du nom de ma fille et de l’héroïne de Crimes et Abeilles. En 2016 je donne naissance à ma fille, en 2017 à mon bébé littéraire, Échec à la Reine – Editions du Palémon premier tome de cette série policière écologique. Suivi depuis par le T2 La  fumée du Diable – Editions du Palémon » (octobre 2017) « Confession d’un pot de miel – Editions du Palémon » sorti en mars 2018 et à paraître en décembre « Abeilles, crimes et Champagne » 4ème aventure d’Audrey l’apicultrice situé en région…Champagne, Reims pour être exacte.

J’ai été élevée par mes grands-parents et nourrie au lait de l’Histoire, contemporaine mais pas uniquement. Beaucoup de lectures classiques notamment la comtesse de Ségur dans mes jeunes années. Ado, j’étais et suis restée une fan inconditionnelle de Juliette Benzoni que j’ai eu l’honneur de connaître et même de fournir en miel.

Je pensais alors que ma voie littéraire ne se ferait que dans le roman historique. J’ai dans mes tiroirs un roman d’aventures ayant pour cadre le 1er Empire qui n’a pas trouvé preneur malgré le fait qu’il « ait tout ce qu’il faut » selon Caroline Lépée alors directrice de collection chez Ixo (2006) Ceci dit je ne désespère pas de lancer une seconde série polars historiques en parallèle de Crimes et Abeilles dont le héros serait un homme laissé pour mort à Waterloo.

Je travaille durant les siestes de ma fille (2 ans et demi) ! Ainsi que le soir après dîner quand elle reste avec papa. Soit environ 3 heures, 3heures trente non consécutives !

Audrey l’héroïne est uniquement inspirée physiquement par une actrice de série Elodie Fontan (vue dans Clem, Alysée) Blonde aux yeux foncés. Pour le gendarme Steinberger qui évolue à son côté dans le T1 et T2 ainsi que dans sa vie sentimentale : il est en partie inspiré par Alain Bernard, nageur pro et ancien gendarme et pour le caractère, entre Ventura et Belmondo : un gros dur au cœur tendre qui ne se lâche pas souvent. Il sera d’ailleurs ultérieurement recruté par la DGSI ce qui aura une influence sur les enquêtes d’Audrey. On peut aussi parler de polar Est/Ouest : Audrey qui vit dans le sud ouest est bohême tandis que Stein, le strasbourgeois a une rigueur toute germanique , j’en profite pour préciser que germanique ne signifie pas uniquement allemand mais belge, jurassien, suisse etc…

Tout comme Hergé qui ne s’était jamais caché de s’être inspiré de Benjamin Rabier, je ne cache pas m’être inspirée de la série TV « Le Sang de la Vigne » J’aimais cette promenade dans les vignes, moi qui n’ai jamais bu une goutte d’alcool ! J’ai d’ailleurs fais savoir à l’un des auteurs, JP Allaux qu’il avait été une source d’inspiration, il m’a répondu par un aimable petit mot.

A la fin du T1, j’ai commencé à démarcher les maisons d’éditions, j’ai d’emblée renoncé aux grandes qui m’avaient allègrement recalée avec mon roman historique. Une ne voulait pas de la série seulement d’un opus sans suite ce qui ne me permettait pas de développer tous les thèmes chers à mon cœur : le métier d’apiculteur, les divers produits de la ruche, le terroir, l’écologie en général même si c’est un vaste domaine, je dirai tout ce qui touche à la nature et je ne me fais pas que des amis !

J’ai rencontré mon éditeur au centre commercial ! En septembre 2015, j’étais alors en vacances à Sarlat , pas très loin d‘où était située l’action. Un jour de pluie, je suis allée au supermarché du coin, pour tuer le temps. Il y avait là Firmin Lebourhis, lui même auteur de romans policiers, il m’a tendu un marque page. Plus tard je l’ai contacté par mail et il m’a proposé de le lire. Il a été séduit de même que  Delphine HAMON – Directrice – Editions du Palémon . Un gros travail de relecture s’imposait mais les choses ont fini par se faire. Hélas, Firmin, le porteur de la série, nous a quitté cette année en avril cette année.

Les remarques de lecteurs comment à me parvenir et certains utilisent encore le papier comme avant, c’est toujours touchant. Mais internet a également démocratisé la place de l’auteur, Facebook notamment avec parfois des réflexions cinglantes à la limite de l’impolitesse. Évolutions des temps…

Sinon je reste une passionnée d’Histoire, en général avec une prédilection pour les guerres : 1er Empire, 14-18, 30-45. Je suis fascinée par la naissance du mal.

J’ai la chance d’être publiée par un éditeur bienveillant, qui n’intervient qu’à bon escient dans la série et est en plus assez engagé écologiquement. Non seulement nos livres sont imprimés par Imprim/vert mais le fondateur de Palémon, Jean Failler envisage même d’adopter une ruche au siège à Quimper.”

Mes liens : Facebook : valerie valeix Crimes et abeilles: les enquêtes de l’apicultrice

www.crimesetabeilles.fr/


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Blanchard dit :

    Très bien , je viens de finir le 3 eme volume , aussi bien que les autres ! Continuez !