La mise en scène du procès : une théâtralité redoublée ? Entretien entre Richard Brunel, metteur en scène des Criminels de Bruckner et Catherine Ailloud-Nicolas, dramaturge

Catherine Ailloud-Nicolas : Vous avez mis en scène plusieurs pièces et plusieurs opéras qui parlaient de la justice. Pourquoi ce thème vous intéresse-t-il ?

Richard Brunel : Il est vrai que lorsque l’on regarde mon parcours de metteur en scène, on peut y lire des récurrences…voire des obsessions. J’ai d’abord mis en scène la monstruosité, celle de l’individu, comme celle de la société dans laquelle il vit. Cela a donné Caroline et Casimir avec l’injustice que le héros subit quand il est mis au chômage et l’aveuglement de cette jeune femme face au cynisme des deux hommes plus riches qui l’abordent. Cela a été aussi Hedda Gabler, devenue monstrueuse parce que la société dans laquelle elle vit lui interdit toute forme de réalisation personnelle. Peu à peu, cette réflexion sur la monstruosité a bifurqué vers un questionnement sur la justice.
C’est peut-être pour moi une manière de parler de « la Loi » que les personnages, au théâtre comme à l’opéra, respectent, intègrent, contournent ou nient. Dans certains contextes très particuliers, la transgression de la loi peut être tout à fait positive parce qu’elle vise un épanouissement, un accomplissement, comme dans Celui qui dit oui et Celui qui dit non de Bertolt Brecht et Kurt Weill ; ou bien parce qu’elle permet une résistance salutaire à une société malade comme dans Re Orso, un opéra de Marco Stroppa. Le Ver, un personnage énigmatique, se révolte contre le tyran et dit non. Parfois, au contraire, la transgression de la loi sert seulement des intérêts personnels. Je place le Comte Almaviva des Noces de Figaro dans cette catégorie, celle des hommes qui utilisent la justice à leur profit. Dans tous les cas, cela pose la question du rapport entre l’individu et le groupe social, de la frontière et de la limite de l’un et de l’autre. Parler de la justice, c’est sans doute aussi montrer l’injustice…

Lire la suite de cet article de Catherine Ailloud-Nicolas sur Criminocorpus.

Lire la présentation du dossier sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2013, 12 janvier). La mise en scène du procès : une théâtralité redoublée ? Entretien entre Richard Brunel, metteur en scène des Criminels de Bruckner et Catherine Ailloud-Nicolas, dramaturge. Criminocorpus. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd2w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search