77 – Portrait du jour : Jean-Christophe Portes, l’auteur de la série des enquêtes de Victor Dauterive

Le carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son soixante dix septième  Portrait du jour la rédaction du blog d’informations de Criminocorpus reçoit Jean-Christophe Portes  journaliste, réalisateur et écrivain.

Auteur d’une trentaine de documentaires d’investigation, de société ou d’histoire, il travaille pour les principales chaînes de télévision françaises.

En octobre 2015 parait L’Affaire des Corps Sans Tête, premier tome des enquêtes de Victor Dauterive, qui mettent en en scène un jeune officier de gendarmerie au début de la Révolution. Ce livre est finaliste pour le prix du premier roman Lions club 2015…

Bienvenue à vous Jean-Christophe sur les pages du très sérieux carnet de l’histoire de la justice, des crimes

« Parcours – J’ai été pendant 20 ans journaliste et réalisateur de documentaires pour la télévision. Après avoir été cameraman (on dit JRI dans le jargon) j’ai fait de l’information quelques années, notamment pour le bureau parisien de RTL-TVI, la chaîne belge, mais aussi M6 et France 3. Ensuite, j’ai travaillé pour France 5, et bientôt pour des émissions de reportages pour TF1, ou pour Envoyé Spécial ou Capital.

Puis j’ai réalisé des documentaires grand public, pour France 5 notamment. Je faisais des enquêtes d’économie, de consommation, sur la justice, l’histoire. En général des sujets complexes qu’il fallait expliquer au grand public d’une manière claire et intéressante, ce qui était finalement une bonne école pour le polar historique.

Lecture / écriture

J’ai toujours été un grand lecteur, en commençant par Tintin, mais aussi un peu tout ce qui me tombait sous la main, le club des Cinq, Zola, Jules Verne, Balzac, Dumas, Molière, beaucoup de classiques français en fait. Je me souviens avoir dévoré des tonnes de livres « j’ai lu leur aventure », avec la couverture bleue, mais aussi Tolkien et pas mal de science fiction, j’ai lu presque toutes les aventures d’un jeune espion qui s’appelait Langelot.

J’ai toujours écrit aussi : au primaire, le directeur m’avais puni à cause d’un poème dont j’étais l’auteur, mais était persuadé que je l’avais copié quelque part. J’avais utilisé le mot « yole » (c’est un bateau), il ne pensait pas que ça pouvait venir de moi. Mon premier roman était en fait une nouvelle d’environ 30 pages, je l’avais illustré et relié moi-même (mais zéro lecteur). C’était un mélange entre « un conscrit de 1813 » de Erckmann-Chatrian et de Gulliver.

Ensuite j’ai écrit des ébauches de roman, et 4 scénarios de long-métrage, que je n’ai envoyé à presque personne. Un jour, j’ai quand même reçu un mot du réalisateur Jacques Deray qui trouvait « le rythme intéressant ». C’était un polar qui s’appelait « une fille sur la route », et qui dort dans mes tiroirs.

Il faut savoir que lorsqu’on fait du documentaire, on écrit énormément : on prépare les dossiers pour vendre l’idée aux chaînes, on écrit le commentaire, ce qui est un art, car il faut dire beaucoup en très peu de mots. Là aussi une excellente école !

La naissance de Victor Dauterive

Dans les années 2000, je lisais beaucoup de polars historiques, Anne Perry et Van Gulik notamment. Quelque chose s’est passé dans ma tête, et je me suis lancé. Je cherchais une époque peu racontée, et c’est ainsi que j’ai imaginé un lieutenant d’une trentaine d’années, officier de gendarmerie au moment du Directoire, juste avant l’arrivée au pouvoir de Bonaparte.

J’ai écrit, je pense, onze ou douze versions de ce texte, intitulé « le monstre des Ardennes ». Au bout de 6 ou 7 ans, je l’ai envoyé par la Poste, et je n’ai pas eu de retour du tout… sauf la responsable des manuscrits chez Albin Michel, qui m’a téléphoné. Elle avait adoré le début ! C’était peut-être le coup de fil que j’attendais. Je me suis remis à la tâche, mais ma nouvelle version ne lui a pas plu.

J’ai alors changé mon fusil d’épaule : j’ai écrit un texte avec toujours le même héros, mais il a 10 ans de moins, naïf, et cela se passe en 1791. J’ai envoyé ce nouveau texte à une dizaine d’éditeurs, et cette fois, ça a mordu : Frédéric Thibaud, de City Editions, m’a téléphoné pour me dire qu’il voulait me publier.

J’ai reçu le contrat une semaine plus tard, c’était en mars 2015, il y a donc maintenant trois ans. Les débuts ont été timides, puis grâce à Gérard Collard, puis des bloggeurs, youtubers, etc, il y a eu un intérêt et pour l’instant, les choses ont pris un certain essor. Nous allons publier la quatrième enquête de Victor Dauterive.

Le principe des enquêtes de Victor Dauterive

À force de me documenter sur la Révolution, j’ai découvert trois choses extraordinaires : tout le monde connait la Révolution française (même aux Etats-Unis) ; personne ne connait vraiment la Révolution française (trop complexe !) ; ensuite c’est un véritable feuilleton dramatique, avec une succession incroyable de retournements de situation, de coups de théâtres, de drames…

Bref, c’est un décor parfait pour un thriller. La période fascine ceux qui s’intéressent un minimum à l’histoire, elle est universelle, elle décèle des trésors dramatiques. Mieux encore, il n’y a pas vraiment de saga qui traverse toute la période, c’est donc ce que j’essaye d’entamer.

Chaque épisode se concentre sur quelques semaines ou quelques mois. Il y a toujours trois éléments : un élément « policier » (ou d’espionnage, ou de meurtre), un moment-clé historique de la période, l’évolution personnelle de Victor et de ceux qui l’entourent.

C’est tout le principe des enquêtes de Victor Dauterive.

Méthode de travail

Ce qui est fantastique, c’est que la période est tellement riche, tellement féconde en bouleversements, que je n’ai pas besoin d’inventer grand-chose. Victor Dauterive est le vecteur qui relie des personnages de fiction aux personnages réels. Dans la réalité, il n’aurait sans doute pas existé, mais tous ceux qui l’entourent ont une base réelle.

Pour me documenter, je lis des sommes historiques sur la période, de Soboul à Jean-Clément Martin, mais il y en a tant d’autres que ce serait impossible de tous les citer.

Je trouve souvent des éléments d’intrigues dans les mémoires des personnages de l’époque, que ce soit les mémoires de madame Campan, de La Fayette, de Governeur Morris. Certains détails deviennent des épisodes du livre ou des péripéties.

Je travaille énormément sur les détails, un peu comme un décorateur de film : je peux passer une journée à me renseigner sur par exemple ce qui était écrit sur les laisser-passer du jardin des Tuileries, en avril 1792. Dans le livre, il ne restera qu’une ligne, mais ça sonne vrai. Exactement comme un détail du décor dans un film, c’est à l’arrière plan, mais toute la scène à l’air d’époque grâce à ça. L’important, c’est que ça ne se voit pas trop. J’ai horreur des bouquins historiques où on nous décrit le nom de 23 rues de l’époque sur le trajet du héros. On s’en fout ! Pour moi, l’important, c’est de plonger le lecteur dans l’époque, et qu’il y prenne du plaisir sans s’en rendre compte.

Je dois beaucoup aux ouvrages de l’historien Olivier Blanc, qui a énormément travaillé sur la corruption pendant la Révolution. C’est une période un peu sacrée pour nous, Français, et l’on a tendance à occulter cet aspect de choses. Pourtant, il est très connu par exemple qu’un homme comme Danton s’est considérablement enrichi sous la Révolution, qu’il a touché de l’argent sans doute de la Cour, mais aussi du duc d’Orléans, qu’il a mené des affaires troubles en Belgique. Ce qui n’enlève rien à ses envolées patriotiques, mais les éclaire sous un autre jour…

Cette histoire là n’a pas été racontée, je me glisse dedans, dans ces interstices. Je suis convaincu que beaucoup d’épisodes s’expliquent par ce qui est non dit dans les livres et dans les mémoires. Les mensonges et les trahisons, les intérêts privés cachés derrière de grandes déclarations. Les manœuvres politiciennes qui existaient déjà dans la Rome de César, et qui existent aujourd’hui encore, ont sûrement aussi existé dans la France de 1792. En fait, je fais du « House of Cards » sous Louis XVI et Robespierre !

Les projets

La série en est au 4ème épisode, à paraître fin octobre, qui s’intitule « L’espion des Tuileries ». On est au printemps, Victor est au front mais La Fayette l’envoie à Paris pour une mission à hauts risques (come d’habitude)… auprès du roi.

Les trois premiers tomes étaient « L’affaire des corps sans tête », « L’affaire de l’homme à l’escarpin » (prix polar Saint-Maur en poche). Ces deux livres sont parus en poche. Le troisième épisode, « La disparue de Saint-Maur » sortira en poche en mai 2019 mais il est bien sûr disponible en grand format.

J’ai également écrit « Les enfants du dernier salut », un récit sur la vie extraordinaire de Colette Brull-Ulmann, une pédiatre qui est aussi une amie, 97 ans aujourd’hui, et qui a participé à un réseau de sauvetages d’enfants juifs au sein de l’hôpital Rothschild pendant la dernière guerre. Cet hôpital était le seul à avoir le droit de faire travailler les médecins juifs, et l’on y soignait les internés de Drancy avant la déportation. Ce livre a très bien marché. Il sera repris chez France Loisirs en 2019.

Je publie en septembre un autre témoignage : « Les experts du crime », consacré aux supers experts criminels de la gendarmerie, une série de portraits assez saisissants sur toutes les horreurs qu’ils côtoient quotidiennement.

Enfin, j’ai un autre projet pour mars 2019 : un thriller comédie qui sera publié chez JCLattès/Le Masque, je n’ai pas encore le droit de dévoiler le titre mais nous y croyons beaucoup avec l’éditrice, les premiers retours sont prometteurs, et je croise les doigts pour cette nouvelle aventure. »


Vous aimerez aussi...