Le « Héros homicide et nocturne » en pleines « Lumières » : de Cartouche ou les voleurs (1721) aux « Vies privées » (1721-1803)

Le rapport du théâtre d’Ancien Régime avec la justice, qu’elle soit divine, humaine, étatique ou privée, semble aussi évident que son ancrage dans une longue tradition. Relevant de ces quatre catégories on peut citer le châtiment Dom Juan, la mise en scène par Hamlet du crime de son oncle, l’arrestation de Tartuffe à la fin de la pièce du même nom, la découverte, par un père, de circonstances atténuantes disculpant son fils dans L’Illusion comique. Par ailleurs, la justice d’Ancien régime est elle-même spectaculaire : elle ne vise pas à amender le coupable, mais à réparer le tort subi par la société par le spectacle d’un châtiment exemplaire. Jusqu’en 1837, les condamnés sont transportés sur le lieu de leur exécution en voitures découvertes, et subissent les injures de la foule. Le supplice lui-même est public. Michel Foucault a analysé dans Surveiller et punirce qu’il décrit comme une « liturgie des supplices », notamment à travers l’horrible exécution de Damiens, écartelé, en 1757. L’exécution fonctionne comme une manifestation de l’ordre retrouvé à travers l’affirmation du pouvoir royal sur les corps autant que comme un lieu de sociabilité, un spectacle où l’on se presse…

Lire la suite de cet article de Anne-Marie Mercier-Faivre sur Criminocorpus.

Lire la présentation du dossier sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2013, 12 janvier). Le « Héros homicide et nocturne » en pleines « Lumières » : de Cartouche ou les voleurs (1721) aux « Vies privées » (1721-1803). Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd2x

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search