La naissance de la justice en débat : représentations contemporaines du procès d’Oreste

Revenir à la tragédie grecque, c’est revenir à la source, disait Ariane Mnouchkine comme beaucoup d’autres metteurs en scène avant elle. C’est revenir à l’origine du théâtre, à la force d’une dramaturgie du sacré en même temps qu’à l’efficacité d’une forme collective perdue. C’est vouloir retrouver ce lien miraculeux entre la scène et le public, ce moment où, pour reprendre les mots de Jean-Pierre Vernant, la tragédie « se construit en prenant en compte cette problématique de la pensée civique qui se cherche ». L’Orestie offre alors, à qui veut entamer le voyage, ce redoublement originel que constitue la représentation première d’une justice émergente, justice dont la théâtralité se trouve d’emblée reflétée. Cette représentation originelle repose bien sûr sur une part de fantasme puisque Eschyle s’inscrit en réalité dans l’histoire du théâtre : il crée une œuvre complexe, au croisement des différents modes de discours qui lui sont contemporains ; il joue avec une tradition. Mais pour l’époque moderne et contemporaine cette historicité, au final, importe peu. Ce qui compte, c’est la valeur exemplaire de l’origine – ici de la justice et de la démocratie –, partant, du miracle grec ; et c’est à cette valeur exemplaire que les mises en scène contemporaines, étonnamment nombreuses, se confrontent. On s’intéressera donc ici au point de vue de la réception, à l’histoire de nos représentations. Il s’agit de comprendre en quoi ce retour à l’Orestie dans sa dimension mythique et originelle – comme représentation de la naissance de la justice et de la démocratie – nous aide à nous interroger sur les fondements de notre propre théâtre, de notre propre justice et de notre propre démocratie…

Lire la suite de cet article de Claire Lechevalier sur Criminocorpus.

Lire la présentation du dossier sur Criminocorpus.