L’agression en bande organisée de Victor Hugo en Belgique

Caricature de Victor Hugo assis sur Paris par Benjamin, circa 1850 – source : Gallica-BnF

Dans la nuit du 27 au 28 mai 1871 à Bruxelles, le romancier Victor Hugo est agressé et menacé de mort par une troupe de quarante personnes. Son fils relate l’incident au Constitutionnel.

En mai 1871, lorsqu’éclate la Commune de Paris, le romancier Victor Hugo, récemment revenu de son exil dans les îles de Jersey et Guernesey, se trouve en Belgique pour régler une affaire de succession. Il s’est installé chez son fils François-Victor, place des Barricades n° 4, à Bruxelles.

Le 26 mai 1871, au lendemain de la répression de la Commune, Victor Hugo fait parvenir une lettre au journal L’Indépendance belge. Dans celle-ci, il proteste contre la décision du cabinet de Bruxelles de ne pas reconnaître le statut de « réfugié politique » aux insurgés vaincus qui voudraient trouver refuge en Belgique.

L’auteur ajoute que sa maison bruxelloise sera en conséquence ouverte à tous les communards qui souhaiteraient passer la frontière – et défie le gouvernement de venir les y chercher.

Cette lettre, publiée le lendemain, déclenche la colère d’un grand nombre de ressortissants belges conservateurs, refusant d’ouvrir leur porte à des centaines de réfugiés communards…

Pour en savoir plus le 29 août 2018 par Priscille Lamure sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...