Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2013/02

Billet d’humeur :

À quoi servent les historiens ?

Qu’est-ce que l’expertise historique ?

Un aspect méconnu et marginal de la crise de l’histoire : parler, mais pour dire quoi au juste ?

Une émission récente —« La grande table », sur France-Culture du lundi 7 janvier 2013 à 12h03 — est à l’origine de ce billet d’humeur et m’amène à reposer ces questions centrales.

Ce jour-là, l’émission était consacrée au téléfilm de P. Rotman sur Georges Guingouin, « fiction inspirée de faits réels » intitulé Le Grand Georges (que je n’ai pas vu).

Comme il convient, devant un travail portant sur un sujet TRES controversé, un historien a été appelé à donner le point de vue de l’histoire « scientifique ».

En l’occurrence, cet éminent confrère, « directeur d’études » dans une prestigieuse institution parisienne est un spécialiste de l’histoire culturelle de la fin du XIXe siècle. Au cours de l’émission, il a eu d’ailleurs l’occasion de démontrer qu’il ne connaissait pas le sujet notamment en reprenant un certain nombre de propos « légendaires » qui ont eu « cours forcé » pendant des décennies, mais qui ressortissent au mieux à la légende, au pire à la propagande1. Des affirmations longtemps assenées, mais reconnues inexactes, battues en brèche, par des travaux qui datent quand même de quelques années.

Question(s) :

Un historien sérieux et intellectuellement honnête doit-il s’exprimer sur un sujet qu’il ne connaît pas … même sur France Culture à l’heure du déjeuner ?

Cette croyance en l’expertise polyvalente, en l’omniscience d’historiens, qui sauraient tout sur toute l’histoire — imagine-t-on un spécialiste des affections respiratoires donnant son avis sur le cancer du foie ? — est un leurre, une paresse de l’esprit et un sérieux problème.

Les passionnés d’histoire qui seront bientôt les seuls et les derniers — pour y étancher leur soif de connaissances, de compréhension, de précision et de vérité — à fréquenter des archives désertées depuis longtemps par la plupart des « chercheurs académiques », le savent bien… Souvent surpris / peinés / déçus / scandalisés par ce qu’ils perçoivent comme un immobilisme –voire une régression- de l’histoire académique, et par des medias qui fonctionnent à la notoriété mais ignorent les avancées de la recherche réalisée par d’obscurs, mais obstinés « archivores » (j’emprunte le terme à Jacques Baynac), ce n’est pas ce genre de prestation qui va les rassurer.

Quand des historiens professionnels répètent les mêmes erreurs que celles que l’on profère depuis des décennies, ignorent les travaux qui se multiplient dans un domaine qui n’est certes pas le leur, nous touchons à mon sens un des aspects méconnus de la crise de l’Histoire.

Alors, à quoi servent les historiens ?

-À écrire l’Histoire… mais celle-ci ne saurait être un récit figé pour l’éternité. Certains ne le savent pas encore.

Jean-Marc Berlière

1 Ce fut par exemple le cas du nombre de fusillés que la propagande du PCF a toujours gonflé hors de proportion de 125 000, puis 75 000 à 25 000, alors que les travaux de Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse ont montré que leur nombre s’établit autour de 4000 et que tous bien sûr n’étaient ni communistes ni résistants, mais pour un grand nombre (entre 20 et 25%) des otages fusillés dans le cadre des représailles prévues par le « Keitelsbefehl » et le « code des otages » de l’automne 1941 à la suite des attentats touchant des Allemands. À ce sujet, on me permettra de renvoyer au Sang des communistes (Fayard, 2004) et à L’Affaire Guy Môquet (Larousse, 2009) deux ouvrages co-écrits avec Franck Liaigre. Le 2e livre — certes « dégoûtant » si on en croit l’Humanité et les négationnistes communistes qui s’expriment dans quelques blogs haineux sur l’Internet (sans avoir apparemment lu ou compris le livre !) fait, à partir de documents irréfutables (et irréfutés par les négateurs) le point sur l’attitude du PCF de 1939 à 1941 et sur le supposé engagement patriotique précoce de Tillon, Havez, Marcel Pauk ou …Guingouin, prétendument opposés à l’alignement de la direction sur les positions du Komintern. Une « double ligne » — les connaisseurs du PCF et de sa « souplesse » à l’égard de ceux qui ne suivent pas LA ligne apprécieront et je ne parle pas des oppositionnels qui ont payé parfois très cher leur fractionnisme — qui n’a jamais existé que dans les livres et plaidoiries de dissidents et exclus du PCF comme … Tillon ou Guingouin qui avaient, après leurs déboires avec elle, quelques comptes à régler avec la direction du PCF, mais qui, en 1940, ont suivi LA ligne !.

« Aux Archives citoyens »

Et puisqu’on parle métier d’historien donc –forcément (?) – « archives », rappelons que le site de Pierrefitte-sur-Seine, qui remplace le CARAN du quadrilatère historique des Archives, a ouvert ses portes.

Pour marquer l’événement qui concerne rappelons-le tous les citoyens et non les seuls historiens, tant les Archives publiques sont la véritable et naturelle « maison de l’histoire de France », les Archives Nationales organisent du 21 janvier au 3 février une opération « Aux Archives citoyens ! » avec visites guidées, animations diverses, expositions et projections de films (entrée gratuite)

Pour tous les détails se reporter au site

www.archivesnationales.culture.gouv.fr/an

Le rendez-vous de tous les amoureux de l’histoire, des passionnés de la recherche est désormais au 59, rue Guynemer, 93380 Pierrefitte sur Seine

Site accessible aux personnes à mobilité réduite, mais accès des bâtiments interdit aux animaux…

Restauration possible sur place

Métro Ligne 13 station Saint-Denis Université

Ouverture du lundi au vendredi 9h-17h

Le samedi : 9h-18h

Le dimanche : 14h-18h

NB : sans doute faudra-t-il affronter des difficultés de mise en route et notamment l’ouverture des différentes séries déménagées depuis des mois… mais deux amis parmi les plus assidus aux CARAN viennent de me dire que tout se passe très bien : délai d’attente réduit de moitié, accueil aimable et aide compréhensive pour les nouveautés (nouvelles cartes qui servent aussi à ouvrir et fermer les casiers, confort et silence de la salle de lecture (grâce aux « pièges à sons »)… La ligne 13 du métro pas trop surpeuplée et « restau U » de Paris 8 correct en attendant la cafétaria…

Si on ajoute les horaires d’ouverture, il n’y plus d’excuses pour ne jamais y aller…

URGENTISSIME offres de Bourses

A/ L’université de Manchester offre des bourses qui pourraient intéresser des amis ou leurs disciples !

Studentships in Criminology and Law / 2013-2014

The University of Manchester, School of Law

 The School of Law of The University of Manchester, as part of the ESRC’s North West Doctoral Training Centre (NWDTC), is pleased to be able to forward for the consideration of the NWDTC applications for ESRC 1+3 (1 year MRes + 3 years PhD study) or +3 (3 years PhD study only) Studentships to commence in 2013-2014.

The awards cover the costs of University tuition fees, along with a full annual stipend (£13,726 for 2013-2014, which is not subject to income tax or National Insurance deductions). Students wishing to undertake research involving advanced quantitative methods may be eligible for a higher stipend.

These studentships are for UK and EU applicants who fulfil residency requirements and who have a first class or upper second class degree or equivalent, as a minimum academic requirement.  Candidates who fulfil EU, but not UK, residency requirements are eligible for fees-only awards.

All applications for an ESRC studentship to commence in academic year 2013-2014 must be received in the School by Monday, 4th February 2013.

Studentships will be awarded under the ESRC North West Doctoral Training Centre (NWDTC) pathway of « Security, Conflict and Justice ».

Other studentships are also available, funded by the Arts and Humanities Research Council, alongside Graduate Teaching Assistantships and Presidents Doctoral Scholar Awards. These have later application deadlines.

For further details of these Studentships, please visit the School website – http://www.law.manchester.ac.uk/postgraduate/research/funding/index.html – or e-mail law.scholarship@manchester.ac.uk.

B/ De même l’Université de Portsmouth qui présente d’excellentes conditions de travail et constitue le principal pôle de recherche britannique sur l’Afrique francophone, offre une bourse qui ne peut qu’intéresser les amis « des polices coloniales »

http://www.jobs.ac.uk/job/AFW053/phd-bursary/

 

1 – Livres, articles, revues…

Jean-Marc BERLIERE, François Le GOARANT de TROMELIN, Liaisons dangereuses : miliciens, truands, résistants, Paris 1944, Paris, Perrin, 2013, 388 pages, 23€.

Liaisons dangereuses

NOOOOOON !!!!

Contrairement à ce que vous pouviez espérer, il n’est point question ici des démêlés de Valmont et Madame de Merteuil avec la police des mœurs (croyez que je le regrette !), mais le sujet est tout de même assez « chaud » (sans être toutefois très érotique) puisque ces « liaisons » sont les troublantes collusions entre truands, résistants et miliciens telles qu’elles apparaissent à l’été 44 dans des affaires comme les assassinats de G. Mandel et Ph. Henriot qui méritaient largement d’être revues à la lumière des archives et avec un œil moins « idéologique », mais plus scientifique et hypercritique que ce qui avait été fait jusqu’alors.

On n’est pas déçu du voyage et les surprises sont de taille…

Juste pour vous mettre l’eau à la bouche : l’assassin présumé de Mandel, aurait dû assurer la sécurité d’Henriot tué 10 jours plus tôt. Il connaissait plusieurs des membres du corps franc qui a tué le secrétaire d’État à l’information avec lesquels il faisait trafics et affaires aux faux policiers et il a tué l’un d’entre eux sur le point d’être capturé (deux autres seront discrètement « évadés » par le service de sécurité de la Milice)… Lui-même –lié au SD, à la Milice, mais aussi à la résistance— est abattu précipitamment en plein Hôtel de Ville (qu’allait-il faire dans cette galère ?) le 25 août, par des gens du « 2e Bureau FFI » qui vont tout faire pour rendre son cadavre anonyme puis mentir comme des arracheurs de dents professionnels…

Dans un entrelacs de mensonges, on perçoit la curieuse « métamorphose des cloportes » chère à Alphonse Boudard …

Sortie en librairie le 21 février…

Gregory AUDA, Les Belles années du milieu (1940-1944), le grand banditisme dans la machine répressive allemande en France, Paris, Michalon, 2013, 254 pages, 21€

les belles annees du milieu

 La réédition d’un livre de 2002 écrit par Grégory Auda que ceux qui ont fréquenté les archives de la PP ont bien connu.

Cette fois, il s’agit, plus conventionnellement, des rapports entre truands et services allemands, avant les collusion évoquées plus haut…

Présentation de l’éditeur :

Juin 1940, les Allemands entrent dans Paris. Ils mettent immédiatement en place un vaste système de pillage et de répression. Faisant de la « participation indigène » la pierre angulaire de leur stratégie, les nazis s’assurent le concours de mercenaires recrutés dans les rangs du grand banditisme local. Ils font sortir de prison de nombreux truands à qui ils donnent des cartes de police et des permis de port d’armes. Ces repris de justice deviennent de « faux-vrais » policiers. Ils peuvent dès lors agir en toute impunité. Quatre années d’échanges de bons procédés entre les Allemands et le « milieu » français : pillages des biens Juifs, exécution des gêneurs, arrestations et torture de patriotes, assauts contre les maquis, trafic sur l’or et les devises, marché « brun »… De ces redoutables prédateurs, ils firent des chiens de garde, agressifs mais obéissants. De ces loups, ils firent des limiers, turbulents mais fidèles à leurs maîtres.  Les Allemands donnèrent ainsi au milieu français l’opportunité de s’organiser en officines organisées, structurées autour de meneurs incontestés tel Henri Chamberlin, dit « Henri Lafont », chef tout puissant de la « Gestapo française de la rue Lauriston ». Ce repris de justice attira à lui les plus dangereux individus de la période et son service, véritable mutuelle du crime regroupa plusieurs générations de truands, des légendes du « milieu » des années 1930 (Charles Cazauba, Abel Danos, Jean Sartore…), mais aussi quelques un de ceux qui allaient devenir des « caïds » jusque dans les années 1970 (Jo Attia, Pierre Lourtel, Auguste Ricord, Georges Boucheseiche…)

Film noir

Historia janvier 2013La revue HISTORIA a consacré son numéro de janvier (n°793) au « 36 » (quai des Orfèvres) dont on fêterait « les 100 ans » (en réalité, l’an dernier, la Brigade criminelle née au lendemain du pataquès de l’affaire de la bande à Bonnot et durement concurrencée sur le plan médiatique par les « Brigades mobiles régionales de PJ » créées par Hennion et Clemenceau a eu 100 ans…mais le 36 était déjà le siège de la PJ parisienne depuis la reconstruction de la PP à la suite de l’incendie intervenu pendant la « semaine sanglante » !!!) : des articles de C. Diaz, C. Bienvenu (anonymographe), M. Frachon et de votre serviteur peuvent vous intéresser…

Deux liens pour en savoir plus :

http://issuu.com/historiamag/docs/36-quai-des-orfevres

http://www.historia.fr/mensuel/793#sommaire

 

Véronique Joubert, Intelligentsia : Entre France et Russie (archives inédites du XXe siècle), Préface d’Hélène Carrère d’Encausse, Paris, ENSBA, 2013, 544p., 49€.

intelligentsia

Il s’agit du catalogue de l’exposition « Intelligentsia » qui s’est tenue jusqu’au 11 janvier à l’Ecole des Beaux Arts (qui était le siège du ministère de la Police générale créé en 1796 et immortalisé par son 13e titulaire, un certain Joseph Fouché !)

 Exposition aujourd’hui terminée, que j’ai ratée et dont je n’ai soufflé mot dans cette Lettre !

Ce que je regrette infiniment…

 Un « ami » m’en donne l’aperçu suivant qui ne fait qu’aviver mes remords : « comme pour « Fichés ? » on y trouvait beaucoup de documents (notamment de la Préfecture de Police de Paris) concernant les exilés russes et les intellectuels français pro-russes, slavophiles puis prosoviétiques entre les années 1910 et 1950/60. Des notices, des documents et des photos d’archives venant des archives russes, les fameuses archives d’État russe, les archives d’État de la cinématographie et de la photographie et d’autres (art et littérature, histoire sociale et politique)… »

Il « conseille vivement le catalogue qui est un outil extraordinaire sur la période. Sous-titré « Entre France et Russie, archives inédites du XXème siècle », préfacé par Hélène Carrère d’Encausse, organisé en commun par les MAE russe et français : en gros et pour aller vite, il s’agit des relations entre les intellectuels français et l’Union Soviétique.

Très illustré (534 p.) et comportant beaucoup de documents inédits ou très peu connus : une lettre de Romain Rolland en français puis traduite en russe avec des annotations au crayon rouge de la main de Staline; une notice curieuse sur Picasso en français, probablement écrite par le PCF (trouvée dans les archives soviétiques) regrettant que l’intéressé se soit éloigné du « Secrétariat » (sic). Des photos vintage (inédites ?) d’André Gide et d’autres intellectuels français avec les potentats soviétiques ; une photo de Marina Tsvetaieva avec son fils en 1931 en France. Il se termine avec les déboires de Marguerite Duras (traitée de putain par Georges Semprun) Robert Antelme et Pierre Daix ! »

 

André BACH, Justice militaire 1915-1916, Paris, éditions Vendémiaire, 2013, 26€, 597p.

Le général (en retraite) André Bach est un des principaux historiens de la chose militaire (Cf L’Armée de Dreyfus : Histoire politique de l’armée française, Tallandier 2004), mais surtout de la guerre 1914-1918. Spécialiste incontestable et reconnu de la justice militaire pendant la Première Guerre mondiale, on lui doit déjà un livre qui a bouleversé l’historiographie (Fusillés pour l’exemple, Tallandier, 2003) dans lequel il montre avec précision et rigueur à partir des archives jusqu’alors inédites et notamment des dossiers de 3000 jugements et condamnations prononcés par les tribunaux militaires, comment une justice hâtive et aléatoire a, de façon impitoyable, envoyé un nombre longtemps méconnu et minoré de soldats au poteau d’exécution bien avant les mutineries de 1917 qui monopolisaient jusqu’alors toute l’attention…

Avec ce nouvel opus, André Bach poursuit son travail méthodique sur la justice militaire, sa mise en place, son fonctionnement en continuant son inventaire implacable de la répression des « poilus de la honte » – mutilés volontaires, mutins, déserteurs – brisés par une guerre absurde. Etat-major impitoyable, bureaucratie inhumaine, patrie en danger, gouvernement débordé, tous les ingrédients d’une justice aléatoire et inhabituelle étaient en place… Il ne fallait surtout pas laisser les survivants des premières hécatombes baisser les armes, crier leur désespérance, exprimer leur colère et leur lassitude.

Le Mot de l’éditeur : Justice militaire : 1915-1916

« Ce n’est pas tant le coupable que l’on veut punir, c’est sur le moral vacillant de ceux qui l’entourent que l’on veut agir. »
Aux premiers jours de la guerre sont instaurés des conseils de guerre spéciaux : les juges n’ont le choix qu’entre l’acquittement et la condamnation à mort. Mais le passage de la guerre de mouvement à la guerre de position et l’échec des offensives de 1915 modifient profondément la situation.
Sur le front, les soldats citoyens avaient accepté cette justice d’exception tant qu’ils avaient eu la conviction qu’elle était un mal nécessaire. Mais la multiplication des offensives inutiles et meurtrières entraîne une augmentation des actes d’indiscipline.
Si le nombre des condamnations à mort diminue, celui des peines d’emprisonnement ne cesse de croitre ; les condamnés sont envoyés dans des bataillons disciplinaires en Afrique du Nord, ou bien en première ligne.
Étudiant les journaux de marche et les archives judiciaires de chaque division, André Bach nous fait revivre le drame de ces soldats condamnés pour l’exemple, tel ce fantassin du 140e exécuté pour punir son régiment d’avoir refusé de retourner en première ligne à Verdun après une semaine de combat et quelques heures de repos. Ou bien encore ces deux hommes du 4e Régiment d’infanterie coloniale fusillés après que leur bataillon se fut égayé dans la nature au moment de remonter au front lors des premiers jours de la bataille de la Somme…
Ancien directeur du Service historique de l’armée de terre, le général André Bach a notamment écrit Fusillés pour l’exemple, 1914-1915 (2003). Il est par ailleurs vice-président du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 (CRID).

 

 

 

Simona MORI et Leonida TEDOLDI, Forme e pratiche di polizia del territorio nell’Ottocento preunitario, Soveria Mannelli, Rubbettino editore, 2011, 321p., 19€.

 Sans forcément parler et lire la langue de Dante (mais le titre même vous montre qu’avec un peu de bonne volonté et un dictionnaire, on est moins démuni que devant un texte en polonais par exemple…) les amis de la police intéressés par le « premier 19e siècle » ne rateront pas cet ouvrage collectif consacré au « policing » et pratiques policières dans l’Italie d’avant l’unification.

Ils y trouveront des contributions portant sur la Lombardie-Vénétie avant et pendant la période napoléonienne et des perspectives comparatistes avec le Tyrol de la première moitié du XIXeS et la Rome pontificale de la Restauration. Le tout présenté par Simona Mori et « discuté » par un certain nombre de commentateurs dont Paolo Napoli (l’auteur de Naissance de la Police moderne).

Un complément à l’ouvrage collectif dirigé par Catherine Denys et présenté dans la Lettre de novembre 2012.

 

Anne Steiner, Le goût de l’émeute : manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « Belle Epoque » , Paris, Editions L’échappée, 2012, 206 p., 17€

Le gout de l'emeutePrésentation de l’éditeur :

Malgré la poussée de la gauche aux élections législatives de 1906, les conflits sociaux se multiplient, impulsés par une CGT acquise au syndicalisme révolutionnaire. Entre 1908 et 1910, Paris et sa banlieue sont le théâtre de manifestations violentes rassemblant des milliers de participants que le sentiment d’injustice et d’impuissance face à la répression transforme en émeutiers. Ils attaquent des bâtiments, saccagent le mobilier urbain, brûlent trams et bus, élèvent des barricades et tirent sur les policiers à coups de browning.

À l’origine de ces explosions de colère, il y a des morts. Le 2 juin 1908, deux terrassiers grévistes de Draveil sont abattus par la gendarmerie. En octobre 1909, en Espagne, le pédagogue libertaire Francisco Ferrer est fusillé dans les fossés de Montjuich après une parodie de procès. En juin 1910, l’anarchiste Henri Cler est frappé à mort par un policier devant le quartier général des ébénistes en grève du faubourg Saint-Antoine. En juillet de la même année, des milliers de Parisiens se massent autour de la guillotine pour empêcher l’exécution du jeune cordonnier Liabeuf. Au printemps 1909, les boutonniers de Méru, engagés dans un long conflit, saccagent les demeures et les fabriques des patrons les plus haïs.
Ce livre raconte ces événements et dresse le portrait de ces foules sensibles et inflammables, versatiles parfois, courageuses toujours, affrontant avec des armes improvisées ou à mains nues les dragons casqués et montés envoyés pour les mater.

2. Call for papers, prix, séminaires, colloques, journées d’études

 

Colonial Policing

 

Nul ami ne peut ignorer que je porte un intérêt particulier à un champ trop longtemps délaissé et qui donne lieu depuis quelques années à des travaux d’un grand intérêt. Le livre collectif consacré à la question par la dynamique équipe du GEMPA sera présenté lors d’une séance de séminaire que je ne saurais trop recommander :

 

« HÉGÉMONIE ET COERCITION »

Séminaire dirigé par Jean-François Bayart (CNRS-SciencesPo-CERI)

 

« MAINTENIR L’ORDRE COLONIAL »*

par Jean-Pierre Bat, Emmanuel Blanchard, Nicolas Courtin et Elena Vezzadini (Groupe d’études des mondes policiers en Afrique, GEMPA)

 

le mercredi 6 février 2013, de 14h30 à 18h

Discutants : Fabien Jobard (CESDIP) et Didier Péclard (Ann Arbor, Université du Michigan)

Salle de Conférence

Centre d’études et de recherches internationales

SciencesPo

56, rue Jacob

75006 – Paris

Métro : Saint-Germain-des-Prés

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

* A l’occasion de la parution de Maintenir l’ordre colonial, Afrique et Madagascar XIXe-XXe siècles (Rennes, PUR, 2012), sous la direction de Jean-Pierre Bat et Nicolas Courtin.

 

« Maintenir l’ordre ? La Police et les métiers du contrôle et de la contrainte face aux inégalités » Société suisse de sociologie / Bern 26/28 juin 2013

CONFERENCE ANNOUNCEMENT & CALL FOR PAPERS

La 10e conférence européenne des sciences sociales se tiendra à Vienne en avril 2014

 

10th European Social Science History Conference, Vienna, Austria, 23-26 April 2014

 

 The ESSHC aims at bringing together scholars interested in explaining historical phenomena using the methods of the social sciences. The conference is characterized by a lively exchange in many small groups, rather than by formal plenary sessions.

 

The Conference welcomes papers and sessions on any topic and any historical period. It is organized in a large number of networks:

Africa   Antiquity   Asia   Criminal Justice   Culture   Economics   Education and Childhood – Elites and Forerunners   Ethnicity and Migration   Family and Demography   Health – History and Computing   Labour   Latin America – Material and Consumer Culture – Middle Ages   Oral History – Politics, Citizenship and Nations – Religion   Rural   Sexuality – Social Inequality – Spatial and digital History Technology   Theory – Urban   Women and Gender – World History

The ESSHC is also proud to introduce the “Prof. Jan Lucassen Award” for best paper at the ESSHC by a (PhD) student.

The Conference fee will be Euro 200 for participants who pay in advance before 1 January 2014 (early bird) , Euro 250 for participants who pay in advance but after 1 January 2014 (normal fee) and Euro 300 for participants who pay at the conference.  One- day attendance will be Euro 100,  Euro 125 and Euro 150 resp.  There is a special fee for students of Euro 90.

 

The deadline for pre-registration on our website is 15 May 2013.

 

The Tenth European Social Science History Conference is organized by the International Institute of Social History in cooperation with Vienna University.

 

For further information and the online pre-registration form for the Conference please go to our website: http:// esshc/socialhistory.org or contact the conference secretariat:

 

European Social Science History Conference 2014,

c/o International Institute of Social History

PO Box 2169

1000 CD Amsterdam

Netherlands

Telephone: +31.20.66 858 66

E mail: esshc@iisg.nl

 

 

   Els Hiemstra Project Manager ESSHC

 

                   International Institute of Social History

                   Visiting Address: Cruquiusweg 31 | 1019 AT Amsterdam | The Netherlands

                   Postal Address: P.O. Box 2169 | 1000 CD Amsterdam | The Netherlands

                   t + 31 (0)20 668 58 66 | f + 31 (0)20 665 41 81 | ehi@iisg.nl| esshc.socialhistory.org

Séminaire « Ni guerre ni paix »

Un séminaire dont plusieurs séances devraient intéresser les « amis »

Jeudi 17 janvier de 13 heures à 15 heures à l’EHESS (96 boulevard Raspail, salle des artistes). Gabriel Périès (Institut Mines-Télécom, ETOS) : « Le « délinquant subversif » saisi par ses empreintes : invention de la dactyloscopie et lutte contre-insurrectionnelle en Argentine (années 1960-1970) ».

PROGRAMME à VENIR :

Séance 5 – 7 février 2013

Frédéric Gros (Université Paris XII, LIS)

À propos du Principe sécurité

Séance 6 – 21 février 2013

Gilles Favarel Garrigues (CNRS, CERI)

La reconversion des entrepreneurs de violence en Russie : l’émergence d’un partenariat public/privé dans l’exécution des décisions de justice

Séance 7 – 21 mars 2013

Romain Graziani (ENS Lyon, Institut d’Asie Orientale)

La guerre sans combat en Chine ancienne

Séance 8 – 4 avril 2013

Thomas Lindemann (Univesrité de Lille II, CERAPS)

L’approche constructiviste de la paix et de la guerre

Séance 9 – 18 avril 2013

Wolfgang Knöbl (Georg-August-Universität Göttingen, Institut für Soziologie)

Le « refoulement de la guerre » dans la tradition sociologique [séance en anglais]

Séance 10 – 16 mai 2013

Jean-Paul Hanon (École spéciale militaire de Saint-Cyr, CREC)

Policiers et militaires dans l’Allemagne d’aujourd’hui

Séance 11 – 6 juin 2013

Emmanuel Blanchard (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CESDIP)

Des gardiens morts en paix ? Les policiers parisiens tués en service pendant la guerre d’indépendance algérienne

Séance 12 – 20 juin 2013

David Dufresne

Après Tarnac

METIS

METIS – Le renseignement et les sociétés démocratiques (séminaire de recherche)

Saison 10 (automne 2012) : Le renseignement en réseaux

 

La suite du programme d’un séminaire incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au renseignement et à son histoire :

Cycle : « Le renseignement en question : les sources ouvertes »

– Lundi 14 janvier 2013 17h30 : Jean-François CLAIR, inspecteur général de la police nationale, ancien directeur adjoint de la DST : « Réseaux d’espions et réseaux terroristes, ressemblances et dissemblances »

  1. Informations pratiques

À partir de 18h00 au 56 rue Jacob 75006 Paris (1er étage) sauf exceptions.

Inscription (indispensable) : metisseb@gmail.com

– lundi 18 février : Selim Cherkaoui: « Centres de renseignements de sources ouvertes: l’Internet comme déclencheur de l’intérêt pour l’OSINT » (doctorant Univ. Bordeaux IV)

[salle F. Goguel, 56, rue des Saints-Pères, 5e étage]

– lundi 25 mars : Philippe Lemercier : « La place des sources ouvertes dans le renseignement: opportunités et limites » (Ingénieur de la direction générale de l’armement (DGA)-Ministère de la Défense)

[salle de conférence, 56 rue Jacob, rez-de-chaussée]

– lundi 29 avril : Rémi Mathis : « Wikipedia, la source des sources ? » (président de Wikimedia)

[salle du traité, 56 rue Jacob, 1er étage]

– lundi 27 mai : Bertrand Warusfel : « La légalité du renseignement ouvert en question » (Professeur à l’Université de Lille)

[salle F. Goguel, 56, rue des Saints-Pères, 5e étage].

– lundi 3 juin : « Renseignement ouvert/renseignement fermé » (sous réserve)

[salle du traité, 56 rue Jacob, 1er étage]

* Hors-cycle :

– lundi 24 juin : Damien Van Puyvelde: « La communauté américaine du renseignement et le secteur privé: défis et perspectives » (doctorant en science politique, Université d’Aberyswyth-UK)

[Salle du traité, 56 rue Jacob, 1er étage]

Prix Jean Carbonnier et prix Vendôme (Mission de recherche Droit/Justice)

Deux prix qui devraient intéresser les nouveaux docteurs…

Oñati Workshop Proposal 2014

Children at law: Histories of protection, prosecution, and punishment

The law’s treatment of children is messy and complex, and remains a significant problem for

researchers, as for governments, and communities. Definitions of childhood, policing

priorities, and state and community responses to delinquency and abuse, shift over time and

jurisdiction. The line between prosecution and protection is difficult to unravel within this

dynamic historical context. It is underscored by inconsistencies in statutes, policy and

practice, and institutional response.

Why are some children protected and others punished? What behaviours are criminalised and

why? What social, legal and cultural attitudes inform protection, prosecution, and

punishment, and what forms do they take? Histories of welfare, delinquency and juvenile

justice all indicate that class has been a primary concern when classifying the behaviour of

children; historically ‘the working classes’ have been marked out as a special cohort

warranting particular surveillance and concern. There is a strongly gendered element to this

construction too. For boys, bad behaviour has usually been associated with petty criminal

activity. Bad girls are often portrayed as sexually precocious. Race also inflects the

experience of children at law: ethnically diverse children are over represented in abused and

delinquent populations. When it comes to protection, sexual abuse has featured more

prominently in the public imagination than other forms of mistreatment while the family has

been central to contesting the ‘best interests’ and legal rights of the child.

This workshop brings together scholars from common law and inquisitorial jurisdictions to

consider the broader problems of protection, prosecution, and punishment of children in

legal-historical context. It seeks to address these issues within the wider contemporary

setting, informing contemporary policy and debate.

The convenors welcome proposals from any jurisdiction or period that examine the problems

of children at law. Proposals that fit within the following themes are especially encouraged:

Policing and prosecution

Punishing children

Sexual offences and the child

The child and the family

The convenors are seeking funding for an Oñati Workshop on this theme, to be held in 2014

(over 3 days in a period between April and July). Expressions of interest including a working

title, professional status and affiliation should be sent to Prof. Mark Finnane and Dr Yorick

Smaal no later than 1 February 2013:

m.finnane@griffith.edu.au

y.smaal@griffith.edu.au

Further information on the Oñati Workshops can be found at:

http://www.iisj.net/iisj/de/call-for-workshops.asp?cod=1630&nombre=1630&prt=1

Un peu en dehors de notre champ, mais pour ceux que le thème intéresse :

Cinéma / Littérature : projections

Appel pour une double journée d’études

Vendredi 7 et samedi 8 juin 2013

Et quitte à parler cinéma, signalons l’existence de ces deux associations qui utilisent le cinéma pour mieux parler d’histoire :

Mémoire 2000 qui organise des séances de cinéma pour les élèves et leurs professeurs depuis le début des années à Paris

Organisera une projection et un débat autour d’ Autopsie d’un mensonge

le débat portera sur le négationnisme.

Cette séance se tiendra comme d’habitude au cinéma Le Saint-Germain des Prés (22 rue Guillaume Apollinaire -75006 Paris), de 9 heures à midi le MARDI 12 FEVRIER 2013.

On peut réserver soit par téléphone au 01 46 44 57 21 soit par mail : mémoire.2000@sfr.fr

 

[Mémoire 2000, depuis sa création en 1992, s’adresse aux jeunes scolaires pour les informer et les sensibiliser à toutes les formes d’atteintes aux droits de l’homme : racisme, antisémitisme, exclusion, sexisme, handicap. Le cinéma a été choisi pour les illustrer et en transmettre la mémoire.

 

Mémoire 2000 attache aussi la plus grande importance au débat qui suit toujours la projection, au cours duquel les élèves peuvent poser toutes les questions qu’ils souhaitent à un débatteur choisi pour sa compétence et sa connaissance du thème traité par le film.

Nos séances de cinéma gratuites ont lieu une fois par mois. Le programme annuel est adressé aux enseignants des collèges et des lycées parisiens et de la région, avec le soutien de l’Académie de Paris. Environ 1800 élèves chaque année assistent aux séances organisées par l’association.

Enfin s’ajoutent à ces activités des visites de lieux de mémoire, comme la Maison des Enfants d’Izieu, le camp du Struthof, le Mémorial de Caen ou celui du Camp de Drancy. En février 2012, Mémoire 2000 a visité le Mémorial de Caen avec près de 200 élèves de classes de première et terminale.

http://memoire2000.wordpress.com/

Sur ce site, vous trouverez des informations sur l’ensemble des activités de l’association dont le rôle est de compléter et d’illustrer l’enseignement de l’histoire par la transmission de la mémoire.]

 

Ciné-Histoire

J’ai eu à plusieurs reprises l’occasion d’intervenir pour commenter un film projeté (au cinéma la Pagode, le samedi matin ou à l’hôtel de ville) par cette association créée et animée par Nicole Dorra et une équipe de bénévoles passionnés.

Le 12 janvier, il s’agissait du chef-d’œuvre de Clouzot (Le Corbeau).

Public nombreux, passionné, curieux, connaisseur… cela m’a donné envie d’en parler aux amis cinéphiles et passionnés d’histoire qui auraient envie d’aller voir un film rare le samedi matin !

 

L’association Ciné Histoire, créée à l’origine pour pérenniser la mémoire de la Seconde Guerre mondiale au moyen du cinéma,a élargi son domaine d’action aux conflits du 20ème siècle, et s’est développée l’année dernière avec un ciné club au cinéma La Pagode

Elle travaille donc dans 3 directions :

Un public scolaire avec un soutien au Concours de la Résistance et de la Déportation

(2 à 4 séances par an selon la demande des professeurs)

Tous publics avec des séances sur des sujets peu connus comme par exemple:

L’action de Varian Fry à Marseille avec le Comité américain de secours

La France des camps

Les réquisitions de Marseille

L’ONU son passé , son devenir

Face à la Shoah, résister dans le silence des nations

Le ciné-club avec cette année, une thématique sur l’histoire occultée, l’histoire manipulée et les grands films de l’occupation.

L’association reçoit à l’Hôtel de Ville de Paris environ 2500 personnes par an. Elle a reçu en 2010 la médaille Vermeil de la Ville de Paris et en 2012 le prix Jean Zay.

Alors pour en savoir plus et notamment découvrir le programme de cette association qui s’est donnée pour ambition « Leur donner envie de participer et de « refaire le monde » .

http://www.cinehistoire.fr/

 

 

Quant à, ceux qui aiment cinéma, histoire et jazz…

Pour ceux qui aiment le jazz…

 

La Chaîne Histoire diffuse(ra) (multidiffusion à partir du 14 janvier : voir dates sur le lien) un cycle ,That’s Jazz avec notamment trois documentaires très intéressants consacrés à Louis Armstrong (Satchmo), Billie Holiday (Lady Day) et aux musiciens de jazz vivant à Paris dans les années 1930 (Harlem à Montmartre)…


http://www.histoire.fr/histoire/programmes/histoire-cycles/0,,6802149-VU5WX0lEIDQ5Ng==,00-that-s-jazz-.html

 

 

 

 

 

 

4. Thèse

 

Rachel Couture, ‘Inspirer la crainte, le respect et l’amour du public’ : les inspecteurs de police parisiens, 1740-1789, universités de Caen Basse-Normandie et du Québec à Montréal, 18 janvier 2013.

« Effet Le Floch » ? Quelle qu’en soit la cause, la police parisienne du 18e S. suscite beaucoup d’intérêt et de travaux de qualité.

Rachel Couture s’attaque au dossier des inspecteurs de police parisiens au XVIIIe siècle : sujet délicat tant la réputation sulfureuse de ces subordonnés de la lieutenance générale de police est forgée de longue date et colportée jusqu’à une historiographie récente.

Centrant son propos sur les années 1740-1789, R. Couture étudie donc ce corps à partir de sa « refondation » par l’édit de mars 1740 qui ramène les effectifs de ce groupe (créé en février 1708) de 40 à 20 officiers, jusqu’à son « évaporation » (V. Milliot) dans les troubles de juillet 1789. Elle étudie un groupe de 80 officiers ayant exercé leur charge à partir de 1740 : années de la stabilisation définitive de ce rouage de la machine policière, de la normalisation de ses pratiques et de ses modes de recrutement. Ce faisant, elle permet de voir la normalisation de certaines manières de faire la police au Siècle des Lumières et l’assemblage de tradition et de modernité qu’elles pouvaient supposer, tout en interrogeant les voies de la constitution progressive de « métiers de police », de « professionnalisation », de « territorialisation » déjà mise en lumière par les travaux de V. Milliot et Justine Berlière dont cette thèse complète le travail sur les commissaires au Châtelet qui permettait d’entrevoir des spécialisations, des collaborations professionnelles et des complémentarités entre ces deux figures de la police parisienne du deuxième XVIIIe S. L’apport essentiel de ce travail fouillé et passionnant est certainement l’éclairage qu’il apporte sur un service de sûreté, en charge, entre autres, de ce que nous appellerions la police judiciaire ou criminelle, chargée des crimes (vols, homicides…) dont l’auteur montre les pratiques, les enquêtes et leurs étapes comme jamais encore on ne l’avait fait.

 

5. Quelques nouvelles du présent

Lu sur Archimag

http://www.archimag.com/article/mais-que-fait-la-police-de-l%E2%80%99opendata%E2%80%A6

Que fait la police ? Mais de l’opendata ! ça mais c’est bien sûr !…

>>La Préfecture de police libère une partie de ses données et dévoile l’implantation de son millier de caméras de vidéoprotection dans la capitale.

Par Bruno Texier
10/01/2013

1105 caméras de surveillance ont été déployées dans la capitale (PP)
La Préfecture de police a décidé de rendre publiques « certaines de ses données et de s’associer à la démarche globale d’ouverture des données publiques initiée par l’Etat français ». Elle a ainsi versé sur le portail data.gouv.fr plusieurs jeux de données portant sur l’implantation des caméras de surveillance à Paris.

Au total, ce sont 21 fichiers PDF qui recensent les centaines de caméras déployées dans les 20 arrondissements parisiens ainsi que le dispositif de vidéoprotection implanté le long de la Seine. La Préfecture de police précise que le nombre total de ses caméras atteint les 1 105 unités.

Sur son propre site, la Préfecture de police a conçu une carte interactive de visualisation de ses données publiques : fourrières, places de stationnement réservées aux personnes handicapées, casernes, brigades de sapeurs-pompiers…<< 

 

Le site Archimag toujours …

http://www.archimag.com/article/le-puzzle-des-archives-de-la-stasi-bient%C3%B4t-reconstitu%C3%A9

une excellente nouvelle pour mieux connaître et comprendre le « socialisme réel » et ses pratiques policières :

Le puzzle des archives de la Stasi bientôt reconstitué

StasiAprès cinq années de développement, un scanner de reconstruction virtuelle est désormais capable de réaliser le puzzle titanesque que les anciens de la Stasi redoutent depuis la chute du Mur de Berlin, il y a 23 ans : celui de l’assemblage des milliers de fragments de documents, mis en pièces dans la précipitation, quelques semaines avant la chute du régime.

Par Clémence Jost,
rédactrice archimag.
21/01/2013

 

Des centaines de millions de bouts de papier à identifier, trier et reconstituer… Un travail de plusieurs siècles s’il fallait résoudre ce gigantesque puzzle à la main. Ces documents, ce sont les confettis laissés par les agents du ministère est-allemand de la Sécurité d’Etat (Stasi) lorsqu’ils ont entrepris dans l’urgence, à quelques semaines de la chute du Mur de Berlin, de détruire l’ensemble des dossiers et rapports accumulés, afin de ne laisser aucune preuve. Faisant tourner les déchiqueteuses à plein régime pendant plusieurs jours, les agents ont parfois terminé le travail à la main.

Archives ouvertes
Découverts en janvier 1990 par les manifestants ayant envahi les locaux de la Stasi, les morceaux de papier ont été stockés dans 15 500 sacs contenant chacun entre 50 000 et 80 000 bouts de papiers. Ils constituent les reliquats de 40 années d’oppression, les dernières preuves exploitables du régime de l’ex-Allemagne de l’Est. Aujourd’hui, c’est l’office fédéral en charge des archives de la Stasi, la BSTU, qui conserve les précieux sacs. Dès 1995, dans le but de faciliter le travail de mémoire cher aux Allemands, les archives de la Stasi ont été ouvertes au public, la loi garantissant à chaque citoyen allemand de pouvoir consulter son dossier. Mais certains documents, tels que la liste des espions infiltrés à l’Ouest ou ceux concernant certaines morts suspectes d’opposants restent introuvables. Peut-être font-il partie de mystérieux puzzle à reconstituer… ?

Reconstitution virtuelle
Afin de faciliter ce titanesque travail, un chercheur de l’Institut Berlinois Fraunhofer, Bertram Nickolay, développe depuis cinq ans un scanner destiné à reconstituer numériquement les documents déchirés. Placés sur un tapis roulant, les morceaux de papier sont scannés un à un, recto verso, et analysés selon des dizaines de paramètres tels que la forme du papier, son épaisseur, sa texture, sa couleur, les caractères d’écriture, l’interlignage, etc. Ayant nécessité 8 millions d’euros d’investissement, le développement de cet ordinateur hors du commun arrive enfin à son terme. Un test en « conditions réelles » sera réalisé d’ici quelques semaines. Une fois le procédé validé, la phase définitive du travail de reconstitution virtuelle devrait démarrer dans le courant de l’année 2013.

 

Polices municipales : le retour (7 !)

http://www.acteurspublics.com/2013/01/25/manuel-valls-vante-la-police-intercommunale

Sécurité

Manuel Valls vante la police municipale intercommunale

Lors d’un débat au Sénat sur l’avenir de la police municipale, le ministre de l’Intérieur a annoncé un transfert, dans le cadre de la future loi de décentralisation, des pouvoirs de circulation et de stationnement aux intercommunalités. Il a en revanche été moins catégorique sur l’armement.

Au Sénat, lors d’un débat organisé le 24 janvier par la commission des lois sur l’avenir de la police municipale, dans le droit fil du rapport qui lui avait été remis par les sénateurs François Pillet (UMP) et René Vandierendonck (groupe socialiste), le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, en a profité pour délivrer sa conception du rôle et des missions des polices municipales. Insistant sur le pluriel, tant la réalité des territoires est diverse, le ministre de l’Intérieur a déclaré : “Les polices municipales ne doivent pas être le palliatif d’un État défaillant. Le rôle des polices municipales est de venir en complément des forces nationales”, avant de lancer à l’adresse des sénateurs : “C’en est fini des polices municipales cow-boys”.

Depuis quelques mois, le débat s’agite entre syndicats de police, élus locaux et le ministère de l’Intérieur. En cause, la place et le rôle des polices municipales par rapport à la police nationale. Si l’une et l’autre ont logiquement des missions distinctes et complémentaires, arrêtées dans des conventions de coordination, dans la réalité, c’est moins net. Au fil des années, les missions traditionnelles de la police municipale, axées avant tout sur la prévention et la tranquillité publique, se sont doucement rapprochées des missions de la police nationale qui, faute d’effectifs, lâche du terrain. Résultat : les policiers municipaux, parfois équipés ou armés, entretiennent la confusion, mais avec la douce impression de jouer les « sous-policiers ». Victime d’une crise d’identité, ils sont en attente d’une reconnaissance.

Le partenariat avec la police nationale est désormais une réalité.Toutes ont une mission de police administrative et le respect du code de la route. Outre cette mission de sécurité, elles contribuent à la lutte contre le trafic de drogue”, a reconnu simplement le ministre, qui se veut avant tout “pragmatique”. Pour lui, la“diversité de leurs missions doit être préservée”. En attendant les conclusions des auditions menées par le préfet Jean-Louis Blanchou, chargé d’une mission de réflexion en lien avec les corps d’inspection de l’administration, Manuel Valls a égréné les trois axes de sa politique : “une meilleure coordination entre État et collectivités, territoriales”, “une plus grande proximité” et “des moyens”, mais sans prendre position sur la création en tant que telle d’une “police territoriale” telle qu’elle est proposée par le rapport du Sénat.

Décret sur l’armement

Pour une meilleure coordination, il faut redéfinir les missions de la police municipale. La coproduction de sécurité doit reposer sur un diagnostic partagé, fondé sur les conventions de coopération”, a dit le ministre, qui mise beaucoup sur l’intercommunalité. Prenant l’exemple de la police intercommunale de Roissy-en-France et d’une organisation qui “autorise une meilleure adaptation des forces au terrain”, il a annoncé que “la loi de décentralisation prévoira un transfert de compétences à l’intercommunalité sur la circulation et le stationnement”. Sauf que cette possibilité existe déjà dans les textes, de manière facultative. Mais les maires rechignant à déléguer leurs pouvoirs de police, elle n’a pas eu beaucoup de succès, comme l’a d’ailleurs reconnu le rapport du Sénat.

Sur d’autres sujets, intéressant plus directement les policiers municipaux, Manuel Valls est resté plus évasif :“Restons prudents sur l’uniforme, le bleu est réclamé avec insistance.” Prudence aussi sur un autre sujet : l’accès aux fichiers. “La jurisprudence constitutionnelle nous y oblige : les pouvoirs d’investigation restent à la police nationale. Il faudra approfondir la réflexion pragmatique”, a dit le ministre. Enfin, sur l’armement, sujet sensible, il a affirmé qu’“il n’y a pas de réponse unique. C’est nécessaire à Évry, non ailleurs. Ce n’est pas une question de taille ni de couleur politique”, a-t-il ajouté, avant d’annoncer qu’“un projet de décret est en cours pour confier à la police municipale, si besoin est, des tonfas ou des matraques télescopiques”“il faut donner aux policiers municipaux les moyens de se défendre”, a-t-il conclu.

Xavier Sidaner

 

« Surveillance, fighting crime and violence » : première publication issue du projet de recherche européen IRISS (Increasing Resilience in Surveillance Societies)

 >> EC-funded project calls for greater transparency and accountability re use of surveillance systems

 Press release, 17 Jan 2013

 The IRISS project, funded by the EC under the 7th Framework Programme, has just published a major 412-page report entitled Surveillance, Fighting Crime and Violence. The report analyses the factors underpinning the development and use of surveillance systems and technologies by both public authorities and private actors, their implications in fighting crime and terrorism, social and economic costs, protection and infringement of civil liberties, fundamental rights and ethical aspects.

 The IRISS consortium has identified the following trends: (1) a substantial growth of public sector demand for surveillance bolstered by the adoption of identity schemes and terrorist detection technologies and markets, (2) an increase in the demand for civil and commercial surveillance, (3) the development of a global industry in surveillance, (4) an increase in integrated surveillance solutions, and (5) a rise in the government use of cross-border surveillance solutions.

 “The role of surveillance in law enforcement is expanding,” says IRISS project co-ordinator Reinhard Kreissl. “There has been a shift in its use in identifying offenders before they have committed a crime. This has affected the presumption of innocence in a way that citizens are now considered suspects (a shift to a presumption of guilt).” With the growth of encompassing preventive surveillance, the presumption of innocence as an important legal safeguard is gradually hollowed out.

 “There are numerous open questions about the usefulness and effectiveness of surveillance technologies and their possible rebound effects, specifically in relation to surveillance measures introduced to fight terrorism and organised crime without knowledge of their effectiveness and consideration of their negative side effects.”

 Among the report’s other findings and recommendations are these:


Important social costs of surveillance include the social damage caused by false positives of suspects of criminal and terrorist activities, the categorical suspicion and discrimination of members of certain social or ethnic groups, the marginalising effects and social inequalities caused by invasive monitoring of those of lower social status, the inhibitory effects of surveillance which can undermine social and democratic activities, and the erosion of trust in society.

 There are gaps and deficiencies in the law and in jurisprudence as they struggle to keep pace with technological development and institutional practice, perhaps especially in an online environment and in a climate of enhanced law enforcement and counter-terrorist policy.

 Data protection authorities as external overseers and regulators typically focus upon the privacy-related implications of surveillance and find it difficult to embrace a wider perspective of values in their regulatory exhortations and enforcement practice. The laws within which they operate do not normally give them a licence to roam across the range of values to invoke when they seek to limit surveillance.

 The European surveillance industry is developing at a rapid pace and is expected to continue doing so. However, surveillance companies from Europe face stiff competition from companies from outside the European Union.

 Europe requires a multi-level strategy to build resilience in society vis-à-vis surveillance. The consortium recommends that industry associations develop surveillance-related guidelines and codes of ethics, and foster greater corporate social responsibility practices.

 Greater transparency and accountability for the surveillance industry might come through the adoption of privacy impact assessments (PIAs) or surveillance impact assessments (SIAs) and through the development of standards and certification requirements for surveillance technologies.

 This report is the first of several expected from the IRISS project. Other reports will address the key features raised by social, political and legal perspectives of surveillance and democracy; comparative empirical evidence concerning the impact of surveillance on democratic and open societies based on five case studies; citizen attitudes towards surveillance; the exercise of democratic rights under surveillance regimes; and options for enhancing social, economic and institutional resilience in “democratic” surveillance societies.

 The report was produced by a consortium of 16 partners from universities, research institutes and companies from Austria, Belgium, Germany, Hungary, Italy, Norway, Slovakia, Spain and the United Kingdom. IRISS is the acronym for “Increasing Resilience in Surveillance Societies”, a three-year project which began in February 2012. The consortium prepared the report for the European Commission’s Directorate-General for Research & Innovation.

 For more information, including a copy of the report:  http://irissproject.eu/?page_id=9

 Reinhard Kreissl, Project Co-ordinator

reinhard.kreissl@irks.at

 David Wright, Work Package 1 leader

david.wright@trilateralresearch.com

>>

6. Sur l’internet

 

■ Lu dans la Lettre d’information de janvier du site Délinquance, justice et autres questions de société dont la lecture est toujours recommandée…ce billet de Laurent Mucchielli

Numéro 79 (16 janvier 2013)

« Les Français préfèrent les gendarmes : pour combien de temps encore ? »

Les Français préfèrent les gendarmes, qu’ils jugent « plus proches de la population » et « plus honnêtes » que les policiers, selon un sondage Ifop pour le mensuel L’Essor de la gendarmerie.

– Voir l’intégralité de ce sondage sur le site de l’IFOP –

Le sociologue Laurent Mucchielli appelle cependant à la prudence dans l’interprétation de ce sondage, l’analyse du détail de ces résultats indiquant que cette meilleure image de la gendarmerie repose peut-être sur une certaine nostalgie et ne durera probablement pas éternellement.

Je retire pour ma part trois enseignements de ce sondage. Le premier est que, en moyenne, les trois quarts de nos concitoyens ont une bonne image de nos forces de sécurité. Ceci est rassurant dans une époque où les emballements politiques et médiatiques à l’occasion des faits divers font parfois douter des fondamentaux. Il suffi t de regarder ailleurs dans le monde et d’y observer quantité de forces de police violentes et corrompues pour comprendre cette confiance des citoyens français.
Le deuxième est que les gendarmes continuent à bénéficier d’une image meilleure que celle des policiers (83 % de bonnes opinions contre 67 %). Ces derniers diront que c’est parce que la Gendarmerie communique mieux ! C’est sans doute vrai, du reste, mais je ne pense pas que ce soit la bonne explication. Lorsqu’on interroge les gens autour de soi, on constate que ce qu’ils apprécient le plus, c’est la façon qu’ont les gendarmes d’entrer en relation avec le public. Les gens citent la politesse (qui commence évidemment par le vouvoiement), le calme, l’absence d’agressivité.
Le troisième est que les gendarmes auraient tort de s’endormir sur leurs lauriers. Le détail du sondage indique que le fait de trouver les gendarmes particulièrement « proches de la population » est plutôt une opinion d’hommes, et surtout d’hommes âgés. Tandis que les moins de 35 ans ne font pas de différence entre gendarmes et policiers (25 % contre 20 %), les plus de 65 ans en font une très nette (51 % contre 11 %). On peut se demander si cela n’est pas lié d’abord à l’expérience du service militaire, qui aurait globalement laissé aux générations concernées un bon souvenir de l’armée. Ensuite, on peut faire l’hypothèse que cela est lié au fait que la Gendarmerie a longtemps été une police de proximité de par son immersion dans la population. Mais parlons franchement : ce modèle est en voie de disparition. Dès lors, il est probable que cette nostalgie ne résistera plus longtemps à la réalité de pratiques policières et gendarmiques de moins en moins différentes.

Par Laurent MUCCHIELLI – Polices, gendarmerie 

 

 

■ Le Bulletin de l’amicale des anciens des services spéciaux de la Défense Nationale : un trésor enfin accessible

 L’Amicale des anciens des services spéciaux de la Défense nationale, fondée en 1953, club assez fermé comme on l’imagine, édite depuis 60 ans un Bulletin (confidentiel et réservé aux initiés) qui s’intéresse de près à l’histoire ou plus précisément à celle des « services ».

Sa rubrique « Pages d’histoire & Sacrée vérité » comporte de très nombreux études, témoignages, articles (inégaux mais souvent passionnants) rédigés par les acteurs et responsables au nombre desquels les colonels et généraux Paillole, Rivet, Navarre, Schlesser, etc… Ils constituent un trésor désormais (partiellement) accessible en ligne :

 

http://www.aassdn.org/xl001s01.html

 Qu’il s’agisse des TR, de la SM, des services à Alger, de la résistance du 2e Bureau de l’armée d’armistice, du rôle de la DSM à Alger, de l’action de Weygand, de l’organisation du CE français dans les années trente, de ce qu’il a su et transmis au gouvernement des plans allemands d’invasion, de l’opposition DSM/BCRA à Alger en 1943… il y a là pour le curieux, l’amateur ou le chercheur une masse de renseignements (on passera avec indulgence sur le style de la rédaction très « anciens de la patrouille des Castors » !) qu’il convient bien évidemment de passer au double filtre de la critique, mais qui ouvre des perspectives peu explorées…

Les chercheurs ou curieux trouveront également des études intéressantes sur l’Algérie, la Russie après 1989…)

 

Débat : recherche scientifique v/s idées reçues et analyses convenues :

 

Dans un blog intitulé « La Shoah revisitée » (http://la.shoah.revisitee.org)

Marc-André Charguéraud inaugure par le texte qui suit une série « 50 autres idées reçues sur la Shoah » à paraître en 2013 : or la recherche dans ce domaine aussi a pas mal avancé et on peut se demander à bon droit, l’intérêt de répéter depuis trente ou quarante ans les mêmes erreurs et imprécisions…

 

Rafle du Vel d’Hiv : Laval pouvait refuser complicité. 1942-1943

 

Publié le 13 janvier 2013

 

En septembre 1942 et en juillet 1943, Laval refuse de coopérer et des rafles massives sont annulées par les Allemands.

Dans Paris occupé, au cours de la rafle du « Vel d’hiv » les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 Juifs étrangers sont arrêtés à Paris par la police sur l’ordre du gouvernement de Vichy dirigé par Pierre Laval. Ils sont remis aux Allemands qui les déportent vers la mort. Pire, si c’est possible, pendant le mois d’août 1942, Vichy déporte 10 500 Juifs de la zone libre vers la zone occupée. Ces mesures criminelles et déshonorantes marquent la France d’une tache indélébile. L’histoire indique qu’elles pouvaient être évitées sans entraîner de représailles de la part des Allemands.

La rafle du Vel d’Hiv terminée, Heinz Röthke, chef des services des affaires juives de la Gestapo en France, prépare la suivante. Il obtient de Berlin la disposition de 50 trains pour déporter 50 000 Juifs français et étrangers entre le 15 septembre et la fin octobre 1942.  Le 2 septembre, Pierre Laval intervient auprès du général Karl Oberg, patron de la police et de la sécurité allemande en France (RSHA). Selon ce dernier « le Président Laval demande que, si possible, on ne lui signifie pas de nouvelles exigences sur la question juive. Il faudrait en particulier ne pas lui imposer a priori de nombre de Juifs à déporter ».

Les Allemands décident alors de surseoir à ce plan. Les supérieurs de Heinz Röthke, Helmut Knochen et Herbert Hagen, « considèrent comme prioritaires les intérêts économiques et stratégiques du Reich, ainsi que la protection des troupes d’occupation garantie en particulier par la vigilance de la police française ».   Ces jeunes officiers savent qu’au moindre manquement ils devront abandonner leurs postes confortables en France et seront envoyés sur le front russe. Pour les Allemands, il ne s’agit que d’une suspension. Leur rapport  du 2 septembre précise que Laval « confirme  que, conformément aux accords conclus, on livrera plus tard d’abord les Juifs ayant perdu leur nationalité allemande, autrichienne, tchèque, polonaise et hongroise, puis également les Juifs belges et hollandais. Ensuite, comme convenu, on livrera les Juifs qui ont acquis la nationalité française après 1933. »

Le refus provisoire de Laval  d’opérer de nouvelles arrestations n’exprime pas de sa part la moindre sollicitude envers les Juifs. Il le répète sans réserve aux visiteurs qui interviennent pour lui demander d’arrêter les arrestations de Juifs étrangers. Un compte-rendu de Pinkney Tuck, le chargé d’affaires américain en France, résume un entretien qu’il eut avec Laval le 26 août : « Il est évident par son attitude qu’il n’avait ni intérêt, ni sympathie pour le sort d’aucun de ces Juifs qui, fit-il remarquer sans pitié, étaient déjà bien trop nombreux en France. »

Par contre Laval subit une pression très forte de son opinion publique, scandalisée par l’ampleur et la brutalité des arrestations en zone libre, qui l’oblige à les interrompre. Les déclarations publiques des autorités religieuses catholiques et protestantes se font pressantes et explicites en cette fin août 1942. Laval cède et tient tête aux Allemands sans que cela n’entraîne de conséquences.

Au printemps 1943, Röthke revient à la charge. Il sait que le nombre de Juifs étrangers  toujours présent en France est limité. Or Vichy refuse la mise à disposition de sa police pour déporter les Juifs français. Röthke demande alors  « la promulgation d’une loi retirant la nationalité française aux Juifs naturalisés postérieurement à 1927 ou 1933 ».  Ayant eu l’accord de Laval, il planifie pour les 23 et 24 juillet 1943 dans le département de la Seine une rafle de 50 000 Juifs avec le concours de 2 000 policiers français.

Sous la pression du Maréchal, Laval revient sur son accord de dénaturalisation, ce qui oblige Röthke à suspendre la rafle prévue. Celui-ci conclut désabusé que l’« on ne peut plus compter sur la collaboration de la police française pour l’arrestation en masse des Juifs (…)  Le gouvernement français ne veut plus marcher avec nous (…) Il est conseillé de faire en sorte qu’une compagnie de Schutzpolizei se tienne désormais prête à intervenir. »  Ces menaces n’ont pas d’effets.

Pour la deuxième fois, Vichy a tenu tête aux Allemands sans subir la  moindre mesure de représailles. Pourquoi n’en a-t-il pas été de même en juillet-août 1942 ? Laval devait se tenir à la ligne de conduite qu’il s’était tracée lors du Conseil des ministres du 26 juin 1942. Il estime alors que la question juive « a été résolue, on le sait, en Allemagne d’une manière extrêmement sévère. L’opinion publique française accepterait difficilement que des mesures identiques soient prises en France où cette question n’a jamais eu la même acuité ».  Sa marge de manœuvre permet à Laval de refuser les demandes allemandes de mettre la police française à disposition pour des arrestations et des transferts vers Drancy.

Est-ce à dire que les 12 884 juifs du Vel d’Hiv auraient été sauvés ? Serge Klarsfeld pense qu’avec Laval refusant la rafle, la police et l’administration française n’auraient pas obéi aux ordres d’Oberg pour une pareille opération brutale visant des familles n’ayant commis aucun acte illégal.  Certains auraient tout de même été arrêtés. Les Allemands n’étaient pas complètement dépourvus de moyens s’ils décidaient d’agir par eux-mêmes, comme ils le montreront plus tard et dans d’autres pays. Déjà en fin 1940, n’ont-ils pas seuls identifié, arrêté et expulsé 22 000 Juifs d’Alsace et de Lorraine vers la zone libre ?

Toute hypothèse sur ce qui serait arrivé pendant l’été 1942 en cas de refus de Vichy est hasardeuse. Mais au moins le gouvernement de Vichy ne se serait pas rendu complice direct des déportations vers les camps de la mort, un acte indigne dont le pays porte encore aujourd’hui les stigmates.

Le pasteur Boegner dénonce cette situation dans une lettre lucide adressée au Maréchal Pétain le 20 août  1942. « La vérité est que viennent d’être livrés à l’Allemagne des hommes et des femmes réfugiés en France pour des motifs politiques ou religieux dont plusieurs savent d’avance le sort terrible qui les attend. »  Boegner met Pétain face à ses responsabilités : « Aucune défaite, vous nous l’avez rappelé vous-même, ne peut contraindre la France à laisser porter atteinte à son honneur. » La conclusion de cette admirable lettre est pathétique et cruellement vraie : « Je vous supplie, Monsieur le Maréchal, d’imposer des mesures indispensables pour que la France ne s’inflige pas à elle-même une défaite morale dont le poids sera incalculable. »
Copyrigth Marc-André Charguéraud. Genève. 2013. Reproduction autorisée sous réserve de mention de la source.

 

Ce texte a suscité la réaction suivante d’Alain Michel dont j’ai présenté la recherche consacrée à la Shoah et au « paradoxe français » dans une lettre précédente et auquel j’avais fait suivre l’analyse de Charguéraud :

 

Jérusalem, le 23 janvier 2013.

Réaction à l’article de Marc-André Charguéraud du 4 janvier 2013 : « Rafle du Vel d’Hiv : Laval pouvait refuser sa complicité ».

Le sujet de la rafle du Vel d’Hiv est extrêmement problématique pour la simple et bonne raison qu’il n’existe aucune étude scientifique de cette question, qui se trouve pourtant au centre de la Mémoire de la Shoah en France. C’est sans doute pourquoi, Marc-André Charguérau, ne s’appuyant uniquement que sur ce qu’en écrit Serge Klarsfeld, passe son temps, au fil de son article, et sans doute de manière inconsciente, à accumuler erreurs, contre-sens et mauvaises interprétations.

Relevons-en donc quelques-unes :

  • La responsabilité de Vichy : Dès la deuxième ligne, on se trouve dans l’erreur la plus absolue. Les 12 884 Juifs arrêtés les 16 et 17 juillet 1942 ne l’ont pas été sur l’ordre du gouvernement de Vichy.
  • A) La rafle est décidée et programmée par la Sipo-SD dès le mois de juin 1942. Même après l’accord du 4 juillet 1942 sur lequel je vais revenir, l’initiative se trouve toujours entre les mains allemandes. Preuve en est ce que déclare Dannecker, le délégué à Paris de Eichmann, à la première réunion de préparation technique de la rafle, le 7 juillet 1942. Deux sources sont citées dans les documents apportés par Klarsfeld dans son livre Vichy-Auschwitz paru en 1983 (mais Klarsfeld n’en tient pas compte dans son analyse puisqu’il ne fait pas de l’histoire mais écrit un récit mémoriel). P. 238, dans le compte rendu de la réunion, qui rassemble avenue Foch (donc chez les Allemands) les principaux responsables de la police parisienne (ainsi que Darquier de Pellepoix et Leguay, délégué de Bousquet en zone nord), on voit que celui-ci commence de la manière suivante : « M. le capitaine Dannecker fait connaître les décisions de l’Autorité allemande [c’est nous qui soulignons – AM]. Celle-ci a décidé [AM] le rassemblement et le transfert pour une destination orientale de 22 000 Juifs … ». P. 242, une note interne de Dannecker souligne un échange qu’il a eu avec Leguay au cours de cette réunion du 7 juillet, dans lequel ce dernier rappelait les négociations « actuellement en cours » entre Bousquet et Oberg et qui devrait aboutir à une large autonomie de la police de zone nord. La réponse du délégué d’Eichmann aux affaires juives était dénuée d’ambigüité : « Sur ce, j’ai dit à Leguay que pour l’instant la situation restait inchangée et que la police française (en particulier dans des actions locales ou des cas particuliers) était tenue d’exécuter [AM] ce que nos services locaux ou les commandos de la Sipo (SD) qui en dépendant pouvaient être amenés à leur demander, sans s’informer au préalable auprès du Secrétaire d’Etat à la police [il s’agit de Bousquet – AM] de la légitimité des ordres en questions ».
  • B) De ces deux documents, il apparaît que tous ceux qui attribuent la rafle du Vel d’Hiv à la responsabilité de Vichy se trompent lourdement. André Charguéraud entamant son texte ainsi, on comprend que dès le départ, toute sa reconstruction historique est inexacte puisqu’elle s’appuie sur une erreur conceptuelle de base (dont il est victime comme tous ceux qui ont suivi aveuglément le narratif mémoriel et émotionnel de Serge Klarsfeld). Soulignons également au passage que les historiens (comme Henry Rousso dans « Le régime de Vichy » de Que sais-je n° 1720, 2007, ou Christian Chevandier dans « Policiers dans la ville », folio histoire 198, 2012), qui dénoncent la responsabilité de Vichy dans l’organisation de la rafle comme une conséquence de l’accord sur l’autonomie de la police entre Bousquet et Oberg se trompent également. L’accord ne sera conclu que début août 1942, après la rafle du Vel d’Hiv.
  • Les accords du 4 juillet 1942 et leurs conséquences : Pour comprendre le rôle exact de Vichy dans la rafle du Vel d’Hiv, il faudrait remettre dans l’ordre et compléter de nombreux éléments présentés de manière erronée et confuse par MA Charguéraud. Un exemple : il agrège deux textes différents du Conseil des ministres, celui tenu le 26 juin 1942 et celui du 3 juillet suivant. Pour ne pas allonger trop cette réaction, je me permettrai de résumer le déroulement des événements qui aboutissent à cet accord du 4 juillet entre Laval et Oberg, le chef de la SS en France. Face aux demandes allemandes d’arrestations et de déportations de Juifs, le premier mouvement de Vichy est de dire en gros : faites ce que vous voulez en zone nord, mais nous ne participons pas en zone sud. De plus, il y a même une demande pour que la police de zone nord ne participe pas à ces arrestations, demande qui sera encore renouvelée par Bousquet le 2 juillet. Il faut bien comprendre cependant que, si les Allemands refusent cette demande, Vichy ne peut rien faire. En effet, depuis le début de l’occupation, la police française de zone nord se doit d’obéir aux autorités d’occupation en vertu de l’application de la Convention de La Haye de 1907 et de la Convention d’armistice de juin 1940 (il n’y a pas à entrer ici dans le débat juridique sur l’abus qu’ont fait les Allemands de ces Conventions puisque cet abus a été accepté tant par Vichy que par les fonctionnaires de Zone nord, même si parfois des protestations sont émises). Cependant, cette vue de Vichy de non-participation aux arrestations de Juifs va évoluer pour une raison principale : en laissant les mains libres aux Allemands dans l’organisation de la rafle, Vichy abandonne les Juifs français de Zone nord, puisque Dannecker a annoncé que 40 % des arrestations concerneront des Juifs de citoyenneté française. C’est pourquoi la position de Vichy se transforme et aboutit à une sorte de troc qui est présenté par Bousquet le 4 juillet au matin.  Les Allemands acceptent de n’arrêter et déporter vers l’Est que les Juifs apatrides de zone nord, et en échange Vichy s’engage à livrer les Juifs apatrides de zone sud. De plus, de fait, Vichy renonce à sa demande de non utilisation de la police française en zone nord. Deux remarques importantes : a) l’idée d’évacuer les Juifs apatrides de zone sud n’est pas nouvelle, et pendant un an et demi, à partir de l’automne 1940, tant Darlan que Laval ont cherché à faire partir ceux-ci vers le continent américain mais ils se sont heurtés au refus de Washington (les documents sur cette question se trouvent dans les archives françaises et américaines). Les faire partir vers l’Est constitue donc aux yeux de Vichy la poursuite de la même politique vers une destination différente. Il n’y a pas de possibilité de connaître ce qui se passe vraiment à Auschvitz à ce moment. C’est pourquoi, lorsque Laval approuve dans l’après-midi du 4 juillet 1942 cet accord, il négocie le fait que les Juifs apatrides évacués de zone sud le seront par famille, c’est-à-dire y compris les enfants, contrairement aux demandes allemandes. Puisque ceux-ci avaient « déversé » des familles entières (comme dans le cas des Juifs de Bade et du Palatinat fin octobre 1940), ils devaient « reprendre des familles entières.
  • Quelles sont les conséquences de cet accord ? A) Vichy accepte de collaborer aux arrestations et déportations. Mais cette collaboration, nous l’avons vu, ne se fait pas dans le cadre de la rafle du Vel d’Hiv, qui relève de la responsabilité allemande. C’est en arrêtant les Juifs étrangers de zone sud et en les remettant aux nazis que Vichy participe directement à la Solution finale. B) Mais la « compensation » de cette participation se trouve dans le fait que Vichy obtient, en échange, que les Juifs français ne soient pas arrêtés et déportés (en juillet 1942, les arrestations ne concernent que les Juifs apatrides mais elles seront peu à peu élargies à d’autres catégories de Juifs étrangers). Malgré certaines exceptions, les Allemands respecteront globalement cet accord jusque fin août 1943, ce qui est l’explication principale de la différence de victimes entre les Juifs français (moins de 10 %) et les Juifs étrangers (plus de 36 %). C) L’acceptation par les nazis de réduire le champ des arrestations de juillet 1942 aux seuls Juifs apatrides a pour effet immédiat de restreindre les possibilités d’internements. On le sait par l’exemple de ce qui se passe à Bordeaux, et par l’annulation de train de déportation qui s’ensuit. Toujours dans Klarsfeld, p. 257, on trouve cité le télex envoyé par le SS Röthke à Berlin dans lequel il explique que suite à l’accord conclu avec Vichy « le nombre de personnes à appréhender se trouve considérablement réduit (en particulier en province) ». « En particulier en province » signifie que le phénomène a lieu également à Paris. Nous avons ici une explication partielle de l’échec relatif de la rafle du Vel d’Hiv. La cible s’étant réduite, suite à l’accord, il était à présent impossible de remplir l’objectif prévu au départ. D) Enfin, contrairement à ce qui est affirmé en général (sauf par quelques historiens lucides comme Léon Poliakov), la déportation des enfants arrêtés lors de la rafle du Vel d’Hiv n’est pas due à la demande de Laval (qui ne s’est préoccupé, on l’a vu, que de la zone sud) ou encore de l’administration française. Alors qu’il était prévu au départ que les enfants dont les parents étaient arrêtés seraient confiés à l’UGIF (voir les deux comptes-rendus de la réunion préparatoire du 7 juillet), c’est Dannecker qui, dès le 10 juillet télex à Berlin pour demander si « à partir du 10e convoi les enfants apatrides à évacuer pourront être évacués eux aussi ». Il ajoute également qu’il attend une réponse à son télex du 6 juillet dans lequel il avait déjà demandé à Berlin l’évacuation d’enfants à partir du 15° convoi. Il ne s’agit pas d’une répétition, mais a) le 6 juillet la demande concernait les enfants de zone sud, suite à la conversation avec Laval, b) le 10 juillet la demande concerne les enfants de ceux qui doivent être arrêtés dans la rafle de zone nord.
  • Quelques autres erreurs : les idées reçues sur la responsabilité et la culpabilité française dans la rafle du Vel d’Hiv sont tellement ancrées que leur réfutation demande de longues explications. Dans le cadre de cette réaction, je ne peux entrer dans le détail que pour les deux premiers points ci-dessus. Pour le reste, je me contenterais de souligner rapidement les autres problèmes du texte de Marc-André Charguéraud :
  • A) L’affirmation que les jeunes officiers SS seraient envoyés sur le front russe « au moindre manquement » est totalement gratuite, d’autant plus dans le cas d’officiers SS et non de la Wehrmacht.
  • B) Le compte rendu de l’américain Tuck comme quoi Laval n’a aucune sympathie pour les Juifs est à mettre en parallèle avec le compte-rendu de Laval du 10 juillet où il rapporte que lorsqu’il propose à Tuck que les USA prennent les Juifs étrangers, Tuck répond qu’ils en ont 5 millions et que c’est suffisant !
  • C) Le fait que Laval aurait cédé aux pressions de l’opinion et de l’Eglise est vraisemblablement faux. Tout d’abord les réactions ont eu beaucoup moins d’amplitude que ce que l’on monte en épingle aujourd’hui. Ensuite, Laval n’a jamais cédé aux pressions de l’opinion publique dans aucun cas, même lors de la crise la plus forte avec l’Eglise, début 1943, à propos du STO. Pourquoi l’aurait-il fait dans le cas des Juifs qui n’était sûrement pas une question prioritaire ni pour le gouvernement, ni pour la majorité des Français, principalement indifférents ?
  • D) La présentation de la question des dénaturalisations en 1943 est tronquée et inexacte. Il s’agit d’une négociation complexe, qui dure sur plusieurs mois, et pour laquelle Laval, puis Pétain, refusent finalement leur concours à cause de la manière brusquée dont Rothke veut utiliser la loi si elle était promulguée.
  • E) Lorsque Röthke demande à Berlin une compagnie de Schutzpolizei, ce n’est pas par menace contre Vichy, mais tout simplement la recherche d’une solution au manque de policiers puisque Vichy ne veut plus collaborer. Il est à noter d’ailleurs qu’il s’agit de la zone sud, puisqu’au nord l’administration française continue à appliquer la convention d’occupation.
  • F) L’affirmation de Klarsfeld comme quoi un refus de Laval début juillet 1942 aurait entraîné une non-collaboration policière à Paris est absolument fausse. Voir ce que j’ai montré ci-dessus à propos de l’obéissance des fonctionnaires de police en zone nord..
  • G) La comparaison avec l’Alsace est absurde. Tout d’abord on se trouve alors en 1940, ensuite cette région est annexée de fait et la présence policière et militaire allemande est bien plus importante que ce qui existe dans l’ensemble du reste de la France en 1942-1943.
  • H) Dans les deux paragraphes de conclusion, le regard sur ce que Vichy n’aurait pas dû faire et qui a porté des stigmates dans la société relève, dans la manière dont cela est présenté, d’une vision totalement téléologique et anachronique. Mais, comme dans tout le reste de son texte, Charguéraud ne fait pas l’effort d’un travail historique de reconstitution des événements, mais reprend l’histoire mémorielle imposée comme vérité unique et officielle depuis 40 ans en France.

Dr Alain Michel, auteur de « Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français, CLD 2012.

Renseignements sur le blog : http://vichyetlashoah.blog.lemonde.fr/

 

Et pour ne pas quitter un sujet pour lequel les responsabilités de l’État français paraissent moins discutables…

 

7. Exposition(s)

 

Du 30 janvier au 29 septembre

Au Mémorial de la Shoah (17, rue Geoffroy-L’Asnier (Paris, 4e)

 

8. Pub (ou : « il il ny a pas que la police dans la vie ! »)

ANNALES DU CINÉMA FRANÇAIS

Voies du silence (1895-1929)  

Pierre Lherminier

Annales cinema francaisCette somme sans précédent reconstitue l’évolution du cinéma français dans toutes ses dimensions.

On ne peut bien connaître le cinéma français, et le comprendre, sans connaître l’intégralité de son histoire. C’est pourquoi cet ouvrage remonte aux origines, avant de reconstituer, année après année, la période extraordinairement animée et féconde, quoique méconnue, qui va de l’invention du Cinématographe aux premiers films sonores et parlants.

 Ce livre d’une conception originale suit pas à pas, presque au jour le jour, l’actualité de la vie professionnelle du cinéma sous ses divers aspects, avec ses aléas, ses crises, ses débats, en mettant l’accent sur la vie et le travail de ceux qui l’ont fait, et les œuvres majeures qui en sont nées. Il en résulte un récit vivant, richement documenté et abondamment illustré, grâce auquel c’est au cœur même de l’histoire du cinéma français en train de se faire, et dans le contexte de son temps, que le lecteur est invité à pénétrer. En marge de ce récit, une chronologie continue, une sélection des films les plus marquants, et parfois un « Plan rapproché » sur un moment, un sujet ou un film particulier, apportent un éclairage complémentaire. De précieuses annexes et des index font en outre de cet ouvrage une référence indispensable.

C’est toute la mémoire du cinéma français qui est ainsi remise au jour.

 Pierre Lherminier a consacré toute sa carrière à l’édition cinématographique. D’abord libraire spécialisé, il a par la suite créé et dirigé, aux côtés de Pierre Seghers, plusieurs collections (dont « Cinéma d’aujourd’hui »), avant de devenir éditeur indépendant. En tant qu’auteur, il a signé en outre des ouvrages sur Jean Vigo et Louis Delluc, ainsi qu’une biographie de Simone Signoret et d’Yves Montand. On lui doit également des éditions critiques des écrits de Jean Vigo, Louis Delluc, Jean Grémillon et Charles Pathé.

1150 pages– 89 € – ISBN : 978 2 36583 328 8

Parution 14 décembre 2012

Partenariats : Pathé – Gaumont – Cinémathèque française (programmation spéciale)

Contact presse : Frédéric Durand

Tél : 01 46 34 42 32 / Fax : 01 43 54 03 60 / mail : fdurand@nouveau-monde.net

9. Dans le noir du roman…

Les accros de La Trilogie Berlinoise n’auront pas manqué de constater (avec plaisir voire plus) la reprise des aventures de Bernie Gunther que l’on avait laissé du côté du Rio de la Plata (Une douce flamme) et que l’on a retrouve dans un 6e épisode avant-guerre àBerlin et à Cuba au début des années 1950 (Hotel Adlon / If the Dead Rise Not)

Le 7e épisode (Vert de Gris / Field Grey) le retrouve en 1954 à Cuba puis aux USA puis en RFA en pleine guerre froide. Notre héros est toujours en pleine forme malgré les années et l’auteur y étale toujours ce mépris des Français qui court tout au long de son œuvre.

La question légitime – que l’on peut aussi se poser à propos de J.-F. Parrot – est néanmoins : comment savoir arrêter une série ? Philip Kerr et son éditeur viennent d’y répondre en sortant avant les fêtes, un 8e épisode (Prague Fatale). On y retrouve notre flic cynique préféré avec Heydrich en 1943 (ces retours en arrière sont finalement pratiques pour éviter le problème du héros nonagénaire). La traduction française ne devrait pas tarder… et pour une fois, la traduction du titre ne devrait pas trop s’éloigner de la V.O.

NB : exploitant le succès grandissant de Philip Kerr, l’éditeur français sort les traductions de livres antérieurs d’un auteur infatigable et prolifique (ou endetté ?) notamment un polar glauque dans la Russie post-communiste (Chambres froides / Dead Meat)… qui se lit également avec intérêt.

That’s all folks !

C’est tout pour

cette fois ci…


Vous aimerez aussi...