Sept morts sur ordonnance – Quand la littérature et le cinéma s’emparent d’un fait divers

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles : Un simple fait divers oublié. C’est un romancier, Georges Conchon, qui l’a révélé dans la presse et un film de Jacques Rouffio qui a l’a fait connaitre. Invité Régis Jauffret, écrivain qui s’est inspiré de faits réels pour construire des fictions et des romans.

Invité Régis Jauffret

En seconde partie, nous recevrons l’écrivain Régis Jauffret. Avec lui, en partant de cette histoire, de l’enquête de Georges Conchon et du film de Jacques Rouffio nous nous interrogerons sur le regard particulier des romanciers et des cinéastes sur le fait divers. Que peut dire la littérature que la presse ne peut dévoiler ? Pourquoi le fait divers est-il devenu une source de questionnement des écrivains et des cinéastes ? Jusqu’où peut aller un écrivain quand il décide de se pencher sur un fait divers ?

Son dernier livre Microfictions paru chez Gallimard en janvier, a reçu le prix Goncourt de la Nouvelle en 2018.  Ce sont trois autres de ses romans qui nous intéressent aujourd’hui, car à trois reprises, il s’est inspiré de faits réels pour écrire des romans. Il s’agit de Sévère, Claustria et La ballade de Rikers Island, tous parus aux éditions du Seuil. 

AFFAIRES SENSIBLES du mercredi 5 septembre 2018 par Fabrice Drouelle

Pour en savoir plus sur le site de France Inter : Sept morts sur ordonnance – Quand la littérature et le cinéma s …


Vous aimerez aussi...