Thèse: sexualité et prison

Arnaud Gaillard, de l’Université Paris V, a soutenu le 22 janvier 2008 sa thèse:

« Sexualité et prison: enjeux de punition – enjeux de réinsertion »

 

 

 

 

Résumé :

Dans cette institution totale que constitue la prison, la sexualité représente un outil de punition et de pouvoir, au prix d’une déstructuration des personnalités et du rapport à l’altérité. La privation des relations sexuelles justifiée derrière le prétexte du respect de la pudeur, représente un facteur de désocialisation pour les individus incarcérés en longue peine. La sexualité solitaire due à l’absence de l’altérité hétérosexuelle, enferme dans un mode d’excitation virtuelle aux effets régressifs et culpabilisants.

L’enfermement monosexué soulève la question d’une homosexualité de substitution ou de circonstances, qui parce qu’elle met en péril le sentiment de puissance des hommes, provoque une homophobie réactionnelle de défense contre une altérité interdite. Enfin, le fonctionnement des rencontres avec le dehors dans les différents systèmes de parloir, souligne, par la négation de l’intimité, l’autorité de l’administration sur le contrôle de l’altérité et des plaisirs. Comprendre le vécu de la détention à travers le prisme de la sexualité, telle est l’ambition de ce travail de recherche, qui se propose de lever le voile sur des pratiques et des ressentis dissimulés à l’ombre de tabous.

La thèse est disponible à :

– la bibliothèque de Paris 5 (rue des Saints Pères),

– le centre de documentation de l’administration pénitentiaire (rue du Renard),

– l’OIP (Observatoire international des prisons).

Publication en cours

Pour plus d’information: arnogaillard@free.fr


Vous aimerez aussi...