80 : – Portrait du jour : Patrick Ferrer, l’auteur du polar “Le baiser de Pandore”

“… En fait, je me cherche encore. J’ai écrit trois romans pour l’instant et chacun d’eux est différent. Chacun explore une histoire et une époque différente, des destins singuliers. Le roman policier fait souvent appel à une récurrence des personnages, c’est un des aspects prédominants dans cette littérature, mais je voudrais éviter de tomber dans la routine. Écrire est pour moi un acte créatif et j’essaie de produire des histoires complètes, qui se suffisent à elle-même, qui resteront dans la mémoire du lecteur comme des aventures singulières …”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 80ème Portrait du jour – Criminocorpus, le blog d’informations  reçoit Patrick Ferrer l’auteur de « Le baiser de Pandore » : Un thriller hors norme où l’auteur impose d’office une grande élégance d’écriture, et met en place pour notre plus grand bonheur une série de personnages complexes et passionnants par leur imprévisibilité…

Bienvenue Patrick Ferrer sur les pages du carnet criminocorpus. Ph.P.

______________________________________________________________________________________

“Patrick Ferrer fait partie des nouveau x auteurs de roman noir ayant émergé de l’autoédition. Son premier roman, « Le baiser de Pandore », coup de cœur du sitevCriminocorpus, a rencontré un succès immédiat en numérique. Après avoir été sélectionné comme l’un des dix meilleurs romans autoédités de l’année 2015 et être resté six mois dans les meilleures ventes numériques sur Amazon, il a été repéré et publié par un éditeur en juillet 2017.

Patrick s’est livré au jeu des questions pour Criminocorpus , un site qu’il fréquente régulièrement pour les recherches liées à ses romans.

CC : Deux mots pour vous présenter ?

J’ai toujours évolué dans les activités liées aux livres. Une « maladie incurable » que j’ai contractée dans la bibliothèque de l’école vers l’âge de dix ans. Depuis, le livre a toujours fait partie de ma vie. N’ayant jamais terminé ma scolarité, j’ai dû opter pour des petits boulots dans ce domaine : bouquiniste sur les quais de la Seine, expéditionnaire en librairie, ce genre de choses. Tant que j’étais au milieu des bouquins, j’étais heureux. J’ai finalement déniché un poste dans une maison d’édition internationale et je me suis exilé à l’étranger pendant une bonne partie de ma carrière. Cela m’a permis, entre autres, de découvrir de nouveaux pays, ce qui m’est bien utile à présent pour l’écriture. De plus, j’y ai gagné une expérience multiculturelle qui me permet de puiser dans des sources d’inspirations plus variées.

CC : Vous êtes l’un des tout premiers auteurs français de polars à franchir le pas de l’autoédition à l’édition traditionnelle. Comment vous avez vécu cela et quels sont les conseils que vous donneriez à d’autres aspirants auteurs ?

Effectivement, on voit de plus en plus de nouveaux auteurs émerger de l’autoédition mais assez peu dans le genre très concurrentiel qu’est le roman policier. Je suppose que je dois ce succès à mes lecteurs et lectrices. Les auteurs dits indépendants ne bénéficient ni du support des médias, ni de prix littéraires, ni d’aucune forme majeure de couverture publicitaire, donc tout se passe entre le lecteur et vous. J’ai eu la chance que mon premier roman se vende très bien, sans aucune publicité sauf celle que j’ai pu faire moi-même, et ce genre de performance est de plus en plus surveillée par les éditeurs qui s’en servent comme d’un terrain d’essai pour dénicher de nouveaux talents.

Bien sûr, il y a derrière ce premier roman un gros travail d’écriture, de recherche, des relectures à n’en plus finir mais tout cela a fini par payer au centuple. Donc mon conseil serait : soignez votre ouvrage, donnez le meilleur de vous-mêmes et ne bâclez pas le travail. Les lecteurs ou les comités de lecture des éditeurs ne s’y tromperont pas.

CC : Pourquoi avoir choisi le roman policier ?

Cela s’est fait naturellement, je n’avais pas de genre particulier à l’esprit quand j’ai commencé à écrire. Je produis également des récits dans d’autres genres, fantastique et science-fiction par exemple, mais, dès que je me lance dans l’écriture de romans, ma plume m’entraîne inexorablement vers le roman noir, policier ou d’espionnage. C’est le genre où je me sens à l’aise pour les longs écrits et cela me permet d’aborder les sujets d’actualité qui me touchent. Dans le roman noir, l’antagoniste est généralement la société elle-même, dans ce qu’elle a de plus sombre. Il n’y a pas de bons et de méchants mais des destins broyés par le monde pourrissant qui les entoure. La littérature policière peut dépasser les limites du divertissement pour devenir un témoin de son temps, certains auteurs y sont parvenus et c’est le genre de démarche dans laquelle j’essaie de m’inscrire.

CC : Comment vous définiriez-vous comme auteur ? Quelles sont vos inspirations ?

En fait, je me cherche encore. J’ai écrit trois romans pour l’instant et chacun d’eux est différent. Chacun explore une histoire et une époque différente, des destins singuliers. Le roman policier fait souvent appel à une récurrence des personnages, c’est un des aspects prédominants dans cette littérature, mais je voudrais éviter de tomber dans la routine. Écrire est pour moi un acte créatif et j’essaie de produire des histoires complètes, qui se suffisent à elle-même, qui resteront dans la mémoire du lecteur comme des aventures singulières. J’aime aborder chaque nouveau roman avec une sorte de virginité, sans trop savoir quel nouveau personnage je vais rencontrer ou comment l’histoire va évoluer. C’est un choix personnel. Ceci dit, je suis le premier, en tant que lecteur, à apprécier les séries de romans également et je comprends tout à fait l’attrait que ce genre de littérature peut avoir pour un lecteur mais ça n’est pas ce qui m’inspire en tant qu’auteur. J’ai besoin de me surprendre continuellement pour continuer à produire des choses qui me passionnent et qui me forcent à m’améliorer.

CC : Votre premier roman révèle une documentation assez poussée, notamment sur la Russie post-Perestroïka, qu’on découvre sous un angle inattendu. Quelle part la recherche occupe-t-elle dans votre travail ?

J’ai effectivement séjourné quelque temps à Moscou, juste après la chute du Communisme. C’est une des expériences qui a motivé l’écriture du roman, parce que j’y ai découvert une Russie radicalement différente de l’image que je m’en étais faite à travers mes lectures ou l’actualité. Nombre de détails du roman sont authentiques. Le roman policier, d’espionnage et notamment le roman noir, doivent coller au plus proche à la réalité comme tremplin pour l’imaginaire. Ian Flemming, auteur de James Bond, était un véritable officier des services secrets britanniques et a su adapter certains faits réels pour asseoir sa fiction, avec le succès que l’on connaît. La documentation ou l’expérience directe sont importantes dans ce genre de littérature pour produire des écrits de l’imaginaire qui semblent réels. Donc, oui, je fais pas mal de recherche pour mes romans afin de leur injecter cette touche de réalisme qui rend la partie fictionnelle plus crédible. Votre site ainsi que de nombreux ouvrages de référence font partie de mon arsenal quotidien.

CC : Que retirez-vous de cette expérience d’avoir publié un premier polar et quels sont à présent vos projets ?

Le polar est un genre très compétitif mais il a cette particularité de bénéficier d’un lectorat passionné et très actif à défendre les livres et auteurs qu’il apprécie. Il suffit de voir les longues queues de fans dans les salons ou les groupes de passionnés de polars et thrillers qui se forment spontanément sur les réseaux sociaux. Ces gens-là ne viennent pas à cause d’effets de mode ni de battage médiatique mais parce qu’ils ont lu et apprécié les auteurs qu’ils soutiennent. C’est un lectorat fidèle et toujours à l’affût de nouvelles découvertes. En ce sens, c’est très motivant d’écrire pour eux parce qu’ils vous donneront toujours une chance et, si vous répondez à leurs attentes, ils vous soutiendront. Il existe une passion commune entre auteurs et lecteurs qui permet à ce genre d’avancer et à de nouveaux talents d’éclore.

Pour ma part, j’ai deux autres romans noirs déjà écrits et un quatrième en chantier parce qu’écrire est un besoin vital pour moi et si je reste trop longtemps éloigné de la page blanche, j’ai tendance à dépérir comme une plante privée d’eau.”

Blog : www.mezaventures.co