82 – Portrait du jour : Jack Garçon, un archiviste « travailleur de l’ombre »

« … Archiviste au départ épris du 18e siècle qu’il a étudié à l’université, Jack Garçon est devenu au fil du temps documentaliste et bibliothécaire portant un intérêt constant aux technologies de publication et de diffusion liées à internet, La dématérialisation fut d’ailleurs, dès le début des années 90, l’une de ses marottes du temps où il travaillait à l’École nationale de la santé publique (actuelle EHESP) à Rennes … »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Après Paul Mbanzoulou, un homme de conviction directeur de la Recherche à l’E.N.A.P., le blog d’informations  reçoit pour son 82ème Portrait du jour – Criminocorpus, Jack Garçon actuellement  à la tête du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP)

J’ai connu Jack dans les débuts des années 2000 alors que j’exerçais les fonctions de formateur des personnels à l’E.N.A.P.

Jack se définit lui même comme un « travailleur de l’ombre » et cela nous convient parfaitement à la rédaction du carnet criminocorpus…

Bienvenue au Club Jack et amitiés sincères. Merci  d’avoir rédigé ce portrait pour les fidèles lecteurs de Criminocorpus. Ph.P.

_____________________________________________________________________________________

En juin 2003, l’Enap a accepté la donation Jean Dublineau, médecin-psychiatre-chef des hôpitaux de Paris en poste au Centre national d’observation (CNO) de Fresnes de 1937 à 1974. Ce fonds est essentiellement composé de revues de médecine, de science criminelle, de psychologie, d’éducation et de droit pénal comparé de 1930 à nos jours.

« Il veille depuis 2004 sur des fonds documentaires et muséologiques exceptionnels à l’École nationale d’administration pénitentiaire à Agen. Un patrimoine de 24 000 documents de toutes sortes du 16e siècle à nos jours et de près de 1 000 objets et effets pénitentiaires.

Jack Garçon, à la tête du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP), se définit comme un entremetteur entre le passé, le présent et le futur au service d’un patrimoine pénitentiaire ainsi que sa valorisation auprès des professionnels, des chercheurs et de tout public intéressé sur place ou sur internet.

Travailleur de l’ombre, il s’est mis au service d’hommes tels le sociologue Gabriel Tarde (et de « son cerveau intérieur », sa bibliothèque en fait), l’humaniste Charles Lucas, les docteurs Jean Dublineau et Charles Perrier, observateurs méthodiques de la population carcérale et de Jean Pinatel, criminologue, l’ami de Paul Amor et de Pierre Cannat. Il se charge également de promouvoir, auprès des chercheurs et du grand public, la bibliothèque impressionnante de la Société générale des prisons (collectée auprès de correspondants du monde entier), la collection photographique du studio parisien Henri Manuel sur les prisons dans l’entre-deux-guerres (plus de 800 clichés) ou des plans d’architecture des prisons du 19e siècle.

Archiviste au départ épris du 18e siècle qu’il a étudié à l’université, Jack Garçon est devenu au fil du temps documentaliste et bibliothécaire portant un intérêt constant aux technologies de publication et de diffusion liées à internet, La dématérialisation fut d’ailleurs, dès le début des années 90, l’une de ses marottes du temps où il travaillait à l’École nationale de la santé publique (actuelle EHESP) à Rennes.

Aujourd’hui, dans la bibliothèque numérique de l’Enap, Jack Garçon a compté plus de 35 500 documents (livres, périodiques, plans, photographies, gravures…) accessibles gratuitement. Des ressources qui sont valorisées par plusieurs parcours thématiques originaux sur le site internet de l’institution et dans de nombreuses expositions. Le but : faire parcourir aux internautes, en quelques clics, deux siècles de l’histoire des prisons, de l’application des peines, de la criminologie, de la jeunesse délinquante en France et à l’étranger.

Depuis 2013, il gère un patrimoine muséologique centenaire de prés de 1 000 pièces, provenant pour l’essentiel de l’ancien Musée national des prisons (MNP) à Fontainebleau (fermé en 2013). Faire connaître cette collection unique auprès des élèves en formation ou des professionnels (un Espace pédagogique a été créé pour cela à l’Enap), réaliser des expositions ou effectuer des prêts font partie de ses nouvelles attributions avec son équipe.

Le fonds d’ouvrages anciens de l’hôpital spécialisé d’Auch a été donné à l’Enap en 2002. Ce fonds comprend 500 documents du 16ème siècle à nos jours sur la psychologie, la médecine légale, la délinquance juvénile et la médecine générale.

Dans ce labeur au long cours qui doit servir l’administration pénitentiaire mais aussi le grand public, Jack Garçon s’inscrit dans le sillage de ceux qui, à Fleury, à Fontainebleau puis à l’Enap depuis 2000 (conservateurs, historiens, formateurs, simples anonymes de la pénitentiaire, directeurs ou simples surveillants) ont œuvré pour préserver et enrichir la mémoire de l’administration pénitentiaire ou des établissements.

Selon lui, c’est une chance et une fierté pour l’Enap de posséder ce patrimoine exceptionnel. La patrimonialisation des objets pénitentiaires de la collection muséologique qui dure depuis plus de 100 ans (en particulier grâce au directeur Louis Herbette au 19e siècle et plus récemment à Jacques Toubon, ministre de la Justice qui créa le MNP en 1995) est aujourd’hui acquise. La mémoire des œuvres des auteurs et artistes présents dans les fonds documentaire, et pour beaucoup aussi dans Gallica (BnF), perdurera dans le futur grâce au numérique. Il reste à trouver d’ici quelques années les hommes et les femmes à qui jack Garçon devra passer le flambeau pour veiller après lui sur ces trésors fragiles et précieux : une transmission réussie et sa mission sera alors bouclée pour notre spécialiste. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.