Quand Irène Chauvy flirte avec le capitaine Hadrien Honfleur

Parution du livre le 25 juin 2018 –  le Paris, juin 1865.

Hadrien Allonfleur, capitaine à l’escadron des cent-gardes, est convoqué par l’impératrice Eugénie. Le corps de Marcus Goubert, un homme à qui elle vouait une amitié sincère, vient d’être retrouvé au pied du glacier des Bossons. Il avait disparu dix ans plus tôt au cours d’une ascension au Mont-Blanc. Il s’agit d’un meurtre et Allonfleur est chargé d’en rechercher les circonstances et l’auteur.

À Chamonix où la saison estivale débute, l’enquête pour traquer un assassin déterminé qui ne s’arrêtera pas à un seul homicide, se révèlera déroutante pour le capitaine qui devra compter avec un ex-inspecteur de la Sûreté, dépendant du laudanum et à l’évidence peu intéressé par une enquête dont il avait voulu à toute force pourtant se mêler, un inspecteur en exercice en principe plus rompu aux crimes parisiens qu’à la rigueur du climat chamoniard, mais qui semble s’y connaître en alpinisme, une romancière aux héroïnes malmenées dans leur vie bourgeoise, mais sachant mentir avec aplomb, et enfin un médecin corse

Lisez le début : Le secret de Martefon - extrait

Calaméo – Le Secret De Martefon – Extrait

Irène Chauvy – Auteur de policiers historiques et directrice de la collection rouge des Éditions Ex Æquo – Membre du jury du  Prix Zadig de la Nouvelle Policière

Irène Chauvy, née en 1954, juriste de formation, a exercé des fonctions de cadre administratif à l’Université de Bourgogne. Passionnée de littérature et d’histoire, elle a écrit, avec La vengeance volée, la première enquête d’une série de romans policiers historiques sur le Second Empire qui a reçu en 2011 le prix Ça m’intéresse Histoire présidé par Jean-François Parot. Puis elle a publié quatre autres policiers historiques aux éditions Ex Aequo : « Divination fatale » et « L’affaire des glacières » font suite à « Maudit héritage » paru en janvier 2014 chez Les nouveaux auteurs. « Enquête à l’opéra impérial » et « La mouche du coche » qui sont les enquêtes de Hadrien Allonfleur.

Elle vit aujourd’hui à Saint Denis sur l’Île de La Réunion.

Directrice de la Collection Rouge des Éditions Ex Æquo.

A la direction de la collection Rouge (policiers/thrillers) :

Laurence Schwalm (Thrillers) et Irène Chauvy (policiers historiques)

contact mail Laurence Schwalm : direction@editions-exaequo.fr

Contact Mail Irène Chauvy : irenechauvy@gmail.com

Membre du jury du Prix Zadig de la Nouvelle Policière

Les livres de l’auteure : Irène Chauvy 

 

Laurence Schwalm,

directrice des Editions

Ex Aequo

Éditeur militant Ex Aequo éditions sont nées d’un constat : plus personne en France ne prend le risque d’éditer de la littérature populaire écrite par un auteur inconnu. En effet, on ne trouve plus dans les librairies que des romans formatés par l’industrie anglo-saxonne du livre. Les quelques romans français publiés aujourd’hui ressemblent à ceux que l’on peut trouver outre-Atlantique à une différence près, la langue. Pourtant, notre patrimoine littéraire est l’un des plus beaux de la planète ; notre culture a offert au reste du monde le meilleur de ses auteurs : de Maurice Leblanc à Gaston Leroux en passant par Emile Gaboriau ou les romans de Boileau et Narcejac ou ceux, plus proches, de Thierry bourcy, ou Jean d’Aillon qui dut recourir à l’auto-édition avant de pouvoir rencontrer le succès. Même Marcel Proust se vit rejeté lorsqu’il cherchait un éditeur pour « à l’ombre des jeunes filles en fleurs », alors pensez donc, pour un écrivain actuel… être édité relève de la gageure !

De nos jours, les éditeurs ne prennent plus le risque de publier un auteur inconnu s’il n’est pas parrainé ou n’a pas déjà convolé avec le succès grâce à un prix littéraire ou une distinction du public ; mais comment être reconnu et comment rencontrer les lecteurs si le monde de l’édition ne fait plus son travail ? Chez Ex Æquo nous avons décidé de servir le génie créatif français et de donner leur chance à des auteurs inconnus. Nous avons aussi la volonté de permettre à ce qui fut le fleuron de notre culture de retrouver toute sa place dans le paysage littéraire français et francophone : nous parlons du roman populaire. Nous voulons aussi faire partager le talent de tous ces écrivains auxquels l’industrie du livre ne laisse plus d’espace pour s’exprimer.

Nous voulons que notre belle langue écrite : celle de Voltaire, celle des pamphlétaires, celle de Madame de Lafayette, celle de Hugo, de Jules Verne, de François Villon, d’Apollinaire, d’Agrippa d’Aubigné, de Rabelais, de d’Ormesson… reste vivante et au cœur de ce qui a permis d’éclairer le monde et de transmettre à tous les peuples de la terre nos valeurs fondamentales, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Comme Voltaire, nous combattrons certaines positions jusqu’au bout parce qu’elles avilissent l’humain, mais nous ferons tout pour que les idées puissent s’exprimer parce que c’est un droit fondamental.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.