Gardien de prison, métier en perdition

« Avant, le concours de la Pénitentiaire, c’était sérieux. Aujourd’hui, faute de candidats, on prend tout le monde », regrette un agent de Toul. Photo Gilles WIRTZ

La faible attractivité du métier de surveillant pénitentiaire en chiffres ? La semaine dernière, moins de 20  % des inscrits se sont présentés au concours. L’image renvoyée est « douloureuse » pour les agents.

Ils n’ont pas attendu ces quelques données pour savoir combien leur métier souffre. Ils vivent tous les jours les violences, les agressions. 4 000 l’an dernier. Derrière les hauts murs, les surveillants de prison savent que « c’est difficile ». Et cela n’échappe plus à personne. La semaine dernière, les concours d’entrée à l’École nationale d’administration pénitentiaire ont rassemblé moins de 20 % des inscrits sur le plan national. En Alsace, ils n’étaient que 12,90  % ; en Champagne-Ardenne, 17,12  %. La Lorraine a fait un peu mieux avec 20,06  %. C’est « dix points de moins que les précédentes cessions », indique l’administration centrale (lire par ailleurs)…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Kevin GRETHEN sur le site de L’‘est républicain.

Petite précision historique : Le terme de « gardien » est rarement utilisé sous l’Ancien régime. Il désigne, à partir de la Révolution, les hommes chargés d’assurer la discipline au sein des maisons d’arrêt et des maisons centrales. La discipline, mais pas la sécurité périphérique, confiée, jusqu’à la Première Guerre mondiale, à des militaires. Les «gardiens» ont été rebaptisés « surveillants » en 1919. Ph.P.

Les gardiens de prison – Criminocorpus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.