L’asile de Navarre, entre soins, assistance et répression (Florence Roussel)

L’asile d’aliénés de Navarre, situé à quelques kilomètres d’Évreux, ouvre ses portes en 1866 après une lente et onéreuse construction lancée par le Conseil général de l’Eure. Prévu pour 500 places, l’asile accueille chaque année, de 1875 à 1914, plus de 800 aliénés, hommes, femmes et enfants du département et des régions voisines. C’est l’un des plus grands asiles jamais construits en France, c’est celui qui a nécessité le plus fort investissement à l’exception des asiles parisiens. L’asile de Navarre est une application tardive de la loi du 30 juin 1838 chargée de régler l’encadrement des aliénés tout en préservant la société de tous ceux qui troublent l’espace public. C’est aussi la première grande mesure législative française qui reconnaît et organise un droit à l’assistance et à des soins gratuits pour une catégorie particulière de la population. En effet, la loi précise que les aliénés indigents doivent être pris en charge financièrement par le Conseil général. Cette loi de 1838 sur les aliénés intervient bien avant les lois sociales promulguées au milieu et à la fin du XIXe siècle envers les enfants, les personnes âgées ou les autres catégories de malades.

Dans les textes de l’époque, médicaux ou administratifs, les aliénés sont désignés comme des « malades », des « malheureux » ou encore des « séquestrés ». Cette triple dénomination témoigne de la difficulté de l’époque à classer les aliénés dans une catégorie précise de nécessiteux. Parallèlement, l’asile de Navarre possède une triple identité : il peut s’apparenter à un hôpital, à un hospice et à une prison. Quel rôle social l’asile de Navarre joue-t-il précisément au XIXe siècle ? Quelle place occupe-t-il dans le réseau départemental de contrôle de la déviance ?

Lire la suite de cet article de Florence Roussel.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marc Renneville (13 mars 2013). L’asile de Navarre, entre soins, assistance et répression (Florence Roussel). Criminocorpus. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd36


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search