La maison centrale de Gaillon

Master d’histoire contemporaine de Céline Joubert, en cours de réalisation (2008-2010), sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen

Ce texte présente le Master d’histoire contemporaine de Céline Joubert, en cours de réalisation (2008-2010), sous la direction de Jean-Claude Vimont, Université de Rouen

La maison centrale de force et de correction de Gaillon est établie dans le château de la petite commune du même nom. L’histoire de ce château de Gaillon est riche en évènements et a vu se succéder de nombreux propriétaires. Depuis le début de sa construction vers 1497 par le Cardinal Georges d’Amboise, le château est resté la propriété des archevêques de Rouen, jusqu’à la Révolution française. Le château est déclaré bien national par la loi du 5 novembre 1790 et vendu le 27 novembre 1796 à Pierre François Darcy pour 75 275 francs. Se succèdent ensuite plusieurs propriétaires, qui dépouillent le château de toutes ses richesses, jusqu’à sa vente au gouvernement le 10 février 1812 pour y installer une maison centrale.

JPEG - 181 ko
L’entrée du château
photographie e Céline Joubert

C’est le décret impérial du 16 juin 1808 qui déclare qu’une maison centrale sera établie pour les départements de l’Eure, l’Eure et Loir, la Seine-Inférieure, la Somme et l’Orne. Rapidement, c’est le département de l’Eure qui est choisi pour établir cette maison centrale à cause de sa position centrale par rapport aux autres départements. Le préfet Rollant Chambaudoin est chargé de trouver le bâtiment qui abritera la maison centrale dans son département. Ce doit être un édifice déjà existant, il n’a jamais été question de construire une maison centrale neuve. Le préfet fait plusieurs propositions au ministre de l’Intérieur : le couvent des Jacobins à Evreux, l’abbaye Saint-Sauveur, l’abbaye de Bonport et le château de Gaillon. La dernière proposition est rapidement préférée pour des raisons de sécurité. En effet, la proximité de la ville de Gaillon permet l’envoi de secours rapides à la maison centrale en cas d’incendie, de révoltes… Un décret impérial du 3 janvier 1812 institue donc la maison centrale de détention de l’Eure dans le château de Gaillon.

JPEG - 133.6 ko
Château de Gaillon
Photographie de Céline Joubert

Cette maison centrale ouvre ses portes le 4 novembre 1816. Elle accueille des hommes, des femmes mais également des enfants. Ces détenus doivent subir, comme dans toute autre maison centrale, une peine supérieure à un an. Il peut s’agir de condamnés correctionnels (par exemple une condamnation pour vol) ou des prisonniers criminels (crimes plus graves comme le meurtre). Il y a même eu quatre cas de prisonniers politiques condamnés entre 1856 et 1857. Il n’y a aucune séparation dans cette maison centrale que ce soit pour les catégories de détenus, l’âge et même le sexe au début de cette maison centrale. Un quartier pour femmes se mettra en place rapidement, les mineurs des deux sexes seront également placés dans ce quartier.Les détenus ne sont jamais seuls. En effet, la journée se passe dans les ateliers, le réfectoire ou la cour, et la nuit dans des dortoirs. Pour éviter toute « contamination » des condamnés relativement « innocents » par des récidivistes, la règle du silence est appliquée à partir de 1839 comme dans toutes les maisons centrales, sauf dans les ateliers pour les ordres de travail.

JPEG - 146.8 ko
Château de Gaillon
Photographie e Céline Joubert

Les repas sont fournis par un entrepreneur qui passe un contrat avec l’Etat. Ces repas à base de pain, de soupe, de légumes et pour certains jours de viande, peuvent être complétés par les denrées vendues par la cantine. Une école s’est mise en place dans la maison centrale, dans un premier temps réservée aux jeunes détenus, elle s’est ensuite élargie aux femmes puis aux hommes. L’enseignement se faisait par un détenu plus compétent que les autres avant l’embauche d’un enseignant libre pour la maison centrale et la colonie des Douaires. Toute infraction au règlement donne lieu à une punition sous la forme d’un certain nombre de jours passés au cachot. Les raisons les plus fréquentes des punitions dans la centrale de Gaillon sont celles liées aux jeux de hasard, interdits dans les maisons centrales, le refus de travailler, les insultes au personnel… Ces débordements amènent à des peines de cachot plus ou moins longues. Par exemple un mauvais ouvrage condamne en moyenne à huit jours de cachot, le refus de travail à trois jours.

JPEG - 179.7 ko
Château de Gaillon
Photographie de Céline Joubert
JPEG - 183 ko
Château de Gaillon
Photographie de Céline Joubert

Le travail obligatoire en maison centrale est réalisé à Gaillon dans différents ateliers. Ces ateliers sont de nature diverse, cela pouvait être du domaine du textile, de la cordonnerie, de la brosserie mais nous pouvons y trouver des ateliers plus spécifiques et pointus comme celui des accordéons ou celui pour la réalisation d’objets d’optique et de mathématique.

Cette maison centrale possède une particularité : son quartier pour condamnés aliénés et épileptiques. A partir des années 1860, un débat fait son apparition en France, sur le sort des détenus aliénés. Une comparaison est faite avec l’Angleterre qui n’emprisonne pas ses détenus aliénés dans des asiles publics mais dans des asiles spécifiques. Aucune structure de ce type n’existe en France, les condamnés jugés aliénés sont envoyés dans l’asile le plus proche, la surveillance bien plus légère que dans une maison centrale permet à des simulateurs de s’évader facilement. Ce quartier pour condamnés aliénés de la maison centrale de Gaillon répond à ces objectifs de mieux traiter ces malades particuliers et d’éviter les fuites de condamnés.

Ce quartier, unique en France, ouvre ses portes le 17 mai 1876 sous la direction du Dr Hurel qui a écrit plusieurs brochures au sujet de ce quartier et des condamnés aliénés. Ce quartier peut recevoir, à son ouverture, jusqu’à 120 détenus transférés de maisons centrales. Ce n’est pas un asile donc les détenus restent des condamnés de maison centrale et ils doivent travailler. En 1877 la seule tâche qui leur est confiée est celle de l’épluchage de coton. Lors de la fermeture de la maison centrale de Gaillon en 1901, le quartier reste ouvert et prend la dénomination d’asile spécial des condamnés aliénés et épileptiques. Cet asile fermera le 1er juillet 1906.

Une colonie correctionnelle est ouverte le 1er juillet 1908 dans les locaux de l’asile spécial pour condamnés. Elle accueille des mineurs particulièrement rebelles qui ont été transférés de structure en structure. Il ne faut pas confondre cette colonie correctionnelle avec le quartier d’éducation correctionnelle pour mineurs situé dans la maison centrale de Gaillon jusque dans les années 1860 ou la colonie agricole des Douaires qui est un autre type de colonie pour réformer les mineurs délinquants. Cet établissement est lié administrativement à la colonie agricole des Douaires situé un peu plus loin du château de Gaillon. Cette colonie correctionnelle ferme le 1er novembre 1921.

JPEG - 171.1 ko
Château de Gaillon

La maison centrale de Gaillon arrête de fonctionner le 1er octobre 1901. Le quartier pour les condamnés aliénés reste ouvert et occupe toujours une partie des locaux jusqu’en 1906. Ensuite comme nous l’avons vu une colonie correctionnelle ouvre ses portes dans ses mêmes locaux en 1908. Ce château de Gaillon abritera également une caserne militaire ainsi qu’une prison militaire pendant la Première Guerre Mondiale. L’Etat finira par vendre ce bien le 9 juin 1925. Le chateau servira de camp d’internement administratif durant l’Occupation et à la Libération.

Ce mémoire a pour objectif de retracer l’histoire, pendant tout le XIXe siècle, de cette maison de détention sous différents angles en s’appuyant sur les archives, les documents d’époque et les travaux déjà effectués. Les questions de flux de prisonniers seront abordées ainsi que l’organisation et la séparation des détenus dans la maison centrale. La question du travail et de l’entrepreneur sera également étudiée. La vie quotidienne (la mortalité, les cas d’évasions, les incidents, les punitions…) et les spécificités de la maison centrale de Gaillon comme son quartier correctionnel ou celui réservé aux détenus « aliénés » seront analysées ainsi que les relations entre la prison et la population extérieure. Céline Joubert

Pour en savoir plus : voir fiche établissement sur HUGO Patrimoine des lieux de justice