86 – Portrait du jour : Laurent Mucchielli, sociologue, directeur de recherches au CNRS

Laurent Mucchielli est l’auteur de « Délinquance et criminalité à Marseille : fantasmes et réalités » aux éditions Jean Jaurès fondation. (Photo D.R.)

« … Après avoir mené notamment un travail pionnier sur les homicides (sur base d’archives judiciaires et d’analyses statistiques), il a surtout travaillé sur la délinquance juvénile, sur les violences sexuelles (avec notamment un travail inédit sur les viols collectifs) puis sur la police et la gendarmerie. En 2005, il forme également une petite équipe pour enquêter sur la vague d’émeutes qui traverse la France. Le livre qui en est issu montre que les émeutes cristallisent un ensemble de problèmes économiques, sociaux et politiques enracinés dans la société française depuis la fin des années 1980 … »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son  86ème Portrait du jour – Criminocorpus, le blog d’informations reçoit Laurent Mucchielli.

Laurent MUCCHIELLI est sociologue, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire méditerranéen de sociologie). Il travaille depuis une vingtaine  d’années sur les questions de sécurité. Il a créé en 2011 un Observatoire de la délinquance dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Auteur de nombreux livres et articles scientifiques, il est aussi le rédacteur en chef d’un site Internet très consulté : www.laurent-mucchielli.org.

La rédaction du blog d’informations du site Criminocorpus remercie infiniment Laurent pour sa participation à la rédaction d’un Portrait du jour

Bienvenue au club. Ph.P.

_____________________________________________________________________________________

Laurent Mucchielli est né à Nice en mai 1968 et a fait des études en droit, en histoire et en sociologie. Formé notamment au séminaire de Claude Blanckaert au Centre Alexandre Koyré, il a soutenu une thèse de doctorat d’histoire des sciences en janvier 1996 à l’EHESS Paris. Après une année passée dans le groupe de sociologues « Louis Dirn » dirigé par Henri Mendras à l’OFCE, il est entré au CNRS fin 1997, a reçu la médaille de bronze du CNRS et a accédé au grade de directeur de recherches en 2006. Après avoir longtemps travaillé en région parisienne (au CESDIP, qu’il a également dirigé de 2004 à 2010), il est aujourd’hui en poste à Aix-en-Provence, au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) au sein duquel il anime une des équipes de recherches sur le thème « Déviance et action publique ». Il enseigne par ailleurs à l’Université d’Aix-Marseille, dans le Master de Sociologie à la faculté des lettres et dans le Master recherche en Sciences criminelles à la faculté de droit. Il enseigne également occasionnellement à l’École Nationale de la Magistrature et dans des instituts régionaux de travail social. Très présent dans le débat public depuis le succès de son livre Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français (2001), Laurent Mucchielli est en outre le rédacteur en chef du site Internet « Délinquance, justice et autres questions de société », site de ressource documentaire et d’analyses critiques sur l’actualité auquel collaborent une trentaine d’autres universitaires. En 2018, environ 13 000 personnes sont abonnées à la lettre d’informations de ce site.

Dans sa thèse puis dans les premières années de sa carrière, L. Mucchielli s’était spécialisé dans l’histoire des sciences sociales en France, depuis la fin du 19ème siècle, avec une préoccupation toute particulière pour l’histoire de la sociologie et pour l’école durkheimienne. Il a publié de nombreux livres et articles sur ce sujet, parus dans plusieurs langues, et a par ailleurs créé en 1999 la Revue d’histoire des sciences humaines. Bien inséré dans un laboratoire où domine la sociologie pénale (le CESDIP), il a cependant rapidement réorienté ses recherches vers ce domaine, utilisant des méthodes aussi bien quantitatives que qualitatives au gré des thèmes d’enquêtes et des opportunités d’accès aux données. En 2002, il codirige avec Philippe Robert un « état des savoirs sur le crime et la sécurité ». Après avoir mené notamment un travail pionnier sur les homicides (sur base d’archives judiciaires et d’analyses statistiques), il a surtout travaillé sur la délinquance juvénile, sur les violences sexuelles (avec notamment un travail inédit sur les viols collectifs) puis sur la police et la gendarmerie. En 2005, il forme également une petite équipe pour enquêter sur la vague d’émeutes qui traverse la France. Le livre qui en est issu montre que les émeutes cristallisent un ensemble de problèmes économiques, sociaux et politiques enracinés dans la société française depuis la fin des années 1980.

L. Mucchielli devient ainsi progressivement l’un des spécialistes les plus connus dans le domaine de l’analyse des divers phénomènes de délinquance mais aussi de leur construction politique et médiatique, ainsi que des réponses sociales, politiques et pénales qui y sont apportées. En effet, il n’hésite pas à critiquer directement les discours et les actions des élus et à polémiquer contre les artisans de ce qu’il désigne comme l’idéologie sécuritaire, à travers les publications académiques, mais aussi les médias (il a animé des blogs sur Rue89, lemonde.fr et Mediapart) et désormais les réseaux sociaux (twitter). Par exemple, entre 2009 et 2012, il fut à la pointe du combat contre le projet de création d’une nouvelle section de « Criminologie » au CNU, initiée notamment par Alain Bauer.

Enfin, bien que nécessairement spécialisé, Mucchielli a toujours œuvré pour faire reconnaître la sociologie de la délinquance comme une branche ordinaire de la sociologie générale (voir en ce sens son manuel de sociologie de la délinquance et sa contribution au lancement de la revue Sociologie par Serge Paugam en 2010). Basé sur une série d’enquêtes de terrain très approfondies dans des villes du Sud de la France, son récent livre sur « le bluff de la vidéosurveillance » se veut certes avant tout un exemple d’évaluation scientifique d’une politique publique dans le champ de la prévention et de la sécurité, mais aussi une contribution à la sociologie des élus et à la sociologie de l’imaginaire (et du commerce) des technologies.

En 2011, revenu dans le Sud, L. Mucchielli avait créé l’Observatoire Régional de la Délinquance et des Contextes Sociaux (ORDCS), un programme de recherche qui va regrouper une quarantaine de chercheurs dans un montage institutionnel inédit en France (une convention associant le CNRS, l’Université d’Aix-Marseille et le Conseil régional PACA). Le programme s’est achevé en décembre 2017, mais le site Internet reste actif et met à disposition près de 30 publications électroniques. Un livre présente le « best of » de ce travail collectif dont Mucchielli tire aussi un bilan sans concession vis-à-vis des élus des collectivités territoriales.

Depuis 2018, Laurent Mucchielli réoriente ses recherches vers la délinquance en cols blancs, notamment les délinquances des élites politiques et économiques ainsi que la criminalité environnementale. Il prépare actuellement un numéro spécial sur ce dernier thème, pour la revue Déviance et société (dont il est membre depuis 20 ans), en compagnie de Grégory Salle.

Livres publiés par Laurent Mucchielli

– Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994 (direction).

– La sociologie et sa méthode. Les Règles de Durkheim un siècle après, Paris, L’Harmattan, 1995 (sous la direction de Massimo Borlandi et Laurent Mucchielli).

– La découverte du social, Naissance de la sociologie en France (1870-1914), Paris, Éditions La Découverte, 1998.

– Le cas Spencer. Religion, science et politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1998 (en collaboration avec Daniel Becquemont).

– La société française en tendances, avec le groupe Louis Dirn (sous la direction d’Henri Mendras), Paris, Presses Universitaires de France, 1998.

– Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2001 (2ème éd. augmentée 2002, 5ème tirage en 2008).

– Crime et sécurité : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2002 (sous la direction de Laurent Mucchielli et Philippe Robert).

– Mythes et histoire des sciences humaines, Paris, La Découverte, 2004 (traduction vietnamienne en 2008).

– Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005.

– Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2006 (sous la direction de Laurent Mucchielli et Véronique Le Goaziou), 2ème édition revue et augmentée 2007.

– Crime et insécurité : un demi-siècle de bouleversements. Mélanges pour et avec Philippe Robert, Paris, L’Harmattan, 2006 (sous la direction de René Lévy, Laurent Mucchielli et Renée Zauberman).

– Gendarmes et voleurs. De l’évolution de la délinquance aux défis du métier, Paris, L’Harmattan, 2007 (sous la direction de Laurent Mucchielli).

– Les bandes de jeunes, des Blousons noirs à nos jours, Paris, La Découverte, 2007 (Sous la direction de Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli).

– La frénésie sécuritaire. Retour à l’ordre et nouveau contrôle social, Paris, La Découverte, 2008 (sous la direction de Laurent Mucchielli ; traduction américaine en 2010).

– Histoire de l’homicide en Europe, du Moyen Age à nos jours, Paris, La Découverte, 2009 (sous la direction de Laurent Mucchielli et Pieter Spierenburg).

– La violence des jeunes en question, Nîmes, Champ Social, collection « Questions de société », 2009, en collaboration avec Véronique Le Goaziou (traduction italienne en 2010).

– La violence politique en Europe. État des lieux, Paris, La Découverte, collection « Recherches », 2010 (sous la direction de Xavier Crettiez et Laurent Mucchielli).

– État d’Émeutes, État d’Exception : retour à la question centrale des périphéries, Perpignan, Presses de l’Université de Perpignan, 2010 (sous la direction de Jean-Louis Olive, Laurent Mucchielli et David Giband).

– L’invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits, Paris, Fayard, 2011.

– Vous avez dit sécurité ?, Nîmes, Champ social éditions, 2012.

– Délinquance et criminalité à Marseille : fantasmes et réalités, Paris, Fondation Jean Jaurès, collection « Essais », 2013.

– La délinquance des jeunes, Paris, La Documentation française, 2014 (sous la direction de Laurent Mucchielli).

– Criminologie et lobby sécuritaire : une controverse française, Paris, La Dispute, 2014.

– Comprendre et lutter contre la corruption, Aix-en-Provence, Presses de l’Université d’Aix-Marseille, 2015 (sous la direction de Philippe Bonfils, Laurent Mucchielli et Adrien Roux).

– Sociologie de la délinquance, Paris, Armand Colin, 2014 (traduction italienne en 2017, 2ème édition française augmentée 2018, traductions espagnole et arabe en cours).

– Délinquances, police et justice. Recherches à Marseille et en région PACA, Aix-en-Provence, Presses de l’Université d’Aix-Marseille, 2016 (sous la direction de Laurent Mucchielli et Émilie Raquet).

– Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance, Paris, Armand Colin, 2O18

Laurent Muchielli – Les quartiers populaires – Vidéo dailymotion

Marseille et son insécurité : décryptage de Laurent Mucchielli – Vidéo …

Vidéosurveillance: « Certains élus installent des caméras pour faire …

Délinquance: des chiffres à la baisse mais le sentiment d’insécurité …

Les chiffres de la délinquance – L. Mucchielli (1) – Vidéo dailymotion


Vous aimerez aussi...