19 septembre 1899, Dreyfus gracié

« Alfred Dreyfus dans sa prison » dans Le Petit journal Supplément du dimanche en date du 20 janvier 1895 – source : RetroNews-BnF

En 1899, alors que l’Affaire divise la France depuis cinq ans, Alfred Dreyfus est gracié par le président de la République. Une décision qui oppose à nouveau les deux camps.

19 septembre 1899. Le président de la République Émile Loubet, suivant l’avis de son président du Conseil, Pierre Waldeck-Rousseau, gracie Alfred Dreyfus, condamné quelques jours auparavant à 10 ans de réclusion lors de la révision de son procès. L’officier français, accusé à tort d’avoir divulgué des informations militaires à l’armée allemande, avait été condamné à la déportation à vie sur l’île du Diable en Guyane en décembre 1894. La mobilisation des dreyfusards, et notamment d’Émile Zola, avait ouvert la voie à un second procès. Dès le lendemain de la grâce présidentielle, Alfred Dreyfus est remis en liberté. La décision divise naturellement les deux camps qui s’étaient opposés pendant l’Affaire.

L’Aurore, où Zola avait publié son fameux « J’accuse…! », ne se contente pas de se réjouir de la grâce et appelle à la réhabilitation …

Pour en savoir plus lire le billet publié le 17/09/2016 par Marina Bellot – modifié le 15/09/2018 sur le site Retronews


Vous aimerez aussi...