Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie) 2013/05

Sans nom, l’histoire a-t-elle encore un sens ? (suite)

Merci à tous ceux d’entre vous qui se sont intéressés à cette question et ont répondu au numéro spécial de la Lettre

Vous trouverez ci-dessous des liens qui vous permettront d’en savoir plus sur l’inquiétude (et la polémique) née de cette circulaire européenne dont le texte évolue, notamment grâce à la mobilisation internationale :

http://www.actualitte.com/patrimoine/les-archivistes-en-lutte-pour-la-memoire-de-l-europe-41518.htm

http://www.rue89.com/rue89-culture/2013/04/11/droit-a-loubli-internet-peur-archivistes-genealogistes-241208

Point d’actualité n°2 (12/4/2013) sur la mobilisation contre le projet de règlement européen sur les données personnelles :

Association des archivistes français mail@change.org

La mobi­li­sa­tion citoyenne conti­nue à pro­gres­ser : nous appro­chons les 40 000 signa­tai­res ! Elle com­mence à tou­cher signi­fi­ca­ti­ve­ment d’autres pays et a reçu le sou­tien de l’ICA (Conseil inter­na­tio­nal des archi­ves), orga­ni­sa­tion non-gou­ver­ne­men­tale liée à l’UNESCO repré­sen­tant les pro­fes­sion­nels des archi­ves du monde entier. Les archi­vis­tes ne sont pas du tout oppo­sés à un règle­ment garan­tis­sant la pro­tec­tion des citoyens contre les usa­ges abu­sifs qui peu­vent être faits de leurs don­nées ; ils défen­dent avec vigueur cette cause.

En effet, depuis la paru­tion de notre com­mu­ni­qué de presse du 27 février der­nier, nous ne ces­sons d’aler­ter sur le ris­que de des­truc­tion sys­té­ma­ti­que des don­nées per­son­nel­les contenu dans ce pro­jet de règle­ment euro­péen ET, encore bien plus net­te­ment, dans le rap­port du député euro­péen Jan Philipp Albrecht (pro­po­sant des amen­de­ments au dit pro­jet de règle­ment).

Nous avons recensé les arti­cles et amen­de­ments incri­mi­nés (et notam­ment ceux à l’arti­cle 83 du pro­jet de règle­ment) et les ris­ques et dan­gers que cha­cun com­porte dans le tableau: http://www.archivistes.org/IMG/pdf/2013_analyse_reglement_europeen_mep2.pdf

Car, ne nous mépre­nons pas, le dan­ger est déjà en germe dans le pro­jet de règle­ment lui-même : il l’est dans la déci­sion de pous­ser à détruire tou­tes les don­nées à terme, il l’est dans la confu­sion et la réduc­tion au même sort de tou­tes les don­nées issues des trai­te­ments auto­ma­ti­sés, que ce soient cel­les créées ou col­lec­tées pour un ser­vice rendu au citoyen à sa demande, ou cel­les créées ou col­lec­tées à son insu.

L’AAF, avec ses par­te­nai­res (Fédération fran­çaise de généa­lo­gie, Geneanet, Interassociation Archives Bibliothèques Documentation, Limonade & Co, Revue fran­çaise de généa­lo­gie), pour­suit son enga­ge­ment pour la bonne ges­tion des don­nées per­son­nel­les et la trans­pa­rence démo­cra­ti­que.

L’AAF ne se veut qu’un des porte-paro­les avi­sés d’une exi­gence citoyenne de bonne conju­gai­son entre le droit à la mémoire, le droit de savoir et le droit à un cer­tain oubli.

Elle compte inter­pel­ler direc­te­ment les par­le­men­tai­res euro­péens, à com­men­cer par les repré­sen­tants fran­çais et les mem­bres de la com­mis­sion LIBE (com­mis­sions des liber­tés civi­les, de la jus­tice et des affai­res inté­rieu­res) qui doit, à nou­veau, exa­mi­ner le pro­jet le 29 mai 2013.

Pour nous, l’enjeu du moment est bien de savoir si les par­le­men­tai­res euro­péens vote­ront (ou pas) à cette occa­sion les mesu­res néfas­tes qui abou­ti­raient à la des­truc­tion sys­té­ma­ti­que des don­nées per­son­nel­les.

L’ampleur actuelle et à venir de la mobi­li­sa­tion devrait ame­ner les par­le­men­tai­res euro­péens à nous répon­dre : nous leur envoyons un mes­sage en même temps que nous publions ce com­mu­ni­qué de presse. Nous comp­tons sur cha­cun-e pour met­tre toute son énergie sur cet enjeu et pré­pa­rons un nou­vel outil d’inter­pel­la­tion à pro­po­ser à cha­que citoyen-ne mobi­lisé-e.

Retrouver le communiqué: http://www.archivistes.org/Petition-EUdataP-ou-en-est-on
Signer la péti­tion : www.change.org/EUdataP

Merci à tous

Alice Grippon, déléguée générale de l’Association des archivistes français

Point d’actualité n°3 au 3/5/2013

Sur le plan national, la mobilisation se développe toujours alors que le gouvernement n’a pas encore exprimé sa position officielle, malgré les « questionnements » du dernier Conseil supérieur des archives et l’interpellation spécifique de la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) le 23 avril 2013. Dans un communiqué de presse (en lien ici : http://www.archivistes.org/IMG/pdf/20130429_communique_appelpremierministre_def.pdf ), l’AAF en appelle solennellement au Premier ministre afin qu’il puisse rapidement exprimer publiquement la position française.

À partir des premiers échos dans la presse, l’AAF, avec ses partenaires (Fédération française de généalogie, Geneanet, Interassociation Archives Bibliothèques Documentation, Limonade & Co, Revue française de généalogie) et plusieurs enseignants-chercheurs prépare une tribune publique.

Sur le plan international, lors de sa réunion le 24 avril 2013, à Amsterdam, le comité directeur de la section des associations professionnelles du Conseil international des archives (ICA-SPA) a appelé au soutien et à la signature de notre pétition (voir la résolution ici : http://www.archivistes.org/IMG/pdf/spa_ica_resolution_comite_directeur.pdf ).

Nous poursuivons notre nouveau mode d’interpellation, numérique ou papier, à l’attention des eurodéputés avec une version anglaise de notre carte postale électronique destinée, en priorité, aux signataires de la pétition www.change.org/EUdataP.

Utilisez une des deux cartes postales (en français : http://www.archivistes.org/IMG/jpg/carte-people-fr.jpg ou en anglais : http://www.archivistes.org/IMG/jpg/carte-people-en_bd.jpg ) et écrivez aux europarlementaires un courriel ou un courrier les interpellant ainsi :

Madame/monsieur la/le député(e),
Je souhaite vous rappeler l’inquiétude de nombreux citoyens concernant le risque de destruction systématique des données personnelles contenu dans le projet de règlement européen 2012/0011 (COD) et les projets d’amendements relatif à celui-ci et vous invite à prendre connaissance de la pétition signée par plus de 43000 personnes et soutenue par les organisations suivantes : la Fédération française de généalogie, Geneanet, l’Interassociation Archives Bibliothèques Documentation, Limonade & Co, la Revue française de généalogie
www.change.org/EUdataP

En anglais :
« Sir / Madam,
I wish to bring to your attention the alarms of many citizens about the risk of systematic destruction of personal data embedded in the EU Regulation draft 2012/0011 (COD) alongside of the proposed amendments and encourage you to read the petition signed by more than 43000 people, also supported by the following organizations: la Fédération française de généalogie, Geneanet, l’Interassociation Archives Bibliothèques Documentation, Limonade & Co, la Revue française de généalogie
www.change.org/EUdataP« 

Par courrier, vous pouvez écrire aux eurodéputés :
Parlement européen, commission LIBE
60 rue Wiertz / Wiertzstraat 60
B – 1047 – Bruxelles/Brussels
Belgium

Ou
Parlement européen, commission LIBE
WIC
Allée du Printemps
B.P. 1024
F – 67070 – Strasbourg Cedex
France

Signez et faîtes signer la pétition : www.change.org/EUdataP

DERNIERE MINUTE :

L’ACTION POLICIÈRE À PARIS, DU MOYEN AGE À LA RÉVOLUTION FRANÇAISE : HOMMES, ESPACES, RÉSISTANCES.

Aux 3e rencontres sur l’histoire de Paris, organisées par l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et les Archives nationales, le 6 juin 2013, au Centre Historique des Archives Nationales.

Programme :

 9 h 30 :  Introduction : Julie Claustre et Vincent Denis

 9h 50 : Marion Bernard (archiviste paléographe, conservateur du patrimoine stagiaire, INP)

Juridiction professionnelle, ordre public, sûreté : les enjeux de la libéralisation du commerce des armures à Paris au temps de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons.

 10 h 15 : Julie Claustre (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LAMOP)

Remarques sur les espaces policiers de Paris à la fin du Moyen Age

 10 h 40 : Diane Roussel (Université de Reims, CREHIC)

A la poursuite de la police. Sécurité, ordre public et justice à Paris au XVIe siècle

 11 h 10 : Safia Hamdi (Université de Tunis)

Les officiers de la police économique de l’Hôtel de Ville de Paris sous le règne de Louis XIV: de la tutelle municipale à la tutelle royale

 Discussion

 14 h : Diego Carnevale (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, LabEx HASTEC, EA 127)

Les cimetières à Paris au XVIIIe siècle : problèmes de police, de santé et d’aménagement de l’espace urbain.

  14 h 25 : Vincent Denis, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, EA 127, IUF)

Etre commissaire de police à Paris en Révolution (1790-1795)

 14 h 50 : Jean-Christophe Balois (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IDHE)

La police du travail après la fin de la police du travail

 15 h 30 : Vincent Milliot (Université de Caen-Basse Normandie, CRHQ)

Conclusions

 Discussion générale

1. Livres, articles, revues…

  Laurent THIERY, La Répression allemande dans le Nord de la France 1940-1944, 2013, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 28€

Présentation éditeur :

Repression Allde

La répression allemande dans le Nord de la France, 1940-1944, est l’édition synthétisée d’une thèse de doctorat en histoire contemporaine soutenue en 2011 à l’université de Lille Nord de France et qui a obtenu les félicitations du jury pour sa qualité et le renouveau de ces résultats. Fruit d’une dizaine d’années de recherches, ce travail a fait appel à des archives inédites de la répression allemande dans le Nord et le Pas-de-Calais, notamment celles de la police et des tribunaux militaires d’occupation. L’auteur examine les différents services chargés de la répression dans cette zone d’occupation avant d’expliciter, à l’aide de nombreux exemples, les formes et les conséquences des différentes politiques de maintien de l’ordre et de la sécurité imposées par l’occupant pour lutter contre la Résistance. L’étude, dont le caractère comparatif avec la situation en Belgique et dans le reste de la France est au cœur de la problématique, revient sur l’ensemble des grands drames qui ont frappé le Nord de la France. Documents à l’appui, elle brise le cou à de nombreuses erreurs et images erronées portées par la mémoire collective depuis des décennies.

Enfin ! serais-je tenté d’écrire !

Enfin une étude scientifique, fondée sur une étude systématique et quasi-exhaustive menée depuis le début des années 2000 dans des archives essentielles et négligées (ou simplement inconnues) par les « spécialistes » : ces fameuses archives « de la répression » dont on nous a dit et redit combien elles étaient inexistantes, détruites, mensongères, fabriquées, reconstituées et autres inepties, ou pire, qu’elles étaient celles des ennemis de la résistance et qu’il était moralement condamnable de les utiliser. Combien d’inepties ai-je lues (voire entendues) à ce sujet de la part de gens qui ne les connaissent (évidemment) pas ?

Avec Laurent Thiéry (après l’étude du MBF par Gaëlle Eismann) on entre donc enfin dans la machine répressive allemande. Terminée « la Gestapo » citée à tout bout de champ alors qu’elle n’a pas opéré en France en dehors de la zone annexée au Reich (Alsace et Lorraine mosellane), mais bienvenue à la GFP (Geheime Feldpolizei), la Feldgendarmerie, au SIPO-SD, au service « 3F » de l’Abwehr et leurs personnels, pratiques, cultures si différents, leurs rivalités, leurs concurrences (la « guerre des polices » cela ne concerne pas que la France…) et, incidemment leurs rapports (fort variables selon les lieux, la date, les interlocuteurs…) avec police et gendarmerie françaises.

Cerise sur le gâteau, cette plongée dans l’appareil répressif allemand, concerne la zone rattachée au MBB de Bruxelles, ces deux départements du Nord et du Pas de Calais, qui ont été placés dans une situation bien différente de celle de la Zone occupée et qui n’avaient guère suscité de travaux en dehors de ceux d’Yves Le Maner. Vous saurez (enfin) tout sur la grève des mineurs de mai 1941, les affrontements entre militants communistes et « représentants de l’ordre » (maîtres porions ou gendarmes), mais aussi les arrestations de M. Debarge et E. Ferrari sur lesquelles on vivait sur les pieuses légendes et les récits hagiographiques bourrés d’erreurs quels que soient le prestige et l’autorité de leurs auteurs.

La thèse de Laurent Thiéry, comme celles de Franck Liaigre (sur les FTP), de Thomas Fontaine (sur la déportation), de Claude Barbier (sur Glières), toutes à paraître, confirme le renouveau des études sur la résistance et l’occupation, des études enfin débarrassées de la gangue mémorielle et des pesanteurs de l’histoire sainte…

Clive EMSLEY, Soldier, Sailor, Beggarman, Thief

Crime and the British Armed Services since 1914, Oxford University Press,

240 pages | 234x156mm

978-0-19-965371-3 | Hardback | 24 January 2013

Price:  £60.00

Un livre de Clive Emsley est toujours un événement. Celui-ci l’est doublement car il aborde un sujet peu travaillé et mal connu…

Soldier, sailor... Clive Emsley Présentation de l’éditeur

The first serious investigation of criminal offending by members of the British armed forces both during and immediately after the two world wars of the twentieth century

Clive Emsley is an historian with an international reputation in the history of crime, policing, and penal policy

Provides a significant addition to our knowledge and understanding of both crime and the armed forces

Brings military history together with the history of crime and criminal justice – one of the most popular growth areas in social history – as well as criminology

Ranges across the twentieth century, approaching both military and criminal justice history from a new angle and providing a reasoned argument about the shifts in the public perceptions of service personnel and service systems of justice

Based on a wide range of primary source material drawn from public archives, personal recollections, and newspapers

 The belief that crime declines at the beginning of major wars, as young men are drawn into the armed forces, and increases with the restoration of peace, as brutalised veterans are released on to a labour market reorganising for peace, has a long pedigree in Britain. But it has rarely been examined critically and scarcely at all for the period of the two world wars of the twentieth century. This is the first serious investigation of criminal offending by members of the British armed forces both during and immediately after these wars. Its particular focus is the two world wars but, recognising the concerns and the problems voiced in recent years about veterans of the Falklands, the Gulf wars, and the campaign in Afghanistan, Clive Emsley concludes his narrative in the present.

Stéphane Bourgoin, 999 ans de serial killers, Ring éditions, 350p., 22€

999 tueursPrésentation éditeur :

LA PLUS GRANDE GALERIE DE TUEURS DE L’HISTOIRE

365 authentiques portraits de serial killers d’une soixantaine de pays, un pour chaque jour de l’année, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours.

Assassin à 13 reprises et condamné à mort, on oublie de le pendre pendant sept ans et il est gracié. Un auteur de nouvelles, fan d’Hannibal Lecter, éventre sa mère pour y placer une poupée. Policier à Miami et tueur en série de criminels, il inspire le héros de la série « Dexter». Une adolescente dénonce son père serial killer dans un talk-show à la télévision. Un vampire suédois qui consomme la chair de ses deux sœurs. À Hong-Kong, des fillettes sont tuées puis violées pour « créer » des fantômes destinés à tourmenter l’épouse du meurtrier. Un serial killer travesti qui adore se déguiser en Adolf Hitler. Un père et son fils deviennent tueurs en série à 22 ans d’intervalle. Schizophrène et serial killer, il rêve d’être Freddy Krueger. Un authentique tueur en série engagé pour jouer aux côtés de Val Kilmer. Icône gay et travesti, « Ryan le dépeceur » devient une vedette de la chanson dans le Couloir de la mort. Condamné pour huit des trente meurtres qu’il avoue, Thomas Quick est un serial killer qui n’a jamais existé. Un trio de cannibales qui vend des beignets de chair humaine. Une tueuse en série iranienne s’inspire d’Agatha Christie pour commettre ses forfaits. En prison, le tueur du Zodiaque épouse un criminel travesti qui exige de changer de sexe. Un serial killer canadien qui écrit des livres pour enfants. Une Australienne tue son fils de deux ans quand une voix lui affirme qu’il est Jack l’Éventreur…

Tomasz Kizny Dominique Roynette, La Grande Terreur en URSS 1937-1938, Noir sur Blanc, 2013, 410p., 40€

 Grande terreur URSSEntre 1937 et 1938, les répressions atteignent un pic en URSS : Staline fait assassiner des centaines de milliers de personnes sur tout le territoire. Cette période, qui commence seulement à être documentée suite à l’ouverture partielle des archives, est aujourd’hui désignée comme la Grande Terreur.
De 2008 à 2011, Tomasz Kizny mène une véritable enquête sur cette vague de violence de l’État soviétique contre ses propres citoyens. En Russie, en Ukraine et en Biélorussie, en collaboration avec l’Association Memorial, il réalise un travail photographique qui documente le crime et présente une topographie de la Terreur : lieux d’exécutions et de fosses communes, photographies des proches des disparus, objets retrouvés lors des fouilles…
Le cœur du livre consiste en une série de bouleversants portraits de condamnés, pris dans les geôles du NKVD après leur arrestation et quelques jours avant leur exécution. Il s’agit d’une puissante accusation documentaire du totalitarisme soviétique, qui vient donner un visage aux victimes de Staline.
« Sur le long chemin menant du dévoilement à la compréhension de ce crime de masse, le présent ouvrage de Tomasz Kizny constitue un jalon capital. » Nicolas Werth

L'ivrogne et la marchande de fleursNB : Je profite de cette publication pour rappeler deux ouvrages essentiels de Nicolas Werth sur la grande terreur en URSS qui n’auront pas échappés aux spécialistes, mais qui ne sauraient être négligés par les autres :

L’ivrogne et la marchande de fleurs : Autopsie d’un meurtre de masse 1937-1938 édité en format poche (Point Histoire, 9,60€)

La route de la Kolyma, Belin, 2012, 240p, 20€

La route de Kolyma

Extrait

13 août 2011

Rendez-vous a été pris à l’aéroport de Moscou-Domodedovo, à 18 heures, devant le comptoir d’enregistrement de la compagnie Transaero, vol n° 1364 Moscou-Magadan.

Cela fait près de quarante ans déjà que je passe de plusieurs semaines à plusieurs mois par an en Russie. Mais la Kolyma est restée pour moi terra incognito. Je ne l’ai explorée qu’à travers les tombereaux d’archives de l’administration du Goulag que j’ai dépouillées depuis le début des années 1990. Après toutes ces années passées à étudier le Goulag, j’ai eu envie d’aller sur place, tenter d’approcher différemment ces lieux, partir à la recherche des traces laissées par le plus grand système concentrationnaire du XXe siècle. Traces ô combien ténues, m’ont d’emblée prévenu mes compagnons de voyage, Irina Flige et Alexandre Daniel, responsables de l’association Mémorial qui, depuis près d’un quart de siècle déjà – elle a vu le jour durant la perestroïka – s’efforce de sauvegarder la mémoire du Goulag et des répressions staliniennes. Irina et Alexandre sillonnent depuis des années la Russie à la recherche des vestiges du Goulag, avant qu’ils ne disparaissent définitivement. Ils recherchent les derniers survivants, enregistrent leurs témoignages, consignent, cartographient, photographient les restes des camps, les cimetières de détenus, les fosses communes où ont été déversés les cadavres des centaines de milliers de fusillés de la Grande Terreur de 1937-1938, les petits monuments et mémoriaux érigés sur ces lieux, depuis les années 1990, par des associations de parents de victimes de la répression, voire à l’initiative de simples citoyens. Ils inventorient systématiquement les rares salles consacrées au travail forcé et aux répressions dans les musées régionaux ainsi que les collections des quelques dizaines de petits musées établis, parfois dans des appartements privés, par les «correspondants» de l’association Mémorial qui tentent ainsi de sauvegarder les derniers restes matériels des camps par lesquels, le temps d’une génération, entre le début des années 1930 et le milieu des années 1950, sont passés quelque vingt millions de personnes, soit un adulte sur six (deux millions y ont péri). En Russie, l’État n’a engagé aucune politique patrimoniale concernant le Goulag ou, plus généralement, les répressions staliniennes ; pas la moindre mesure de conservation ou de préservation des sites d’exécution, de détention, de relégation ou d’exploitation de la main-d’œuvre forcée n’a été entreprise. Seule l’Église orthodoxe s’est intéressée à quelques rares lieux qu’elle a rapidement investis au service de ses propres fins politiques.

En route vers l’aéroport, nous passons la gare de banlieue de Boutovo. Boutovo – l’un des grands charniers de la Grande Terreur de 1937-1938. Près de 21000 condamnés à mort ont été exécutés ici entre le 8 août 1937 et le 19 octobre 1938, dans le plus total secret, dans une zone dite «d’affectation spéciale» du NKVD de plusieurs dizaines d’hectares entourée de hautes palissades, comme il en existait beaucoup à la périphérie des grandes villes soviétiques. Ce n’est qu’au début des années 1990 que des historiens de l’association Mémorial ont «découvert» le lieu, à la suite de patientes recherches dans les archives enfin entrouvertes. Depuis, le site a été repris et investi par l’Église orthodoxe qui y a élevé une église martyrium, dans la tradition russe des «églises-sur-le-sang» pour commémorer les quelques centaines de membres du clergé exécutés à Boutovo en 1937-1938 et élevés au rang de «nouveaux martyrs de la Foi» (les 20 000 autres victimes ensevelies à Boutovo étant largement passées sous silence…). Sous l’impulsion de l’Église orthodoxe, Boutovo est devenu le «Golgotha russe», symbole de l’histoire tragique de l’Église orthodoxe au XXe siècle, le seul lieu de mémoire des répressions visité et reconnu par les plus hautes autorités de l’État, au grand dam des militants de Mémorial.

Revue de presse

En écrivant son récit de voyage (étrangement dépourvu de cartes), Nicolas Werth cherchait donc à traverser les apparences, tentant de donner corps à cette région fantôme qu’il n’avait jusque-là  » explorée qu’à travers les tombereaux d’archives de l’administration du goulag « . Vous avez bien lu :  » tombereaux  » et non  » tombeaux « . Les archives ne sont rien d’autre qu’un rebut, et c’est l’historien qui poétise ce reste en trace. Miron Markovitch, 82 ans quand on l’interroge, en ricane :  » Vous cherchez les dernières traces avant qu’elles ne s’effacent. Des traces ? Je ne comprends pas. Ce n’est pas le mot qui convient.  » Lorsque Werth se heurte ainsi aux bornes de l’écriture académique, à maintes reprises, lui reviennent en mémoire les Récits de la Kolyma, de Varlam Chalamov (Verdier, 2003). Car la littérature est bien l’autre frontière de l’historien, dès lors qu’il fait l’expérience de sa propre insuffisance. (Le Monde du 18 octobre 2012)

Dominique Kalifa, Les bas-fonds : Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013, 394p, 25€

Bas fondsPrésentation éditeur :

Gueux, mendiants, misérables, prostituées, criminels, aliénés, détenus, bagnards peuplent de leurs figures hideuses, pour partie réelles et pour partie fantasmées, l’envers ou les dessous de notre société. Ils en sont le repoussoir, la « part maudite », mais aussi l’une des lignes de fuite symbolique et sociale. Car s’ils disent des réalités – la pauvreté, le crime, les transgressions -, ces « bas-fonds » constituent aussi un imaginaire qui traduit tout autant nos inquiétudes et nos anxiétés que certains de nos désirs. C’est à l’exploration de cet imaginaire que ce livre est consacré. Il montre comment les bas-fonds naissent dans l’Europe bouleversée du me siècle, mais empruntent à une tradition où se mêlent les figures bibliques – Sodome, Babylone -, les mauvais pauvres de la tradition chrétienne et la cour des Miracles. Des « mystères » de Paris à l’underworld victorien, des bas quartiers de New York aux trottoirs de Buenos Aires, il décrypte la fabrique d’un regard qui n’a cessé de nous fasciner. Ces histoires qui hantent nos consciences ont-elles pris fin aujourd’hui ? Les contextes ont changé, mais les débats sur l’underclass, les images du cinéma contemporain ou la culture steampunk montrent que l’ombre des bas-fonds rôde toujours autour de nous.

 

Isaac LEWENDEL avec Bernard WEICZ, Vichy, la pègre et les nazis. La Traque des juifs en Provence, Paris, NouveauMonde éditions, 2013, 24€

Ce livre paru l’an dernier en Anglais sous le titre Hunting down the Jews – Vichy, the Nazis and Mafia Collaborators in Provence, « relativise, à partir de l’exemple provençal, le rôle de l’entraide parmi tous les facteurs qui ont contribué à la survie de la majorité sans rien enlever à l’héroïsme de certains actes de solidarité. »

Pour une confrontation/comparaison, on se reportera aux ouvrages de J. Semelin et Alain Michel présentés dans de précédentes Lettres

Présentation auteur/éditeur

De 1942 à 1944, plus de 400 Juifs ont été déportés du Vaucluse. Tous n’ont pas été raflés à Avignon, Orange ou Carpentras. On est aussi venu les chercher à Camaret, Vaison la romaine, Mormoiron, Buoux, Saint-Saturnin-lès-Apt, Cadenet, Goult… Tous ces villages perchés du Ventoux et du Luberon qui enchantent le regard. Qui les a arrêtés ? Les Allemands, a-t-on prétendu, secondés parfois par la Milice. Comme si c’était si simple. Comme si l’administration française n’avait été que complice. Comme si les Allemands avaient été seuls à la manœuvre, alors qu’ils n’ont cessé de recruter, sur les ordres de Paris et de Berlin, des auxiliaires et des supplétifs pour mener la chasse.

Traquer les traqueurs de Juifs à travers les archives, telle est la tâche que se sont fixée Isaac Lewendel et Bernard Weisz. Cette recherche démarrée en 2005 conduit le lecteur sur les traces de vies criminelles jusqu’à Marseille et au-delà. On y côtoie des fonctionnaires zélés, des affairistes, des extrémistes, des SS en mission, des voyous et des repris de justice à l’affût. On y entend aussi la voix de Juifs qui à la Libération ont témoigné.

De l’ensemble se dégage une force documentaire qui bouscule bien des idées reçues. Le rendement du dispositif policier nazi, 20 à 25 % d’arrestations, est ainsi passé au crible d’une analyse qui agit comme un révélateur.

Blandine HERVOUËT (dir.) L’Évolution des modes de preuves, Presses universitaires de Limoges (PULIM), 2013

 Chaque époque se pose la question du choix d’une preuve qui à la fois permette d’accéder à la vérité et soit recevable par la société.

Pour accéder à cette exigence, praticiens et doctrine ont procédé par tâtonnements. En 1386, le duel de Carrouges a marqué la fin du recours aux ordalies et le passage à un mode de preuve rationnel. A la fin du XVIIIe siècle, le principe de l’intime conviction s’est imposé ; au XIXe siècle, la codification. Avec l’avènement du numérique et des techniques scientifiques d’identification, le droit doit aujourd’hui redéfinir les conditions matérielles et éthiques de l’utilisation des preuves.

La confrontation entre différentes époques permet de mettre en valeur les facteurs qui permettent la progression vers le meilleur mode de preuve.

Sommaire

 Blandine HERVOUËT, M.C.F. Histoire du droit, Université de Caen, Propos liminaires

Claire BOUGLÉ, MCF Histoire du droit, Université de Versailles-Saint Quentin « O par juïse o par bataille » : les modes de preuve dans le Roman de Renart

Sophie POIREY, MCF Histoire du droit, Université de Caen, Les modes de preuve en droit normand au Moyen Age

Eric JAGER, Pr. Université de Californie-Los Angeles, L’affaire Carrouges : le dernier duel (année 1386)

Yves MAUSEN, Pr. Histoire du droit, Institut universitaire de France, Sur la charge de la preuve : editio et fauor rei

Fabrice DESNOS, MCF Histoire du droit, Université de Rouen, Des preuves légales à l’intime conviction (expériences et défenses des progrès de la preuve libre à l’époque moderne)

Gwénaël GUYON, docteur Histoire du droit, Université de Rennes, ATER Université de Caen, Les incidences de la codification sur le droit de la preuve (Angleterre, XIXe siècle)

Louis DE CARBONNIÈRES, Pr. Histoire du droit, Université de Lille II, L’affaire Thornton: enjeux de preuve et procédure lors de la dernière demande de duel judiciaire dans l’Angleterre georgienne

Sylvain VANDIERDONCK, doctorant Histoire du droit, Université de Lille II, La preuve scientifique dans les demandes de réhabilitation (France XIXe-XXe siècle)

Catherine-Amélie CHASSIN, MCF Droit public, Université de Caen, juge assesseur HCR à la Cour du droit d’asile, L’utilisation de la torture à l’aune des engagements internationaux

Loïs RASCHEL, MCF Droit privé, Université de Caen, Existe-t-il un droit à la preuve ?

Marie-Antoinette HOUYVET, conseiller, Cour d’appel de Caen, Enjeux et éthique des nouveaux modes de preuve en droit pénal

Jean-Paul PHILIPPE et Noël PONS, 92 connection : Les Hauts-de-Seine, laboratoire de la corruption ? Nouveau Monde éditions, 2013, 299p,20€

Le titre dit tout…

92 connection

Et quant à parler corruption, la dernière livraison de Questions pénales la publication électronique du CESDIP, nous invite à aller voir ce qui se passe au Royaume Uni

le dernier numéro de son bulletin Questions Pénales, consacré à la criminalité organisée et la corruption des institutions publiques au Royaume-Uni

 

3. Colloques, journées d’étude…

LES GENDARMERIES DANS LE MONDE, DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE À NOS JOURS

GENDARMERIES OF THE WORLD, FROM THE FRENCH REVOLUTION UP TO THE PRESENT DAY

Université Paris-Sorbonne – Société Nationale Histoire et Patrimoine de la Gendarmerie

Paris, École militaire, Jeudi 13- Vendredi 14 juin 2013

JEUDI 13 JUIN

9 h – 9h45 – Introduction

Général de division Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale

Professeur Barthélémy Jobert, président de l’Université Paris-Sorbonne

 Comment certains pays peuvent-ils vivre sans gendarmes ? – (Pr. Jean-Noël Luc, Université Paris-Sorbonne)

 Comment peut-on vivre avec des gendarmes ? – (Dr. Arnaud Houte, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne)

I. 9h45-11h15 – Créer une gendarmerie : acteurs, contextes, enjeux – Setting up a gendarmerie : actors, context, stakes

 L’exportation du modèle de gendarmerie française au Mexique pendant l’expédition militaire de Napoléon III, 1861-1867 – (sous-lieutenant A. Kippeurt, École des officiers de la gendarmerie nationale)

 L’influence du modèle de gendarmerie française dans la réorganisation de la police de Sao Paulo, 1906-1924 – (Dr. André Rosemberg, Universidade de Sao Paulo)

 The Iranian Gendarmerie between State-building, Local Stakes and International Rivalries, 1911-1921 – (Dr. Stephanie Cronin, Lecturer at Saint-Antony’s College, University of Oxford)

 Policing and Disciplining Subjects in a Semi-Colonial State : The Royal Siamese Provincial Gendarmerie and its Danish Officers, 1897-1926 – (Dr. Sören Ivarsson, associate professor, Copenhagen University)

 II. 11h45– 12h45 – D’une gendarmerie à l’autre : greffes, mutations, rejetsFrom one gendarmerie to the next : transplants, mutations, rejections

 Les gendarmeries suisses dans la seconde moitié du XIXe siècle : un modèle helvétique autoréférencé ? – (Philippe Hebeisen, doctorant, Universités de Neuchâtel et Paris-Sorbonne)

 Vers un « État dans l’État » ? La gendarmerie belge, d’un après-guerre à l’autre – (Dr. Jonas Campion, chargé de Recherches FRS-FNRS, Université catholique de Louvain)

 The « Wet op » of Rijkswacht (1957) as a Reflection of the Important Role of the Rijkswacht in Post-war Belgian Society – (Pr. Cyrille Fijnaut, Law School of Tilburg University)

III. 14h30 – 16h00 – Les gendarmeries, instruments de souveraineté de l’État – The gendarmeries, instruments of State sovereignty

 In Dire Straits : the Royal Marechaussee in the Province of Limburg (The Netherlands), 1830-1850 – (Dr. Jos Smeets, lecturer, Policeacademy of the Nederlands)

 Les enjeux de l’institutionnalisation de la gendarmerie ottomane face aux conflits ruraux du XIXe siècle – (Dr. Alp Yücel Kaya, maître de conférences, İstanbul Teknik Üniversitesi)

 The Separate Corps of Gendarmes and military intelligence under tsar Nicholas II – (Dr. Iain Lauchlan, Lecturer in history, Edinburgh University)

 Les rapports de la Guardia nacional republicana avec l’État portugais, de la Première République (1910) à l’État Nouveau jusqu’aux années 1950 – (Pr. João Cosme, Université de Lisbonne)

IV. 16h30 – 17h30 : Les gendarmeries dans les systèmes policiers – The gendarmeries in the policial systems

 Police and Gendarmerie in the Southern German States, 1750-1850 – (Dr. Bernd Wirsing, Max Planck Society, Head of the Berlin Office)

 The Austrian Gendarmerie and its Relations with the Other Police Forces in the Years 1849-1900 – (Pr. Helmut Gebhardt, Graz University)

 State Police and Gendarmerie in the Security System of the Second Polish Republic, 1921-1939 – (dean Robert Litwiński, Marie Curie-Sklodowska University, Lublin)

V. 17h30 – 18h15 : Derrière la gendarmerie, les gendarmesBehind the gendarmeries, the gendarmes

 Des gendarmes impériaux ? Retours d’expérience sur le moment impérial de la gendarmerie française, 1796-1814 – (Dr. Aurélien Lignereux, maître de conférences, IEP de Grenoble)

 Les officiers supérieurs des Carabinieri royaux d’Italie au début du XXe siècle – (Dr. Flavio Carbone, lieutenant-colonel des Carabiniers)

VENDREDI 14 JUIN

 VI. 9h-10h15 : Les gendarmeries, instruments du contrôle impérial – The gendarmeries, instrument of the imperial control

 La Garde civile comme garante de l’unité impériale espagnole, 1848-1898 – (Pr. François Godicheau, Université Bordeaux III – IUF)

 The Missions of the Spanish Civil Guard to Latin America, from the End of the XIXth Century to the 1930’s – (Dr. Gerald Blaney, research fellow, London School of Economics and Political Science)

Kempei (the japanese gendarmerie) and the Expansion of Imperial Japan in Taiwan, Korea and China at the Beginning of the XXth Century – (Dr. Toshihiko Matsuda,associate professor, Kyoto University)

VII. 10h45 – 12h15 – Création et évolution des gendarmeries coloniales – Creation and evolutionof colonial gendarmeries

 Les gendarmeries syrienne et libanaise, « filles » de la gendarmerie française ? – (Dr.  Hélène de Champchesnel, Université Paris-Sorbonne)

 La gendarmerie nationale vietnamienne (1951-1956) : une expérience d’un transfert de savoirs et de savoir-faire dans le contexte de la décolonisation – (Jacques Bury, doctorant, Paris-Sorbonne)

 La gendarmerie dans l’État colonial tardif en Mauritanie, 1956-1961 – (Camille Evrard, doctorante, Université Paris I et IRSEM)

 La gendarmerie au Cameroun, du mandat de la SDN au nouveau dispositif de sécurité de 1945 – (lieutenant de gendarmerie Camille Sallé, doctorant, Paris-Sorbonne,)

VIII. 14h – 15h – Les gendarmeries des pays africains indépendantsThe gendarmeries of independent African States

 Les mutations de la gendarmerie camerounaise, du legs colonial au partenariat – (Virginie Wanyaka Bonguen, chargée de cours, Université de Yaoundé)

 Place et rôle de la gendarmerie togolaise dans l’évolution politique du Togo, 1956-1967 – (Pr. Michel Goeh Akue, Université de Lomé)

 Le « modèle gendarmique français », clé de la naissance, du succès et de l’évolution de la Gendarmerie ivoirienne ? – (Arthur Banga, doctorant, Université de Cocody-EPHE et IRSEM)

IX. 15h – 15h45 – Les nouvelles gendarmeries du MaghrebThe new gendarmeries of Maghreb

 La gendarmerie de la jeune République algérienne : un héritage inattendu ? – (Dr Benoît Haberbusch, capitaine de gendarmerie, Service historique de la Défense)

 Du Jadarmi à la garde nationale tunisienne, un legs colonial ? – (Pr. Sofiane Bouhdiba, Université de Tunis) –

 X. 16h15 – 17h15 – Gendarmeries du temps présent – Gendarmeries of the present time

 Création ou restauration de gendarmeries en Europe de l’Est post-soviétique : le rétablissement de la gendarmerie roumaine – (colonel Vasilica, docteur en histoire, commandant de l’École des officiers de la gendarmerie roumaine)

La mission d’assistance aux populations de la Police Armée Populaire Chinoise lors du tremblement de terre de Cheng Du, en 2008.

Les prévôtés, vecteurs de l’exportation du modèle de la gendarmerie française dans des conflits récents : Bosnie, Kosovo, Afghanistan – (colonel Olivier Kim, chef du bureau des prévôtés à la DGGN)

 17h45 – Conclusion – Général Georges Philippot, docteur en histoire, président de la SNHPG

 

4. Archives toujours…

  Un lot d’archives dérobées pendant la Seconde Guerre mondiale restituées à la Belgique

Le Soir / Rédaction en ligne

Mardi 16 Avril 2013, 16h08

 Le président des archives du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le professeur Wilfried Reininghaus, a restitué mardi à Bruxelles plus de 250 documents administratifs dont la Belgique avait été dépossédée par les archivistes allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

Ces documents proviennent du duché du Limbourg et des anciens districts prussiens d’Eupen et de Malmedy. La majeure partie date du 19e et du début du 20e siècle. Certaines archives ecclésiastiques datant de la fin du Moyen-Age ou des documents relatifs à la révolution liégeoise ont également été retrouvés parmi les pièces administratives.

Pendant l’occupation de la Belgique, de nombreux documents ont été prélevés par des archivistes allemands et transportés à Düsseldorf. Vers la fin de la guerre, le bateau chargé de les acheminer jusqu’à une zone sûre a été bombardé et a coulé dans le port de Hanovre. Sa précieuse cargaison d’archives a pu être récupérée six mois plus tard, mais la plupart des documents étaient trop abîmés pour être préservés.

Les pièces relativement épargnées ont été conservées dans les archives de Rhénanie du Nord-Westphalie (NRW). Grâce à un procédé innovant mis en place en 2012 qui permet de stabiliser le papier, elles ont pu être soigneusement restaurées dans les ateliers du Landesarchiv (archives régionales de NRW).

http://www.lesoir.be/226469/article/actualite/fil-info/fil-info-belgique/2013-04-16/un-lot-d-archives-derobees-pendant-seconde-guerre-mondiale-restit

Vincent LANIOL et Alexandre SUMPF (dir.), Saisies, spoliation et restitution. Archives et bibliothèques au XXe siècle, Rennes, PUR, 2012, 383p., 20€

Saisies spoliations et restitutions

Enjeux et tribulations : quand les archives deviennent butin de guerre… 

 

Un colloque : Dijon, 13 et 14 juin 2013

La réforme du droit des archives

 

APP : déménagement (suite) :

 

Deux questions écrites ont été adressées au ministre de l’Intérieur par un député et un sénateur. Un représentant du préfet de police a de son côté répondu à un vœu émis au conseil municipal de Paris (séance des 22 et 23 avril). On en trouvera le texte ci-dessous.

Cette réponse contient un certain nombre d’informations remarquables qui méritent quelques commentaires.

1/ Apparemment, il n’est pas question que la PP envisage de mettre en œuvre une quelconque synergie en vue de contribuer à regrouper des archives dont la dispersion ajoute en effet beaucoup au charme à la consultation. Si l’exemple des AN est évoqué pour leur déménagement réussi et la revitalisation de la petite couronne parisienne, en revanche la logique scientifique et économique d’un rapprochement – à l’occasion de ce déménagement – des archives de ces deux institutions policières — la PP et la Sûreté — ne semble pas avoir retenu l’intérêt des initiateurs du projet. Essentiellement semble-t-il, au nom du statut particulier (dérogatoire) des archives de la PP (qui date non de 1968 mais du préfectorat de Jean Chiappe…)

2/ À défaut de consultation des usagers, nous apprenons que « C’est [donc] en étroite concertation avec le service interministériel des archives de France qu’un projet de déménagement au Pré-Saint-Gervais a été bâti. »

Nous espérons que le SIAF a eu toutes les informations nécessaires pour que cette concertation ait été fructueuse et ouverte…

Rappelons que nous sommes les premiers convaincus que les locaux actuels sont totalement inadaptés. C’est une légitime inquiétude sur la « professionnalisation » du service et ses aptitudes réelles à mener à bien une telle opération de déménagement d’archives précieuses et fragiles et non récolées, qui motive nos réactions. Les APP disposent-elles du potentiel des AN pour une telle opération ? Que fera-t-on dans 10 ans au terme du bail de location des nouveaux locaux ? Un nouveau déménagement ?

Ne serait-il pas plus sage de réfléchir à d’autres solutions dont le dépôt aux AN — apparemment un tabou — peut constituer une alternative ?

_________________________________________________________________

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. – Merci, Monsieur le Maire.

Le statut particulier des archives de la Préfecture de police résulte d’un décret du 5 janvier 1968 et, en réalité, sa spécificité remonte au fondement même de l’institution et de la création de la Préfecture de police.

Cette situation s’explique par le caractère sui generis des archives qui sont considérées, qui sont tant à la fois des Archives nationales, municipales et départementales, et qui forment un ensemble documentaire exceptionnel mais également complexe et dont le législateur a toujours souhaité maintenir l’unicité, par-delà les statuts des documents qui les composent.

Ces dernières années, la gestion des archives de la Préfecture a été marquée par deux principes :

– celui de l’ouverture, d’abord ;

– celui de la professionnalisation, d’autre part.

Je dirai un mot sur chacun de ces principes.

Un principe d’ouverture, d’une part, puisque la Préfecture de police a adopté le principe d’une gestion particulièrement libérale de son fonds documentaire, devançant même de plusieurs années les instructions du Premier Ministre d’alors, M. Lionel JOSPIN.

Outre le fait qu’elle est évidemment soumise au respect des délais légaux en matière d’ouverture de ses fonds documentaires, la consultation des archives de la Préfecture donne lieu entre 40 et 50 dérogations annuelles. Qui dit dérogation dit consultation avant même l’expiration du délai légal, et ce, bien sûr, sur les sujets les plus divers et les plus sensibles, comme l’Occupation ou la Libération ou la guerre d’Algérie.

Je citerai un chiffre : en 14 ans, seuls deux refus sont intervenus. Deux refus de dérogation en 14 ans !

Chaque année, ce sont au total plus de 3.000 consultants du monde entier qui sont reçus par les archives de la Préfecture.

Premier principe : l’ouverture.

Au-delà de l’ouverture, la Préfecture de police s’est efforcée de professionnaliser la gestion de son fonds, et depuis quatre ans, elle a adopté un programme sans précédent en la matière, avec, par exemple, la création d’un service dédié à la mémoire et aux affaires culturelles, un rapprochement fonctionnel avec le ministère de la Culture, puisqu’une convention a été conclue avec le service interministériel des archives de France, c’est une première ; les personnels, le nombre d’effectifs affectés à la gestion des archives est passé, en quatre ans, de 10 à 27 personnes, tout cela par redéploiement interne, et un programme innovant de numérisation a été lancé.

C’est dans le cadre de ces deux principes : ouverture, d’une part, professionnalisation, d’autre part, que la Préfecture de police a engagé il y a plusieurs mois une réflexion sur les conditions de conservation de ses archives, sur les conditions de travail des fonctionnaires qui y sont affectés, mais également, il faut le dire, sur les conditions de consultation pour les chercheurs eux-mêmes.

Au regard de ces trois critères, il est apparu que l’état actuel des dépôts d’archives n’était plus tenable ; d’abord, les linéaires étaient considérablement saturés, on avait du mal à accueillir de nouvelles pièces documentaires, six implantations formaient le service des archives, un point extrêmement important, le site actuel du 5e arrondissement est soumis au risque de crue, ce qui est un peu dommage pour des archives d’une telle valeur, et, je le disais, les conditions de consultation pour les chercheurs étaient considérablement dégradées et les conditions de travail des personnels n’étaient plus à la hauteur de ce qui est attendu.

C’est donc en étroite concertation avec le service interministériel des archives de France qu’un projet de déménagement au Pré-Saint-Gervais a été bâti. Le projet, je le dis, a vocation à être permanent, c’est-à-dire que les archives de la Préfecture de police seront transférées au Pré-Saint-Gervais. Ce projet vise, en fait, d’abord, à offrir des conditions d’accueil bien meilleures aux chercheurs ; je note que l’accès pour ces chercheurs sera extrêmement facile, le Pré-Saint-Gervais est desservi par le métro et le bâtiment dans lequel nous allons nous

installer n’est qu’à quelques minutes de la station de métro. Bien évidemment, tout l’aspect sécurisation du lieu a également été pris en compte.

Le processus de déménagement débutera à l’automne de l’année 2013, à l’issue des travaux d’aménagement et de sécurisation prescrits ; nous respecterons, bien sûr, toutes les normes en vigueur de ce point de vue.

Les contraintes des chercheurs, je le disais, ont été anticipées, la période de fermeture partielle a d’ores et déjà été annoncée et des communiqués mentionnant les listes de fonds provisoirement indisponibles seront diffusés en temps utile.

Voilà ce que je voulais indiquer sur ce projet, en ajoutant simplement qu’alors même que leurs propres réflexions ont conduit les archives nationales, mais également le ministère des Affaires étrangères à ouvrir d’importants centres de consultation, à Pierrefitte pour l’un et à La Courneuve pour d’autres.

Je souhaitais dire que la décision de retenir un site en petite couronne, parfaitement accessible, s’inscrit, enfin, dans une vision parfaitement assumée du Grand Paris, et que ce projet permettra des conditions optimales d’accessibilité en lisière immédiate de Paris.

6. Nouvelles du réel…

 

 

Fermetures de commissariats dans le cadre du redéploiement gendarmerie/police

 

 

Sur acteurspublics.com

 

 

http://www.acteurspublics.com/2013/04/12/des-fermetures-de-commissariats-et-de-gendarmeries-officialisees

 

 

Sur le blog de G. Moréas

 

 

http://moreas.blog.lemonde.fr/2013/04/16/mis-en-examen-dans-laffaire-neyret-un-policier-raconte/

 

 

À propos du livre de Christophe Gavat, 96 heures, un commissaire en garde à vue, Paris, Michalon, 2013, 18€

Présentation éditeur :

En octobre 2011, des policiers lyonnais et grenoblois, dont le commissaire de police Christophe Gavat, alors chef de la PJ de Grenoble, sont placés en garde à vue pendant quatre jours et mis en examen pour « association de malfaiteurs », « trafic de stupéfiants », « détournement de scellés » et « vol en réunion », dans le cadre de « l’affaire Neyret ». L’inspection générale des services (IGS) suspecte les policiers d’avoir détourné de la drogue, sur ordre de leur supérieur, le commissaire divisionnaire Michel Neyret, numéro Deux de la police judiciaire de Lyon, afin de rétribuer des indicateurs. Christophe Gavat n’est plus celui qui interroge. Les rôles se sont inversés. Pendant ces 96 heures, il fait le bilan de ses 25 ans de carrière : beaucoup de cadavres, la vie de famille réduite à peau de chagrin, les missions ingrates, les moqueries, le mépris, la ligne jaune à ne pas franchir, les injustices quand le flic devient bouc émissaire, la complexité du système judiciaire, les vices de procédure, le rôle des informateurs, les planques… Mais aussi des rencontres étonnantes, et l admiration de beaucoup.

Un document à la fois poignant et plein d’humour où se mêlent chroniques et réflexions sur le métier de policier.

Extrait :

21 mai 2001, 15 heures, Centre de formation de la police nationale, Gif-sur-Yvette

«Savez-vous quel est le plus long fleuve du monde ?»

Cela fait 30 minutes que les douze membres du jury me posent des questions de culture générale. Trente minutes au cours desquelles, moi, le candidat au concours interne de commissaire de police disserte sur la religion et les nouvelles formes de croyances. Un sujet pioché au hasard, un petit papier plié en deux qui soulève d’autres interrogations préparées depuis un an. Douze mois à réviser comme un futur bachelier entre les playmobils des enfants et les journées à la brigade financière. Douze mois à écourter les nuits et à corner les pages de bouquins oubliés depuis le concours d’inspecteur de police. Quinze ans déjà. Quinze ans que je suis flic et aujourd’hui, je veux accéder au grade supérieur. Être commissaire. Alors, dans la chaleur lourde de la salle exiguë attaquée par les rayons du soleil, cette question fait grimper ma température. Je n’ai pas prévu de jouer au Trivial Pursuit. «Le plus long fleuve du monde ?» Je balaye du regard les juges de ce grand oral : du préfet au commissaire divisionnaire, du directeur de l’École nationale supérieure de la police à la psychologue. Unique femme de l’assemblée, entre deux âges, le regard fixe et le stylo sur la ligne. Elle arbore la seule pointe de couleur de ce jury gris et solennel. Un papillon turquoise épingle au revers de sa veste. Le plus long fleuve du monde ? «Le Nil», je m’accroche aux ailes du lépidoptère. Réponse exacte. J’ai le droit de rejouer. «Et savez-vous où le Nil prend sa source ?» Là, franchement, je suis pris d’une furieuse envie de jeter les dés par la fenêtre en criant que tout le monde s’en fout, que je ne vois pas de putain de lien entre la police, le Nil, les pyramides et tous les pharaons du monde ! Hier encore, avec mes collègues, on tapait 2 escrocs en flag ! Pas certain qu’ils étaient égyptiens. Mais j’ai décidé de ne froisser ni mon costume ni le jury. Alors tant pis pour la partie : je manque d’air. «Je ne sais pas.» Au final, je m’en sors avec la moyenne. Mais la malédiction de Toutânkhamon s’est réveillée. À l’issue des dix épreuves : cinq écrites, quatre orales et une sportive, le résultat est tombé. «Monsieur, félicitations, vous avez obtenu le même nombre de points que le dernier candidat admis.» Mon cœur bat si fort que j’ai du mal à comprendre la phrase. «Le même nombre de points que le dernier candidat admis ? Alors ? J’ai réussi ?»

«Réussi ? Comment vous dire ? Dans un sens, oui. Mais vous n’êtes pas admis.»

 

Les commentaires de G. Moréas :

Mis en examen dans l’affaire Neyret, C. Gavat raconte :

« Il y avait quelque chose de surréaliste dans cette scène. Le juge seul derrière son grand bureau vide, à sa droite son greffier, encombré de dossiers, derrière l’écran mes deux avocats dans leur belle robe noire (…) Il a croisé les mains sur son grand bureau vide, m’a fixé droit dans les yeux. J’ai soutenu son regard. Une tentative d’intimidation comme dans les cours d’école. C’est toujours plus facile de jouer, quand on est sûr de gagner. Il m’a mis en examen pour trafic de stupéfiants (…) détournement de scellés, vols en réunion et association de malfaiteurs… »

Christophe Gavat n’est pas allé en prison. Il était tellement soulagé, qu’il a serré la main du magistrat. En lisant son livre, 96 heures – Un commissaire en garde à vue, aux éditions Michalon, j’ai eu l’impression qu’il regrettait son geste… Il a néanmoins fait l’objet d’un contrôle judiciaire drastique qui lui interdisait d’exercer son métier, d’adresser la parole à ses collègues, à ses amis, et même de se déplacer. « Cette affaire m’a changé. Je me suis rendu compte à quel point la machine judiciaire pouvait broyer les hommes. C’est une mécanique de précision déshumanisée. La chance pour le juge d’instruction dans cette affaire, c’est qu’aucun policier ne se soit suicidé. Parce que le suicide, j’y ai pensé. » Les juges ont-ils conscience de la portée de leurs décisions ? Psychologiquement, un contrôle judiciaire peut être plus dur à supporter que la prison, car on est tout seul. Enfin, je dis ça, mais je n’ai vécu ni l’un ni l’autre.

Fortement marqué par cette expérience, depuis la Guyane, là où il exerce aujourd’hui les fonctions de sous-directeur de la police de l’air et des frontières, Christophe Gavat n’a trouvé qu’un moyen pour tirer un trait sur cette période : écrire. Écrire son histoire, son ressenti, son amertume, sa désillusion. Un peu comme un amoureux éconduit fait un poème à sa bien-aimée.

Le 29 septembre 2011, lorsque « l’affaire » a éclaté, il dirigeait l’antenne de PJ de Grenoble. Michel Neyret était donc son patron direct. L’info tourne en boucle sur les ondes et dans sa tête. « Michel, mon chef, mon modèle », arrêté !… Il ne comprend pas, mais l’idée ne l’effleure même pas qu’il pourrait à son tour être visé par l’enquête. Ou tout au plus comme témoin. Et pourtant…

Le soir, il dîne avec ses parents. L’ambiance n’y est pas. Le téléphone sonne. C’est un copain de promo : « Christophe, j’ai consulté Internet. Ton nom complet est sur les sites. Ils disent que demain à dix heures, tu seras placé en garde à vue… » C’est ainsi qu’il apprend qu’il est sur la liste de l’IGS. « Putain, c’est quoi ce bordel ! (…) La presse au courant. Au courant des futurs gardés à vue par la police des polices (…) Trop forts ces journalistes ! »

Le lendemain à l’aube, il prend le TGV pour Lyon.

Toute l’enquête des bœufs-carottes sera ainsi en live dans les journaux, à la radio, à la télé, sur le Web. Chacun y allant de ses phantasmes. À se demander si certains journalistes n’avaient pas connaissance de la procédure avant les magistrats. Les policiers de l’IGS (à l’époque très proche du Pouvoir) avaient-ils des consignes pour agir de cette manière ? Cette enquête a-t-elle servi d’écran de fumée alors que, dans l’affaire Bettencourt, l’information judiciaire venait d’être dépaysée à Bordeaux et que les soupçons d’un abus de faiblesse au préjudice de la milliardaire commençaient à prendre corps ? Christophe Gavat est mis en cause pour n’avoir pas osé dire non à son chef. Les charges contre lui se résument à deux ou trois coups de fil de Michel Neyret, alors que celui-ci était sur écoute. L’un d’eux, en particulier, lorsqu’il lui demande si, dans sa dernière affaire de stups, il a pu mettre un peu de « produit » de côté pour l’un de ses « amigos » – Et il n’a pas osé l’envoyer se faire foutre. « Oui, oui, qu’il a répondu. C’est fait ! » – Mais pour autant, il ne l’a pas fait. Il n’a pas obéi.

La drogue avait d’ailleurs été brûlée à la déchetterie, selon la procédure habituelle, devant témoins, chacun ayant signé le procès-verbal de destruction. La suspicion du juge d’instruction est-elle là ? D’ailleurs, je crois que les policiers devraient refuser de détruire un scellé. Après tout, un scellé judiciaire est placé sous la responsabilité du Greffe du tribunal et il appartient à la Justice de s’en dépatouiller.

Lorsqu’il se présente pour passer au « tourniquet », Gavat est serein : « Je n’ai jamais remis de came à un indicateur », écrit-il.

À Lyon, il est reçu par Christian Lothion, le directeur de la PJ. « Je vais pas vous la faire à l’envers, lui dit celui-ci, Michel est accroché. Ils le tiennent. Pour vous, je ne sais pas ce qu’il y a exactement dans le dossier. Mais il semble que ce soit plus fragile (…) Sauvez vos couilles de là. Tant qu’on le pourra, on sera derrière vous. »

« À l’époque, dit Christophe Gavat, je n’ai pas compris tous les messages qu’il a voulu me faire passer, ils ont pris un sens plus tard, mais je dois reconnaître qu’il a toujours été là. »

Plus tard, c’est maintenant. Il ne sait toujours pas ce que l’on lui reproche. Son dossier lambine à l’instruction. Le juge ne semble pas pressé, puisque, en 18 mois, les policiers de l’IGS n’ont pas eu le temps de lui retourner sa commission rogatoire – et que cela ne le dérange pas.

Ce livre était forcément difficile à écrire, et le lecteur a parfois du mal à suivre, à s’accrocher aux allers-retours de l’auteur, tant il a de choses à dire. Mais c’est un livre chargé d’émotion. Bien sûr, Christophe Gavat a dû se limiter à son propre vécu, revenant sur les enquêtes qui l’ont le plus marqué. On peut se sentir un peu frustré. On aimerait en savoir plus sur l’affaire de Lyon. Percer les arcanes. Mais déjà, comme ça, en le publiant, il a pris d’énormes risques. Une manière de fermer la porte de l’Intérieur pour mieux l’ouvrir sur l’extérieur. Et là, je sais de quoi je parle. À son âge, j’ai fait la même chose.

J’ai l’impression que le commissaire Gavat pourrait bien reprendre le fil d’un vieux rêve : le théâtre, le cinéma… Il ne sera pas tout seul : des amis l’attendent, comme Olivier Marchal et Bruno Wolkowitch, les deux flics de la pièce Pluie d’enfer.

7. Liens à gogo :

Police et pauvreté urbaine

 Anaïk Purenne, « Police et pauvreté urbaine . Alternatives canadiennes », La Vie des idées, 14 mai 2013.

http://www.laviedesidees.fr/Police-et-pauvrete-urbaine.html

pour télécharger ce texte (237 ko en PDF):

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130514_canada_purenne.pdf

Découverte par nos amis du GEMPA (Romain Tiquet et Enrique Martino) cette base de données (financée par l’ambassade helvète) qui contient 80 millions de documents policiers du Guatemala

https://ahpn.lib.utexas.edu/search

Cette dépêche de l’AFP vous a peut-être échappé :

 L’Institut polonais de la mémoire nationale IPN [Instytut Pamięci Narodowej = http://ipn.gov.pl/ site que je recommande — avec l’utilisation d’un traducteur automatique à moins que le polonais n’ait pas de secret pour vous ! — pour l’intérêt des archives mises en ligne. Le rapport lui-même est disponible en ligne àl’adresse suivantewww.pamiec.pl / ftp / images / Raport_STROOPA.pdf

[pdf taille du fichier de 50 Mo] a présenté l’un des deux exemplaires originaux du rapport du commandant allemand du ghetto juif de Varsovie, le général de la SS Jürgen Stroop, sur sa liquidation en avril-mai 1943.

Cet exemplaire du rapport, intitulé par son auteur «Es gibt keinen jüdischen Wohnbezirk in Warschau mehr» (Il n’y a plus de quartier d’habitation juif à Varsovie), avait été adressé en mai 1943 au chef de la SS, Heinrich Himmler.

«Il s’agit de la documentation qui montre comment les Allemands ont détruit le ghetto en avril et mai 1943. Il s’agit d’un document unique», présenté à l’occasion du 70e anniversaire de l’Insurrection du ghetto, a déclaré Rafal Leskiewicz, un responsable d’IPN.

«Il s’agit aussi d’un aperçu direct unique, qui montre la façon dont les Allemands ont commis des crimes de guerre en tuant des milliers de juifs. C’est un rapport unique, avec texte et photos qui documentent tout le processus d’extermination de la population juive dans le ghetto de Varsovie», a-t-il ajouté.

Le document contient 31 rapports journaliers, rédigés du 20 avril au 16 mai 1943, ainsi que 53 photographies illustrant l’action des forces allemandes.

Le rapport contient entre autres la célèbre photo d’un garçon avec les mains levées, devenue le symbole mondial de la souffrance des juifs au ghetto de Varsovie.

Un deuxième exemplaire du rapport, adressé à Adolf Hitler, se trouve dans les archives américaines.

Retrouvé par les Américains après la Seconde guerre mondiale, le rapport a servi de preuve dans le procès de Nuremberg contre des principaux responsables du Troisième Reich en 1945.

Le commandant du ghetto Jürgen Stroop a été arrêté par les Américains en mai 1945, puis remis aux autorités polonaises. Condamné à mort en septembre 1951, il fut pendu le 6 mars 1952 sur le lieu même de ses crimes.

Deux jours avant l’anniversaire du déclenchement de l’insurrection du ghetto, le président polonais Bronislaw Komorowski a salué la mémoire de «ce drame, ces combats, cette expérience douloureuse, qui font partie de la tradition polono-juive».

Le chef de l’État a inauguré une exposition à l’Institut historique juif à Varsovie consacrée aux oeuvres des artistes polonais inspirés par l’horreur de l’Holocauste, en présence notamment de l’un des derniers combattants de l’insurrection, Symcha Rotem «Kazik», 89 ans, qui avait réussi à évacuer par des égouts une poignée d’insurgés.

Symcha Rotem «Kazik» est arrivé mercredi d’Israël, où il vit, pour participer aux cérémonies à Varsovie.

Plus tôt dans la journée, le parlement polonais a rendu «hommage aux victimes et aux héros de l’Insurrection, dont l’héroïsme et le sacrifice méritent notre respect et admiration».

Le 19 avril 1943, de jeunes juifs du ghetto de Varsovie décidaient de se soulever face à la barbarie nazie et de mourir les armes à la main, plutôt que dans les camps d’extermination.

Les combats ont duré jusqu’au 16 mai. Après avoir écrasé ce soulèvement, les Allemands rasèrent le quartier, comme ils le firent un an et demi plus tard avec le reste de la capitale polonaise après l’Insurrection d’août 1944.

Vendredi, des cérémonies officielles d’anniversaire auront lieu devant le Mémorial aux héros du soulèvement du ghetto, en présence notamment du président Komorowski, du président du Parlement européen Martin Schulz et du ministre israélien de l’Education Shai Piron, aux côtés de survivants de l’Holocauste.

Une marée de livres qui comprend quelques perles policières…

 http://www.usinenouvelle.com/article/les-etats-unis-mettent-en-ligne-leur-colossale-bibliotheque-numerique.N195225

 et c’est désormais chose faite :

http://www.archimag.com/article/la-digital-public-library-america-est-en-ligne

La Digital Public Library of America est en ligne

Soutenu par les experts de l’université de Harvard, le portail de la « bibliothèque publique numérique américaine » est désormais disponible. Il offre un accès universel gratuit à des millions de documents numérisés issus des grandes collections américaines.

Par Clémence Jost,
rédactrice archimag.
19/04/2013

Tous les services créés par la DPLA sont partageables et réutilisables. (DR)

« Le plus grand projet numérique historique de tous les temps » est lancé ! C’est ainsi que son directeur, Dan Cohen, qualifie le site internet de la Digital Public Library of America (DPLA), en ligne depuis le 18 avril dernier. Cette plateforme permettant au grand public d’accéder à plus de deux millions de photos, de livres, de manuscrits et d’objets numérisés issus des plus grandes bibliothèques, musées et services d’archives du pays est l’aboutissement de près de trois ans de travail. Imaginé par le directeur des bibliothèques de Harvard, Rober Darnton, comme une alternative publique et non-lucrative à Google Books, le projet a été lancé par le Berkman Center for internet and society (Harvard) et mené avec le soutien de la Alfred P. Sloan Foundation.

Les versions numériques d’un « éventail complet des formes d’expression de la culture et du patrimoine » américains est désormais disponible sur un seul portail, grâce à la liaison et à l’interopérabilité de millions de métadonnées standardisées. Parmi les collections ajoutées à ce riche corpus, 11 000 lettres manuscrites des grands acteurs de la révolution américaine ainsi que les tout premiers plans de la ville de New-York issus de la Thomas Addis Emmet Collection seront, entre autres collections historiques, versés par la New York Public Library. 1200 000 images numérisées des documents de la Guerre civile américaine et des affiches de la Seconde Guerre mondiale seront également livrées par les Archives nationales américaines. Pour son lancement, la DPLA dispose déjà de 243 manuscrits médiévaux, 5 741 pamphlets latino-américains, 3 628 daguerréotypes, 502 romans policiers des XVIIIe et XIXe siècles, et 420 verdicts de jugements.

Animée d’un véritable souci « démocratique », et afin d’offrir un partage total de la connaissance aux chercheurs, aux enseignants, aux universitaires, aux journalistes et aux amateurs, la DPLA compte explorer des modèles pour le prêt en ligne d’œuvres encore protégées par les droits d’auteur.

European Crime Prevention Network : statistiques 2012

 

European Cross-country Crime Statistics, Surveys and Reports,
called « European Crime Prevention Monitor », and published by the European Crime Prevention Network

Contents of European Crime Prevention Monitor 2012/1:
This report is a start up of a series of European Crime Prevention Monitor reports published every six months, presenting information on crime situations and crime trends based on statistics, surveys and reports.

This first report presents findings from different international cross-country crime statistics, surveys and reports.

A summary of some data, reports and on the major findings is outlined and presented with a focus on the 27 European Member States where possible.

The aim of this report is to provide a quick and substantial, but selected overview of the situation and trends on crime and crime prevention in European Member States from the perspectives of the used data and literature.

Target groups are local, national and European practitioners and policy makers.

This report does not claim to be exhaustive.

There are more statistics, surveys and reports which were not considered for this report.

The data used has been published elsewhere and is not originally collected by the EUC

Contents of European Crime Prevention Monitor 2012/2:
In this second monitor report the focus is put on people’s perceptions and attitudes on the one hand, and on priorities in crime prevention policies across Europe on the other hand.

What does the general public think about the police: their relationship with the communities, their effectiveness in preventing crime, their fairness with which they wield their authoritative power, their integrity,…?

What do Europeans think of the effectiveness of policies on the different levels (national vs. European)?

What do they believe to be the challenges to the security in the prevention and fight against crime?

These are some questions approached in this report.

The information and data used to answer these questions come from the Trust in the Police & Courts Module of the European Social Survey and from the

Eurobarometer surveys conducted by the European Commission.

Additionally, some data was collected from the EUCPN Members on the priorities in the crime prevention policies in their countries

These pieces of information are being part of EUCPN´s efforts to provide systematic reviews of European crime prevention efforts under:

http://www.eucpn.org/research/reviews.asp

Police Crime Statistics on Germany, Year 2011 (PKS)
On the homepage of the German Federal Criminal Police Agency, the Bundeskriminalamt, you can find a condensed English language version of the PKS (some 70 pages).

It contains core data on:
* The developmental history of Germany’s Police Crime Statistics
* Contents and informational value of the Police Crime Statistics
* Definitions
* Rules for recording cases
* Brief overview of crime trends
* Cases that come to police notice
* Case trends and clearing up of offenses or categories of offenses
* Crime recorded for cities with more than 100,000 inhabitants
* Victims
* Recording of losses for individual offenses or for offense categories
* Suspects
*  Annex: Charts

The file can be accessed and downloaded under:
http://www.bka.de/nn_194552/EN/Publications/PoliceCrimeStatistics/policeCrimeStatistics__node.html?__nnn=true

The full and very voluminous German Version can be found and donwloaded under
http://www.bka.de/DE/Publikationen/PolizeilicheKriminalstatistik/pks__node.html

Best regards,
Hans-J. Kerner

  Lettre d’information du site Délinquance, justice et autres questions de société
Numéro 88 (3 avril 2013)

Articles (à consulter en cliquant ici) :
* Antoine Bevort – Le CNAM face à la dérive des recrutements: lettre ouverte à madame Fioraso

* Christophe Daadouch et Claudia Charles – Conseils de lecture à Manuel Valls sur les Roms qui ne « souhaitent pas s’intégrer »

* Pierrette Poncela et Bernard Harcourt – Conférence de dissensus sur la récidive : critiques d’une production de vérité

* Louis Martin du Gard – La Cour des comptes, la police et les heures supplémentaires

 

Autres trouvailles sur l’internet

Un site consacré à la résistance polonaise en France et notamment en S&L où la communauté polonaise était très importante dans les bassins miniers (Montceau-lès-Mines…)

  • Transgresser l’espace-temps a toujours fasciné. On sait la vague (la vogue) des uchronies (que se serait-il passé si la révolution bolchévique n’avait pas réussi ? Si la France avait continué la guerre en juin 1940, etc ?

Deux « expériences » intéressantes dans ce domaine :

1/ Imaginer que facebook existait en 1914 et créer la page d’un combattant, un instituteur né en 1885. C’est ce que fait, jusqu’au 31 mai, le Musée de la grande guerre de Meaux (Seine-et-Marne)

http://www.rue89.com/2013/04/14/page-facebook-leon-vivien-poilu-1885-241455 

 

2/ Autre expérience, le site « WW2 Tweets from 1941 »

Diffuse des tweets concernant les événements de 1941, jour par jour, heure par heure…

@RealTimeWWII

Livetweeting the 2nd World War, as it happens on this date & time in 1941, & for 5 years to come.

Questions to @historyreal, contact realtimewwii@gmail.com

Britain · https://www.facebook.com/RealTimeWorldWarII

https://twitter.com/RealTimeWWII 

  • Témoignages oraux

L’AHICF vient de mettre en ligne « vie et travail au quotidien pendant la 2e guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots« 

http://www.memoire-orale.org/collections.php?id=16

  • Œuvres d’art spoliées par les nazis : des carnets compromettants…

http://www.lepoint.fr/culture/oeuvres-d-art-spoliees-par-les-nazis-des-carnets-compromettants-30-04-2013-1661450_3.php

Le Point.fr –

Publié le 30/04/2013 à 09:28 – Modifié le 30/04/2013 à 12:39

 44 carnets ont été découverts dans une maison de vente aux enchères. Ils contiennent une liste d’œuvres confisquées pendant la guerre… et de leurs acheteurs !

La maison Weinmüller a prospéré durant la guerre grâce aux œuvres d’art saisies à des familles juives allemandes. Photo d’illustration. La maison Weinmüller a prospéré durant la guerre grâce aux œuvres d’art saisies à des familles juives allemandes. Photo d’illustration. © Martin Bureau / AFP

Par Philippe Sprang

 C’est une célèbre maison de vente aux enchères qui a ouvert la boîte de Pandore. L’affaire dont s’est emparé le Franckfurter Allgemeine Zeitung a éclaté en Allemagne le 18 mars dernier. En fouillant une armoire du local technique de la maison Neumeister, un employé est tombé par hasard sur 44 petits carnets oubliés. Des catalogues qui détaillent les ventes réalisées entre 1936 et 1945 par ce qui était alors la maison Weinmüller, une institution munichoise qui a prospéré durant la guerre grâce aux oeuvres d’art saisies à des familles juives allemandes, notamment lors de ventes forcées ou d’aryanisation des biens. Tout le monde croyait que ces documents, dans lesquels figurent les noms des acheteurs, avaient été détruits, ils étaient en fait demeurés cachés.

 De 1936 à 1945, la maison Weinmüller a organisé 33 ventes lors desquelles 34 500 objets ont été vendus. Les noms des acheteurs et des vendeurs sont inscrits, les catalogues annotés…, une véritable mine d’informations. En tout cas, de quoi permettre de lever le voile sur le sort de nombreuses collections, dont celle de l’architecte juif Ernst God Help qui fut saisie puis dispersée par Weinmüller en 1939 à Vienne. Parmi les tableaux figurait par exemple celui de Friedrich von Amerling Jeune fille au chapeau de paille, qui a été restitué l’an dernier par le musée du Belvédère.

 Martin Bormann figure parmi les clients

 Adolf Weinmüller, qui a commencé sa carrière de marchand d’art à Munich en 1921, a rejoint le parti nazi dix ans plus tard, il a présidé le syndicat des marchands d’art et d’antiquité, rebaptisé en 1933 « Département du Reich pour les arts visuels ». Dans le même temps, le IIIe Reich met en oeuvre plusieurs lois visant à écarter les Juifs du commerce des oeuvres d’art. De nombreux établissements tenus par des Juifs furent aryanisés, notamment la principale maison de vente aux enchères de Munich, celle de Hugo Helbing. C’est Weinmüller qui la racheta en 1936 lorsque Helbing perdit sa licence de marchand. Dans les mêmes conditions, Weinmüller acquit une autre maison de vente, à Vienne cette fois. Le nazisme lui profita : ses affaires étaient florissantes, car il tirait bénéfice de la disparition de plusieurs concurrents juifs et de l’arrivée sur le marché de nombreuses oeuvres d’art mises en vente par des candidats à l’exil, ou provenant d’aryanisation de bien juifs, ou encore de ventes forcées. La maison Weinmüller compta parmi ses clients Martin Bormann ou encore Maria Almas Dietrich, une marchande de l’entourage de Hitler. À la fin de la guerre, lors du processus de dénazification, Weinmüller fut seulement qualifié de « collaborateur » et reprit son activité en 1948. Il revendit son entreprise dix ans plus tard à Rudolph Neumeister avant de décéder.

8. Il n’y a pas que la police dans la vie…

Des ouvrages qui pourront intéresser les amateurs du 9e art et du roman noir

 André Versaille éditeur publie un dictionnaire qui ravira les passionnés :

Dico BD

Katrin Stoll, qui a pris la tête de l’entreprise familiale en 2008, a passé un accord avec l’Institut central d’histoire afin de faire la lumière sur l’activité de Weinmüller pendant la guerre. Le travail a été confié à l’historien Meike Hopp qui a publié ses travaux l’an

dernier. D’ores et déjà, l’héritière de la maison Neumeister a annoncé que les informations contenues dans les 44 carnets découverts seraient rendues publiques et a invité les autres maisons de vente à faire de même pour les catalogues concernant cette période.

Frans Lambeau

Dictionnaire illustré
de la bande dessinée belge sous l’Occupation

 

Préface de Philippe Goddin

Pour tout savoir sur la bande dessinée en Belgique entre 1940 et 1945 : auteurs (scénaristes et dessinateurs), œuvres, personnages, éditeurs, journaux et magazines, contexte politique, social et culturel ; le tout en quelque 270 entrées et 240 illustrations !

Truffé d’anecdotes passionnantes, cet ouvrage rend hommage à une période et à des auteurs majeurs du 9e art.

340 pages – 34,50 €

Argumentaire

S’il existe de nombreux ouvrages consacrés à l’étude de la bande dessinée, aucun ne s’est intéressé jusqu’à présent au cas spécifique du 9e art en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale. Pourtant cette période présente de nombreux aspects passionnants et révèle un véritable “âge d’or”, né de l’éclosion de formidables talents nationaux, appelés notamment à remplacer les séries importées des États-Unis et stoppées par la guerre.

Les quelque 270 entrées de ce Dictionnaire présentent non seulement des auteurs – scénaristes et dessinateurs –, des œuvres, des personnages, des éditeurs, des genres, mais également le difficile contexte politique, culturel et social de l’époque qui donne sa couleur à l’ensemble.

On y croise aussi bien Hergé que M. Antoine, J.-M. Charlier, F. Dineur, J. Doisy, J. Dratz, A. Fromenteau, F. Funcken, Ch. Gilbert, B. Heuvelmans, E. P. Jacobs, Jijé, J. Laudy, J. Van Melkebeke, J. Meuwissen, Mitacq, M. Moniquet, A. Peclers, Rob-Vel, Sirius, Tenas, M. Tillieux ou W. Vandersteen – et bien d’autres encore !

On y retrouve également, avec nostalgie, des séries et personnages comme Akkor, le roi de la planète ; Les Aventures de Benjamin ; Blondin et Cirage ; Bob ou l’enfant du rail ; Boulou et l’aventure ; Brick Bradford ; Christophe Colomb ; Le Crabe aux pinces d’or ; Don Bosco ; L’Épervier bleu ; L’Étoile mystérieuse ; Gordon l’Intrépide ; Les Aventures de Jacquy et Marcou ; Marc, Hercule moderne ; Le Navire fantôme ; Niki Lapin ; Les Aventures de Poil-Poil, chien de réfugiés ; Quick et Flupke ; Le Rayon U ; Le Secret de la Licorne ; Sindbad le marin ; Sur la planète rouge ; Tatène et Tchantchès ; Tintin ; Tif et Tondu ; Le Trésor de Rackham le Rouge ; Trinet et Trinette dans l’Himalaya ; Jean Valhardi

Un intérêt tout particulier a aussi été accordé aux supports (journaux et magazines) et aux éditeurs : Aventures illustrées-Bimbo ; La Bonne Presse ; Bravo ! ; Casterman ; Collection Tommy ; Dupuis ; Feu Sacré ; Gordinne ; Le Journal de Spirou ; Nine ; La Nation belge ; Petits Belges ; De Rakker ; Le Soir ; Terre et Nation ou encore Wrill.

Dans le noir du roman :

  • Dominique MANOTTI, L’Évasion, Gallimard, 224p, 18€

L'vasion roman

Quatrième de couverture :

L’évasion plonge le lecteur dans les méandres des relations franco-italiennes des années 1980 et 1990 sous fond de terrorisme politique, nous fait découvrir le microcosme de cette communauté de réfugiés italiens qui ont notamment fait la une des journaux lors de l’affaire Battisti au début des années 2000. Mais plus encore, L’évasion est une réflexion noire sur l’acte de création, sur le rapport à la réalité et à la vérité. Filippo est un homme qui rêve sa vie, il l’écrit et progressivement la fiction devient réalité, une réalité sanglante. Dominique Manotti présente le portrait d’un mythomane pathétique, à la fois charmeur et complexé, un concentré de grandeur et décadence humaine. L’évasion est un roman noir dense et ambitieux.

  • Philip KERR, A Man Without Breath, Quercus Publishing Plc, 384 pages

a man without

Plus rien n’arrête Philip Kerr !

Lui qui brocarde les french novels et les french authors est en chemin pour bâtir une œuvre entre celles de Balzac et Victor Hugo voire Alexandre Dumas (je parle du nombre !)

Or donc, après avoir laissé Bernie Gunther entre Cuba et Berlin au milieu des années 1950 (Hotel Adlon puis Vert de Gris), il a décidé de remonter le temps et après nous avoir conduits à Prague en 1941-1942 où son héros va devoir enquêter pour Heydrich, le « protecteur » de Bohême (Prague Fatal), nous retrouvons Bernie Gunther envoyé cette fois par Himmler à Smolensk en 1943 pour enquêter sur les officiers polonais retrouvés assassinés à Katyn…

Si vous n’avez pas la patience d’attendre les traductions françaises, n’hésitez pas : Kerr excelle toujours à mêler les aventures de son flic berlinois de plus en plus cynique et décalé et l’Histoire et on lui pardonne les quelques libertés qu’il s’accorde à ce sujet !

It’s 1943, and Bernie Gunther, former Berlin homicide cop, is now an investigator for the Wehrmacht War Crimes Bureau. Yep, you read those last four words right. During World War II, there actually was a German organization for investigating war crimes. Bernie, however, with all the cynicism and black humor of a Berliner, is keenly aware of the absurdity of the Bureau’s practice of turning a blind eye to the systematic torture and murder of Jews, Gypsies, communists, Slavs, homosexuals and other designated enemies of the Reich. Instead, the Bureau focuses on investigating war crimes by the Allies and, occasionally, one-off criminal acts by German soldiers–like rape, murder and torture committed without benefit of an officer’s order.

Bernie is sent to Smolensk, precariously held by the Germans, when corpses are discovered buried in the nearby Katyń Forest. Those bodies turn out to be Polish army officers, executed by a shot to the back of the head, and the more the German troops dig in the forest, the more bodies they find.

Nazi Propaganda Minister Joseph Goebbels (whom Bernie likes to call « Mahatma Propagandhi ») spots a potential publicity coup: show the world that this massacre was perpetrated by the Soviets and drive a wedge between the democratic Allies and the USSR. Goebbels orders Bernie to coordinate an international commission’s visit to Smolensk to witness the digging and autopsies and, of course, to help the publicity along…