La misère absolue des « zoniers », peuple de la périphérie

Zoniers de la porte d’Italie, photo d’Eugène Atget, 1913 – source : Gallica-BnF

Chassés de Paris par la spéculation immobilière, les habitants de la « Zone » vivaient dans des bidonvilles autour de la capitale. Pendant des décennies, les autorités ont cherché à les expulser.

Le terme, aujourd’hui, est péjoratif. Mais la « Zone » désignait à l’origine un espace géographique bien précis : celui de la bande de terrains vagues qui s’étendait à la périphérie de Paris entre l’emplacement des anciennes « fortifs » (l’enceinte construite par Thiers en 1844) et la banlieue.

La Zone, large de 250 mètres, était non aedificandi, c’est-à-dire qu’il était interdit, pour raison militaire, d’y construire quoi que ce soit. Pourtant, toute une population pauvre y vivait. C’étaient les « zoniers », peuple d’indigents chassés du centre de la capitale par les transformations démographiques et économiques de la seconde moitié du XIXe siècle…

Le 09/03/2018 par Pierre Ancery – modifié le 16/09/2018

La misère absolue des « zoniers », peuple de la périphérie | Retronews


Vous aimerez aussi...