Rejetés par leur famille : ils sont emprisonnés

La détention “pour correction” sous l’Ancien Régime

Au XVIIIe siècle, les familles recourent au roi pour obtenir la détention “pour correction” de l’un des leurs. Les conséquences des excès d’un fils cadet, la folie d’un neveu ou l’adultère d’une épouse, amènent le roi à ordonner la détention de l’accusé pour préserver l’honneur de la famille.

Une conférence enregistrée le 17 avril 2018

Jeanne-Marie Jandeaux, archiviste paléographe, directrice du service commun de la documentation de l’université de Franche-Comté, auteure de Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle

André Burguière, spécialiste de l’histoire sociale, démographique et culturelle de la famille, du XVIe au XIXe siècle).

ÉCOLE NATIONALE DES CHARTES

CONFÉRENCES Rejetés par leur famille : ils sont emprisonnés


Vous aimerez aussi...