Rejetés par leur famille : ils sont emprisonnés

La détention « pour correction » sous l’Ancien Régime

Au XVIIIe siècle, les familles recourent au roi pour obtenir la détention « pour correction » de l’un des leurs. Les conséquences des excès d’un fils cadet, la folie d’un neveu ou l’adultère d’une épouse, amènent le roi à ordonner la détention de l’accusé pour préserver l’honneur de la famille.

Une conférence enregistrée le 17 avril 2018

Jeanne-Marie Jandeaux, archiviste paléographe, directrice du service commun de la documentation de l’université de Franche-Comté, auteure de Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle

André Burguière, spécialiste de l’histoire sociale, démographique et culturelle de la famille, du XVIe au XIXe siècle).

ÉCOLE NATIONALE DES CHARTES

CONFÉRENCES Rejetés par leur famille : ils sont emprisonnés


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.