87 – Portrait du jour : Édouard Brasey, romancier, essayiste, scénariste et conteur

“… L’âge aidant, loin de m’assagir, j’écris de plus en plus, avec une préférence pour les thrillers et la littérature de l’imaginaire. Comme les éditeurs et libraires répugnent à ce qu’un auteur publie plus d’un roman sous son nom chaque année, j’en suis venu à prendre des pseudonymes. A écrire sous le masque d’un autre auteur qui n’est jamais qu’une autre facette de moi-même. C’est un exercice de style assez passionnant, car il permet de varier son écriture, de changer de genre, de s’adresser à d’autres lecteurs, de se refaire une virginité littéraire…”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son  87ème Portrait du jour – Criminocorpus, le blog d’informations reçoit Edouard Brasey, romancier, essayiste, scénariste et conteur.

Diplômé de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales, titulaire d’une maîtrise en droit privé à Lyon II-Lumière, d’un diplôme de l’Institut d’études politiques de Lyon et d’un DEA en écriture de scénario en 1984, il a également suivi des cours de commedia dell’arte.

Il commence sa carrière à l’Ambassade de France à Tunis de 1978 à 1979, rentre chez Arthur Young & Cie, puis son travail de journaliste pour Lire, l’Expansion, Challenges, Livres-Hebdo, Le Monde de la musique, Le Figaro Madame et L’Usine nouvelle, de 1981 à 1991, lui apprend le métier d’auteur… Edouard Brasey – Babelio

Bienvenue sur les pages du carnet criminocorpus !

____________________________________________________________________________________

“J’AIME PUBLIER SOUS LE MASQUE

J’écris et publie des livres depuis plus de 30 ans. 80 ouvrages, dont plus de 20 romans.

J’ai été surtout connu pour mes ouvrages illustrés consacrés au merveilleux et à la Fantasy. La Petite Encyclopédie du merveilleux, publiée voici plus de dix ans et récompensée par le Prix spécial du jury Imaginales et le Prix de l’imagerie Claude Seignolle en 2005, continue à séduire de nombreux lecteurs. Mais j’ai amorcé voici dix ans un virage en direction du pur roman.

L’âge aidant, loin de m’assagir, j’écris de plus en plus, avec une préférence pour les thrillers et la littérature de l’imaginaire. Comme les éditeurs et libraires répugnent à ce qu’un auteur publie plus d’un roman sous son nom chaque année, j’en suis venu à prendre des pseudonymes. A écrire sous le masque d’un autre auteur qui n’est jamais qu’une autre facette de moi-même. C’est un exercice de style assez passionnant, car il permet de varier son écriture, de changer de genre, de s’adresser à d’autres lecteurs, de se refaire une virginité littéraire.

J’ai été atteint de ce dédoublement de personnalité en 2016, lorsque j’ai publié chez Pygmalion un roman dystopique intitulé Anonymous, publié de façon anonyme, en référence aux véritables Anonymous. Le roman a été un succès, ce qui m’a poussé à en écrire un autre, pour lequel Anonymous devient le nom d’auteur. Il s’agit d’Apocalypse – A l’ombre du soleil noir, qui sort le 26 septembre chez Pygmalion.

Loin d’en rester là, j’ai pris goût à cette schizophrénie d’auteur en publiant un thriller américain, À fleur de peau, sous le pseudonyme anglo-saxon de James Barnaby. Publié en avant-première chez France Loisirs, ce roman a été vendu à plus de 40 000 exemplaires, et sortira le 18 octobre chez De Borée/Marge noire. Il s’agit d’un thriller psychologique qui fait la part belle à la manipulation mentale et à l’hypnose.

Enfin, sous mon propre nom, qui n’est au fond qu’un masque de plus, j’ai publié au printemps La ferme aux maléfices chez de Borée. Lui aussi publié en avant-première chez France Loisirs, il été vendu à 25 000 exemplaires.

Il existe un phénomène bien français qui consiste à ranger les auteurs dans des cases, comme l’on dispose des livres sur un rayonnage de librairie ou de bibliothèque. Un tel écrit des romans policiers ? Il n’a pas le droit de pénétrer dans le pré carré de la littérature blanche. Celui-ci a publié des romans régionalistes ? On lui interdit d’écrire des récits qui se situent à l’autre bout du monde. Cette réduction est intolérable. Pour ma part, je m’intéresse à des genres et des sujets très différents, et l’usage du pseudo me permet d’écrire ce que je veux, quand je le veux, en changeant de masque ou de casquette. Et si l’un de mes livres anonymes a plus de succès que ceux qui portent mon nom, tant mieux !

L’écriture sous le masque permet enfin de recevoir une belle leçon d’humilité, à l’heure où les auteurs « qui vendent » deviennent des marques dont les produits s’étalent sans vergogne aux vitrines des libraires et dans les gondoles des supermarchés. Car ce qui compte, avant tout, ce n’est pas l’auteur, c’est le texte.”


Vous aimerez aussi...