Marthe Richard et la fermeture des maisons closes

La « Loi dite Marthe Richard », selon l’appellation officielle, ne porte pas le nom du parlementaire qui la déposa, mais celui d’une femme que rien ne prédisposait à devenir l’emblème de la fin des maisons de tolérance.

Le 4 septembre dernier, la députée La République en marche Valérie Gomez-Bassac provoquait le débat après un article dans le journal Var Matin : elle y proposait de rouvrir les maisons closespour assurer aux prostituées « les règles les plus élémentaires d’hygiène et de sécurité ». Une proposition qu’a pu inspirer la mort de Vanesa Campos, une prostituée trans tuée par balles le 30 août 2018 alors qu’elle travaillait au bois de Boulogne.

Un drame qui remet l’interdiction des maisons closes sur le devant de la scène. Votée dans l’après-guerre, cette Loi met alors un terme à un système datant de 1804, qui faisait de l’Etat « le plus grand proxénète de France ». La « Loi dite Marthe Richard », selon l’appellation officielle, ne porte pas le nom du parlementaire qui la déposa, mais celui d’une femme que rien ne prédisposait à devenir l’emblème de la fin des maisons de tolérance.

Retour sur un destin romanesque, celui de Marthe Richard, et sur la loi controversée qui porte son nom…

InvitéThierry Schaffauser, est porte-parole du STRASS (syndicat du travail sexuel) travailleur du sexe et militant pro-prostitution. Titulaire d’un Master en Histoire du Genre à l’Université London Metropolitan, il participe, en 2009, à la création du STRASS. Il a fait paraître Les luttes des putes à La Fabrique éditions, 2014, et il tient depuis juillet dernier un blog sur le journal Libération intitulé “Ma lumière rouge”.

 AFFAIRES SENSIBLEdu lundi 24 septembre 2018 par Fabrice Drouelle

Marthe Richard et la fermeture des maisons closes – France Inter


Vous aimerez aussi...