Appel à communication/call for papers – Colloque 2-3 avril 2019

Appel à communication pour le colloque : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu
(2-3 avril 2019, Archives nationales, BnF, Paris)

La complainte criminelle – au sens strict du terme, un texte chanté narrant dans un but informatif et/ou édifiant les détails d’un authentique fait divers criminel – s’inscrit dans une histoire longue, depuis les occasionnels du XVIe siècle, jusqu’aux « Canards sanglants » du premier XIXe siècle. Autrefois tiré de l’oubli par des collectionneurs, ou des érudits, ce type d’éphémère est l’objet d’une attention par trop occasionnelle.

Trois générations marquent l’historiographie récente des canards criminels. Jean-Pierre Seguin, le pionnier, les a tirés de l’ombre au tournant des années 1960, puis, dans les années 1980, en particulier en Bretagne, la recherche sur les « chansons sur feuilles volantes » a connu un grand succès. Enfin, la mise en ligne récente de la base de données « Complaintes criminelles 1870-1940 » sur le site Criminocorpus ouvre un nouveau chantier visant à interroger les derniers soubresauts de cette forme, des débuts de la IIIe République à la Seconde Guerre mondiale.

Le propos de ce colloque est de poser les jalons d’une nouvelle approche pluridisciplinaire des complaintes criminelles,  qui peuvent être considérées comme des sources auxiliaires à l’histoire des délits et des peines, des pratiques populaires de paralittérature, des médias « alternatifs » avant l’heure ou encore des témoins des goûts musicaux populaires.

Les contributions pourront s’inscrire dans les axes thématiques et les questionnements suivants :

1)      La définition du corpus

Il s’agit d’interroger la définition de la complainte criminelle donnée supra, d’aller au-delà du crime au sens pénal du terme, et de l’étendre à tout texte chanté traitant d’un évènement « criminalisé », i.e. perçu comme tel ? Pensons à certaines catastrophes industrielles, aux scandales politico-financiers, ou l’expression du militantisme, en particulier anarchiste.

2)      L’inventaire des « canards » conservés dans les collections publiques

Entre archives et bibliothèques, le classement, le catalogage, l’indexation des éphémères est multiple. Réunis en recueils factices ici, disséminés dans des fonds d’érudits là, rattachés ou non aux fonds musicaux ailleurs, leur traque est un travail de longue haleine. Quelle logique a guidé leur classement ? Comment rendre plus aisée la recherche des « canards » et les valoriser ?

3)      La singularité médiatique des complaintes

La forme chantée inscrit ce matériau dans une sociabilité musicale et des circulations de répertoires, de l’édition au for privé, des feuilles volantes aux cahiers de chansons. La complainte, de ce fait, suit les goûts populaires. Ses mutations, qu’elles soient formelles ou musicales n’illustrent-elles pas les avatars des répertoires appréciés, consommés ou pratiqués, de la rue au caf’conc’ ? Deux approches mériteraient d’être valorisées : L’étude musicologique du répertoire (L’occurrence des timbres choisis, l’évolution formelle des complaintes, etc.) et la pratique effective du chant des complaintes, hier et aujourd’hui.

4)      Les liens de la complainte à l’image

Parmi tous les codes sémantiques utilisés par le canard, véritable média préfigurant l’audio-visuel, l’iconographie complète, paraphrase, illustre la complainte. Du bois gravé au cliché typographique jusqu’à la photographie, l’image, par sa créativité ou son réemploi n’est-elle pas une clé pour apprécier la réception d’un chant quasi indissociable d’un visuel ?

5)      Les aspects linguistiques et littéraires de la complainte

La nature de la langue employée est relativement ambiguë. Le corpus n’est pas homogène : il réunit des chansonniers parisiens maniant le double sens, les textes à clefs, ou un humour vachard, avec des chanteurs ambulants à la syntaxe approximative, au style parlé, tentant maladroitement de s’approprier des codes d’écriture parfois un peu sophistiqués pour eux. Il serait intéressant également de se pencher sur l’usage des langues régionales et du patois dans les complaintes criminelles afin d’en mesure l’importance, l’usage et l’appropriation à une échelle plus locale.

6)      L’approche éditoriale des complaintes

Le manque de détails éditoriaux sur les complaintes criminelles. Quels en sont les auteurs ? Qui les édite ? À quelle date ? Qui les vend ? Comment s’organise la production et la diffusion d’un média qui échappe régulièrement au dépôt légal ?

7)      La dimension internationale de la complainte criminelle

Un peu partout à travers le monde, du Brésil à l’Inde, ce répertoire est attesté, jusqu’à posséder encore aujourd’hui une réelle actualité, et une créativité reconnue. Des études sur d’autres aires géographiques, des Murder ballads à la littérature de Cordel seraient précieuses dans une vision comparative.

Pour faire le point sur « l’état de l’art » en la matière, et croiser les points de vue entre chercheurs et professionnels issus de champs divers (historiens de la justice, des médias, de l’édition ou de l’art, musicologues, spécialistes de la littérature comparée, bibliothécaires, archivistes, conservateurs, etc.), ce colloque se propose d’être un moment d’échanges pour jeter les bases d’un chantier qui tirera de l’ombre ces sources modestes, discrètes – voire même parfois discréditées –, dont l’intérêt va bien au-delà de leur singularité.

Organisation : Jean-François Maxou HEINTZEN et Sophie VICTORIEN (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)

Comité scientifique :

–  Olivier Belin (université de Cergy-Pontoise)

– Romain Benini (université Paris-Sorbonne)

– Jean-Claude Farcy (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)

– Jean-François Maxou HEINTZEN (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)

– Sophie-Anne Leterrier (université d’Artois)

– Gaetano Manfredonia (Bibliothèque de Corrèze)

– Jean-Yves Mollier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

– John MULLEN (université de Rouen)

– Philippe Nieto  (Archives nationales de France)

– Philippe ORIOL (Cesacom)

– Anne PASQUIGNON  (BnF)

–  Marc RENNEVILLE (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)

– Sophie VICTORIEN (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)

Partenaires

CLAMOR/CRIMINOCORPUS
BnF
Archives Nationales

Les propositions de communication sont à soumettre avant le 30 novembre 2018 à l’adresse suivante : redaction@criminocorpus.org

Elles comprendront le titre de la communication, un bref résumé (1000 signes maximum) et une courte présentation bio/bibliographique (500 signes maximum).

Les communications retenues par le comité scientifique qui se réunira en décembre 2018 pourront être prononcées en français ou en anglais.

*****

Call for papers

Conference « Criminal lament ballads in France after 1870: archiving, analysis and promotion of a little-known corpus ».

2-3 April 2019, Paris (National Archives and National Library)

The criminal lament ballad – in the strict sense of the term, a sung text narrating for informational or moral purposes the details of an authentic criminal case – has a long history, running from 16th century pieces to the “bloody newssheets” of the early 19th century. Saved from oblivion by collectors or scholars, these pieces have nevertheless been too little studied.

There are three generations of recent historiography. Jean-Pierre Seguin, the pioneer, shed light on these laments at the beginning of the 1960s; then, in the 1980s, particularly in Brittany, research on broadsheet ballads met with considerable success. Finally, the recent online publication of the database Criminal lament ballads 1870-1940 on the site of Criminocorpus has opened up a new area of work, aiming at analysing the final developments in the form, from the beginnings of the Third French Republic in 1870 to the Second World War.

The aim of this conference is to set up the foundations for a new pluridisciplinary approach to the criminal lament ballads, which can be considered as additional sources for the exploration of the history of crime and punishment, the history of popular literature, of ancestors of “alternative” media, or the history of popular musical tastes.

Contributions might relate to the following themes and questions:

1. Defining the corpus

The above definition of the criminal lament is open to questioning. One might wish to extend the corpus beyond pieces dealing with crimes in the strict legal sense, to include songs about events which were perceived to be crimes. Certain industrial catastrophes, or political corruption scandals might be included, as might some activist songs, in particular anarchist ones.

2. Inventory and archiving in public collections

The sorting, archiving and cataloguing of ephemeral documents is very diverse. Some are found in home-made songbooks, others in scholarly collections, or attached to musical archives. Finding them can be a long job. Conference papers might wish to explore the logic which guided their organization and archiving, or the question of how the pieces might be better made available in a more accessible form.

3. The specificity of the laments as a medium

Because they are sung texts, the laments enter into particular relations with social networks, and are circulated as parts of repertoires, which may be published or shared privately, and which may be available as broadsheets or in songbooks. The laments follow then popular tastes in these matters. Surely the changes in the laments illustrate the types of repertoires and musical practices which were best-loved at a given time, whether in the street or in the “caf’conc” musical cafés. Two approaches are well worth exploring. Firstly, the musicological study of the repertoire (choice of tunes, changes in formal structures of the laments and so on), and secondly the actual performance contexts in which the laments were sung, both in the past and today.

4. The links of laments with images

Among all the semantic codes used in the newssheet form, a true ancestor of audio-visual media, the pictorial aspects complete, paraphrase and illustrate the lament. Whether woodcuts, prints or photographs, the images are surely, through their creativity and intertextuality, a key to the understanding of the reception of a song which can hardly be separated from its visual aspects

5. Linguistic and literary aspects of the lament

The nature of the language used is relatively ambiguous. The corpus is very much heterogeneous in this aspect: it includes Parisian songsters adept at double entendre, coded language and harsh humour, but also travelling singers using approximate syntax, a spoken register of language, trying to take up codes of writing rather sophisticated for them. It would also be interesting to explore the use of regional languages and dialects in the laments in order to measure the importance of the phenomenon, and the extent of local usage and appropriation.

6. The editorial approach

There is a severe lack of editorial detail on criminal laments. Who wrote them? Who published them and when? Who sold them, and how was production and circulation organized informally of these pieces, which naturally do not respect the rules of deposit in copyright libraries?

7. The international dimension

Across the world, from Brazil to India, there are examples of this genre, which is recognized as still being active and productive today. Studies from other parts of the world, from Murder Ballads to the literature of Cordel would be most valuable to us for purposes of comparison.

The conference will aim to be a time for exchanges of views and for drawing up a “state of the art” on the matter. It will bring together participants from various professions. These will include scholars working on the history of justice, history of the media, history of publishing, or history of art, as well as musicologists, librarians, archivists and so on.We will hope to shed more light on these modest, discreet and sometimes even discredited sources, which present far more than anecdotal interest.

Organisation : Jean-François Maxou HEINTZEN et Sophie VICTORIEN (CLAMOR, CNRS-ministry of justice)

Scientific committee

Olivier Belin (université de Cergy-Pontoise)
Romain Benini (université Paris-Sorbonne)
Jean-Claude Farcy (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)
Jean-François Maxou HEINTZEN (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)
Sophie-Anne Leterrier (université d’Artois)
Gaetano Manfredonia (Bibliothèque de Corrèze)
Jean-Yves Mollier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
John MULLEN (université de Rouen)
Philippe Nieto  (Archives nationales de France)
Philippe ORIOL (Cesacom)
Anne PASQUIGNON  (BnF)
Marc RENNEVILLE (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)
Sophie VICTORIEN (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice)

Partners

CLAMOR
CRIMINOCORPUS
French National Library

Proposals must be submitted before the 30th November 2018 to redaction@criminocorpus.org. They should include a title, a brief summary in 1 000 signs, and a short biographical note (500 signs). The Scientific committee will make its selection in december 2018. The papers selected may be given in French or in English.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.