La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal 1968-1983 (Jean Bérard)

BérardParution de Jean Bérard, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983), Paris, Les Presses de Sciences-Po, 2013, 296 p. ISBN 978-2-7248-1272-1

4e de couverture

A partir de Mai 68 et au cours des années 1970, des mouvements militants (d’extrême-gauche, de prisonniers, de féministes, d’homosexuels, d’immigrés, etc.) font émerger une nouvelle pratique critique du droit et des institutions pénales.

Les quinze années qui suivent sont marquées par une politisation des questions pénales et par un éclatement des positions militantes en la matière : faut-il envoyer les patrons en prison ? Lutter contre la répression ou saisir les tribunaux des dommages que l’on subit ? Plaider contre la loi pénale ou pour son application ? Veut-on demander un renforcement des sanctions contre les agressions racistes, sexistes, sexuelles, homophobes, etc., comme signe de reconnaissance de la gravité des préjudices ?

Jean Bérard propose une histoire inédite des relations entre les mouvements contestataires et la justice, et apporte un éclairage sur leur importante contribution à l’évolution de la justice et du système pénal contemporains.

Sommaire

Introduction générale

I. La politisation des questions pénales (1968-1975)

Chapitre 1. Les mouvements d’extrême-gauche et le renversement de la justice de classe (1968-1972)

Chapitre 2. Les révoltes des prisonniers et les critiques de l’enfermement

Chapitre 3. Les mouvements féministes contre la justice des hommes

Chapitre 4. Les mouvements homosexuels et la subversion des lois du genre

II. L’éclatement des positions militantes en matière pénale (1975-1983)

Chapitre 5. La reconnaissance du viol comme crime

Chapitre 6. Majorité sexuelle et consentement des mineurs

Chapitre 7. Pénaliser les discriminations

Conclusion générale

Annexes

Documents

Les transformations de la population carcérale en France

Sources

Bibliographie

L’auteur

Jean Bérard, ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé et docteur en histoire, est chargé d’études au Fonds d’expérimentation pour la jeunesse et chercheur associé au “Centre de recherches historiques : histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés” de l’Université Paris 8. Avec Gilles Chantraine, il est l’auteur de 80 000 détenus en 2017 ? Réforme et dérive de l’institution pénitentiaire (2008) et de Bastille Nation : French Penal Politics and the Punitive Turn (2013).


Vous aimerez aussi...