89 – Portrait du jour : Irène Chauvy, l’auteure d’une série de romans policiers historiques sur le Second Empire

« … Le Second Empire est une époque foisonnante, débordante d’intelligences et de réussites techniques, mais corsetée dans ses mentalités si bien décrites et expertisées entre autres par Alain Corbin et Théodore Zeldin. Hadrien Allonfleur, qui a survécu à Solferino en 1859, ne l’ignore pas ; il traîne derrière lui une cohorte de fantômes et promène son dilettantisme ainsi que son spleen dans les rues de Paris que le baron Haussmann est en train de transformer. Il devient capitaine dans l’escadron des cent-gardes, un régiment de cavaliers créé par l’Empereur en 1854 (pour être recruté, il fallait mesurer au moins un mètre quatre-vingts, Allonfleur annonce un mètre quatre-vingt-cinq). Chargé de la sécurité de Napoléon III, de sa famille et de ses résidences, ce corps d’élite et de prestige se distinguera à Sedan… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son  89ème Portrait du jour – Criminocorpus, le blog d’informations reçoit Irène Chauvy auteure des enquêtes du capitaine Hadrien Allonfleur.

En plus de la série des Enquêtes d’Hadrien Allonfleur (capitaine des cent-gardes) éditée aux Éditions Gaelis, Irène Chauvy poursuit l’écriture de ses romans policiers historiques avec Les Enquêtes de Jane Cardel sous la Troisième République ; puis avec Quand les Masques tomberont et Enfin, l’Aube viendra, des romances policières qui se déroulent entre 1875 et 1882.
L’intégralité de la collection est disponible aux Éditions Gaelis, en format papier mais également numérique.

Bienvenue Irène sur les pages du site Criminocorpus.

Hadrien Allonfleur dans le texte

Irène Chauvy éditions Gaelis

J’ai toujours considéré qu’un auteur doit s’effacer devant ses personnages ; Proust est l’exception qui confirme la règle, mais je ne suis pas Proust.

Donc, j’irai vite sur ma biographie. Juriste de formation, j’ai commencé à écrire en 2009 dans la plus stricte confidentialité, réservant mes écrits à ma famille et à mes amis. Depuis l’obtention du prix « Ça m’intéresse Histoire », présidé par Jean-François Parot en 2011, je n’ai jamais cessé d’écrire (malgré une interruption ces dernières années), et ce par plaisir et en exutoire à mes fonctions de cadre administratif dans l’Éducation nationale.

Passionnée par le mitan du XIXe siècle, le choix de cette période s’est imposé à moi. Curieusement, le Second Empire a peu séduit d’auteurs de romans policiers historiques. Mais la tendance s’inverse.

Croit-on qu’il n’y a rien à apprendre de cette époque, à part les réceptions fastueuses, les batailles sur le diamètre des crinolines, l’expédition du Mexique, les séries à Compiègne, les « petites impératrices » de l’Empereur ?

Que retient-on de ces années-là ? Haussmann, l’Opéra Garnier (inauguré en 1875, deux ans après la mort de l’Empereur), Offenbach, Strauss… Il est vrai qu’Émile Zola est passé par là. Il a tout décrit, tout expliqué, tout décortiqué avec génie : les boursicotages, les grands magasins, l’affairisme, la misère, la prostitution, la classe ouvrière… C’est donc, imprudemment, je l’avoue, que j’ai choisi de mettre en scène Hadrien Allonfleur à compter de 1859.

Et, je ne le regrette pas ; j’essaie d’imprimer mon propre style, de recréer la vie quotidienne de ces années telles qu’on les retrouve si vivantes dans les journaux (Le Petit Journal, Le Figaro, La Sylphide), dans la mémoire des contemporains, dans la littérature : la correspondance de Flaubert, le Journal des Frères Goncourt, Maxime Du Camp… Le temps politique et les mœurs de l’époque sont si bien analysés par Théodore Zeldin, Alain Corbin, les historiens : Éric Anceau, Maurice Allem (A retrouver sur le site irenechauvy.com), et bien d’autres (dont je transporte les ouvrages au gré de mes déménagements) ; et puis il y a la langue, les mots, les expressions, que je vérifie amoureusement dans le dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey.

J’ai la chance d’avoir une éditrice à l’écoute, Annabel Peyrard des Éditions Gaelis ; elle-même auteur, elle connaît les affres de la création et me conforte dans l’amour de l’ouvrage bien fait.

Mais revenons-en à Hadrien Allonfleur. Saint-Cyrien, lieutenant des hussards, en 1859, il participe lors de la campagne d’Italie, aux batailles de Magenta et de Solférino, ces champs de bataille où les corps mutilés pourrissent, car trop nombreux pour être ramassés.

Depuis, Hadrien traîne derrière lui une cohorte de fantômes (de nos jours on parlerait de syndrome du survivant). Laissé pour mort sur les collines de Solférino (L’Enquête italienne), il se laisse mener par la vie et croit aux vertus du cynisme (du moins ce qu’il pense être du cynisme). « L’humour était la seule défense que j’avais trouvée pour ne pas prendre de plein fouet les mauvaises surprises de la vie » (La mouche du coche, Gaelis Éditions).[2]

C’est qu’il en endure des avanies, mon Allonfleur, mais il les surmonte avec panache (c’est le propre du héros). À chaque enquête, il revient avec une nouvelle cicatrice et un peu plus de mal à l’âme. Devenu capitaine dans l’escadron des cent-gardes, un régiment d’élite et garde rapproché de l’Empereur, il est choisi par Napoléon III en tant qu’enquêteur officieux. « On me sortait dans des occasions critiques, hors de la hiérarchie officielle. D’aucuns critiquaient mon côté dilettante : je travaillais sans notes, le nez au vent… ».

Hadrien a des relations compliquées avec la gent féminine : « Je plaisais aux femmes. Cela tombait bien, je ne pouvais me passer d’elles ». Il leur voue une défiance inquiète (pourquoi ne restent-elles pas dans leur boudoir ?), mais il leur porte aussi une admiration inavouée : « Les femmes qui m’attiraient avaient de l’aplomb ou l’âme assez courtisane pour me prendre et m’abandonner ensuite sans regret » (Enquête à l’opéra impérial, Gaelis Éditions).

C’est qu’il est beau, mon héros, à sa façon : « une cicatrice, partant du haut de ma tempe droite, traversait le bord de mon sourcil et allait se perdre plus bas derrière l’oreille : le résultat d’un coup de baïonnette que je n’avais pas su éviter. Julie affirmait que cela ajoutait une touche de virilité à mon apparence. Après tout, pourquoi pas ? J’étais plus grand que la moyenne, bien bâti, le teint mat, les yeux verts et les traits sévères de mon père. » (Jusqu’à ce que mort s’ensuive, Gaelis Éditions).

Il doit aussi se colleter avec des secrets de famille, supporter une concierge intrusive, un « bras droit » irritant et une impératrice qui ne le porte guère dans son cœur.

Hadrien Allonfleur est immature, diront certains, mais fidèle en amitié, va-t-en-guerre, certainement ; les enquêtes qu’il mène le conduisent à fréquenter le côté sombre des hommes, à se frotter à la pourriture humaine : « La puanteur que le nez ne perçoit pas, la putréfaction qui se promène à l’intérieur des têtes et des corps d’apparence si propre et parfumé » aime à dire sentencieusement Amboise Martefon, son bras droit, un vieux de la vieille, un inspecteur de la Sûreté à la retraite, censé lui apprendre les méthodes policières alors qu’Hadrien revendique son dilettantisme et l’efficacité de sa nature intuitive dans la résolution d’homicides.

Pour débusquer la vérité et les coupables, le capitaine ira en Bretagne, dans les Cévennes, et en Bourgogne. Pour élucider des affaires qui s’avéreront délicates, il n’hésitera pas à jouer au courtisan au château de Compiègne, à s’immerger dans le milieu frelaté des danseuses de l’Opéra impérial, toujours flanqué de Martefon qui le suivra jusqu’à Chamonix (Le secret de Martefon, Gaelis Éditions)  ; mais, celui-ci, à son corps défendant, le laissera se rendre seul dans l’île de La Réunion, une île intense où, à l’ombre des sucrières, les âmes errent et souffrent. A l’ombre des sucrières (à paraître aux éditions Gaelis) « Certains, Hadrien, débarquent à La Réunion parce qu’ils sont friands d’exotisme ou cherchent à s’enrichir ou sont curieux de connaître des lieux nouveaux. Mais d’autres croient qu’ils pourront y apaiser un chagrin. Ils ignorent que cette île est violente. Elle est née il y a deux millions d’années de la fureur de deux volcans, dont l’un brûle toujours. Une belle île vraiment, mais dangereuse pour les corps et les âmes ». Un homme averti en vaut deux !

_________________________________________________________

Retrouver Irène Chauvy sur son site internet et sur le site de Gaelis Éditions.

 


Vous aimerez aussi...