Asperger et les nazis : un cas plus qu’embarrassant

MARIA ASPERGER FELDER

Herwig Czech, historien de la médecine à l’université de Vienne, a dévoilé en avril le double visage glaçant du pédiatre viennois, exhumé de documents d’archive.

Une sommité du monde de l’autisme est tombée de son piédestal, au printemps dernier. En 1944, Hans Asperger (1906-1980), pédiatre autrichien visionnaire, publie la description d’un tableau particulier chez quatre de ses petits patients : « Un manque d’empathie, une faible capacité à se créer des amis, une conversation unidirectionnelle, une intense préoccupation pour un sujet particulier et des mouvements maladroits. » Dans la tourmente de la seconde guerre mondiale, sa publication passe inaperçue. Ce n’est qu’en 1981, un an après sa mort, que ce tableau sera nommé « syndrome d’Asperger ».

Hans Asperger avait une vision positive de l’autisme : il a montré le premier que certains enfants autistes pouvaient receler des capacités hors norme. Et considérait qu’ils pouvaient développer des compétences extraordinaires, à condition qu’on les stimule.

Ce pédiatre était donc respecté comme « le père des méthodes actuelles utilisées de par le monde pour favoriser le développement des enfants autistes », résume le docteur David Gourion dans son livre Eloge des intelligences atypiques (Odile Jacob, 292 pages, 21,90 euros). Certes, on s’interrogeait sur ses relations avec le régime nazi. « Avait-il le choix ? », plaidaient ceux pour qui Asperger avait à dessein mis la lumière sur les autistes de haut niveau pour sauver les autres enfants autistes des « mesures d’hygiène raciale » nazies. Beaucoup pensaient qu’Asperger était dans une « zone grise », ni opposant ni collaborateur actif avec le régime d’Hitler.

Coup de théâtre

Mais le 18 avril, coup de théâtre. Herwig Czech, historien de la médecine à l’université de Vienne, dévoile le double visage glaçant du pédiatre viennois, exhumé de documents d’archive. « La description d’Asperger comme (…) défenseur courageux de ses patients contre l’euthanasie nazie (…) ne tient pas debout face à la preuve…

Par Florence Rosier

Pour en savoir plus sur le site du monde.fr/sciences


Vous aimerez aussi...