Fin de cavale pour Mesrine

Jacques Mesrine, abattu au volant de sa voiture. Photographie de presse.

Redoine Faïd a été repris par les forces de police: du coup on a eu envie de se plonger dans la manière dot la presse bretonne traite la fin de cavale de Jacques Mesrine.

Le 3 novembre 1979, la cavale de Jacques Mesrine s’achève subitement à Paris, près de la porte Clignancourt. Peu après 15 heures, alors qu’il s’était rendu « méconnaissable par une barbe et une moustache », le célèbre fugitif tombe dans l’embuscade qui lui a été tendue par les forces de l’ordre 1. L’opération signe la « fin d’une chasse à l’homme de dix-huit mois au cours de laquelle le bandit le plus recherché de France s’était ingénié à multiplier les défis » comme se félicite, d’une seule voix, la presse bretonne2…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Yves-Marie EVANNO sur le site http://enenvor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...