Décharger la mémoire d’Elie Lescop ?

Chalons-sur-Marne, où se joue le sort d’Elie Lescop. Carte postale. Wikicommons.

L’histoire est moins connue que celle de Fanc’h Laurent, soldat du 247e régiment d’infanterie fusillé dans la nuit du 1er octobre 1914, dans le secteur de Souain, pour cause de mutilation volontaire et réhabilité au début des années 1930. Pourtant, le cas d’Elie Lescop est très intéressant et mérite que l’on s’y attarde tant l’amnésie qui l’entoure est significative.

C’est le Journal officiel de la République française du 4 décembre 1934 qui permet d’obtenir le plus d’informations sur cet homme. Reproduisant l’arrêt rendu par la Cour spéciale de justice militaire de Paris le 17 novembre 1934, ce document nous apprend qu’Elie Lescop naît le 3 décembre 1882, vraisemblablement à Muzillac dans le Morbihan. Malheureusement, les fiches matricules de recrutement conservées par les Archives départementales du Morbihan n’étant pas encore en ligne, il ne nous est pas possible d’obtenir plus de renseignements sur la vie de cet employé de bureau, que certains disent agent de la Ville Rennes et même chargé de sonner le tocsin de la mobilisation. Sans doute y aurait-il, dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, matière à creuser cet aspect de la vie d’Elie Lescop…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site de En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...