La Terreur et sa trace (1794-2018) – France Culture

L’écho de la Terreur résonne encore. C’est à son aune que l’on examine toute l’histoire du monde, que l’on condamne ordinairement les utopies et les totalitarismes, que l’on pèse les choix politiques… Comment la Terreur devint-elle la naissance de notre modernité ?

Après les controverses passionnées qui ont marqué le Bicentenaire de la Révolution française, voici déjà un quart de siècle, on avait pu croire, quelque temps, à une certaine érosion de la curiosité savante pour cette époque fondatrice. 

Eh bien, pas du tout ! L’événement révolutionnaire fut de si immense portée qu’il a bientôt retrouvé un très vif attrait intellectuel, un attrait dont témoignent des publications de grande qualité – non sans qu’on ait constaté un certain déplacement de l’intérêt aux dépens de l’histoire des idéologies et des forces politiques et au profit de celle des émotions, des représentations, des enchaînements imprévisibles…

 Invité de l’émission Jean-Clément Martin, professeur émérite à la Sorbonne, où il a dirigé le prestigieux Institut d’Histoire de la Révolution française.

Son livre s’intitule Les Échos de la Terreur et il porte un sous-titre en forme d’oxymore : Vérités – au pluriel- d’un mensonge d’État. Un oxymore qu’il va nous falloir éclairer, comme aussi les deux dates que l’auteur a affichées : 1794-2001. 2001 ? Serait-ce donc, du côté du World Trade Center, une clôture, un aboutissement ? La fin des terroristes ? Sûrement pas ! La fin de la Terreur comme principe, comme système ou comme fascination ? Voilà qui reste à démontrer et c’est un défi, entre autres, que je vais proposer à mon interlocuteur. Jean-Noël Jeanneney

Pour en savoir plus sur le site de France culture


Vous aimerez aussi...