La question carcérale en République fédérale d’Allemagne au reflet du Spiegel (1947-1979)

Lire l'article de Grégory Salle sur CriminocorpusCréé en 1947, l’hebdomadaire Der Spiegel occupe pendant les décennies suivantes une position singulière dans le champ médiatique ouest-allemand, et même au-delà en Europe. Lu par plusieurs millions d’Allemands, il est non seulement synonyme de qualité et d’indépendance, mais aussi d’un journalisme critique, sans complaisance à l’égard des élites. Respecté et redouté, c’est le journal de référence. Et comme son nom (« le miroir ») l’indique, il est censé offrir un reflet fidèle de la République fédérale, si besoin en dévoilant ses coulisses. Or, la prison constitue une zone d’ombre par excellence, un univers clos voire impénétrable, régi par le secret, l’opacité, la censure. Comment alors cet hebdomadaire fameux pour le sérieux et la portée de ses révélations a-t-il traité de la question carcérale, que la période du « miracle économique » de l’après-guerre a d’abord refoulée aux marges de l’espace public avant qu’elle n’émerge à nouveau dans la seconde moitié des années 1960 ? Afin de contribuer à l’analyse des rapports entre espace public et question carcérale, cet article, qui s’appuie sur des sources dont la plupart sont disponibles en ligne, décrit l’intérêt mais aussi les limites du regard du Spiegel sur la question carcérale ouest-allemande des années 1950-1970.

Nouvel article de Grégory Salle à lire sur la revue Criminocorpus


Vous aimerez aussi...