Aménagements de peines et moindre récidive (Annie Kensey)

Les aménagements de peine représentent une mesure de confiance du juge envers le condamné qui effectuera une partie de sa peine privative de liberté sous le régime de la libération conditionnelle, la semi-liberté, le placement à l’extérieur ou en placement sous surveillance électronique. Ces mesures sont généralement décidées pour un faible nombre de personnes à l’exception de la surveillance électronique dont le nombre de placés a fortement augmenté ces dernières années.
Le titre de cette communication est ambitieux. Peut-on mesurer l’effet propre des aménagements de peine sur la récidive ? Quand bien même cet effet ne serait pas clairement établi, les aménagements de peine ne sont-ils pas un cadre pertinent d’accompagnement d’une personne condamnée pénalement ?
La mesure de l’impact des aménagements de peine sur une éventuelle récidive passe d’abord par une évaluation de la récidive. Les études sur ce sujet requièrent une méthodologie particulière. Même si une grande partie des fichiers administratifs est informatisée aujourd’hui, jusqu’à présent l’étude de la récidive n’a pu se faire sans procédures de collecte manuelle.

Lire la suite de cet article d’Annie Kensey sur Criminocorpus

Cet article est publié dans le cadre de l’édition des actes des journées d’études internationales “L’aménagement des peines privatives de liberté : l’exécution de la peine autrement (Paris, 3-4 novembre 2011)” organisées par la Direction de l’administration pénitentiaire avec le concours de l’équipe ANR « Sciencepeine » et de l’École de Droit de Sciences Po.


Vous aimerez aussi...