Bulles sanglantes. Crime et bande dessinée (appel à contributions)

Appel à contributions : Bulles sanglantes. Crime et bande dessinée. Angoulême, 15, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque international sous la responsabilité scientifique  de Frédéric Chauvaud (Université de Poitierset Michel Porret (Université de Genève), avec le soutien du Centre Universitaire de la Charente et de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.  La manifestation bénéficie du « label images ».

Née avec le cinéma comme un médium démocratique que diffuse la presse, longtemps fabriquée pour un lectorat d’enfants ou d’adolescents que la censure tente de protéger contre l’imaginaire de la violence et du sexe, diffusée et consommée depuis 1945 de manière massive, la bande dessinée est devenue un phénomène éditorial et un vaste territoire de recherche qu’arpentent des spécialistes de disciplines très variées. La vitalité des approches traduit l’importance sociale et culturelle grandissante de la BD dont aujourd’hui attestent des tirages pharaoniques. Pouvoir, violence, enfermement, histoire, fin du monde, guerre, totalitarisme, sport, santé : si de nombreuses thématiques font l’objet d’études fécondes, le crime a été oublié, alors qu’il occupe une place centrale dans l’univers de la BD. Le crime aujourd’hui colonise l’imaginaire social : la littérature, le théâtre, le cinéma et bien d’autres activités culturelles s’en sont saisi. Mais le crime demeure une énigme et les sciences de l’homme ont cherché inlassablement à en percer le mystère, à comprendre les ressorts du passage à l’acte, à s’interroger sur la séduction qu’il exerçait chez les lecteurs et les spectateurs, notamment par les faits divers et dans toutes les formes de culture populaire.

Les noces du crime et de la bande dessinée sont anciennes comme le montrent dès 1908 les aventures des Pieds nickelés imaginées par Louis Forton. Le kidnapping, l’assassinat machiavélique, le meurtre le viol, le faux-monnayage, le trafic d’êtres humains, de stupéfiants ou d’armes, le hold-up et les autres formes de la criminalité contre les biens prennent place dans les bulles et les cases. Le crime imagé dans la BD permet d’interroger la psychologie des personnages, de penser l’esthétisation de la violence criminelle, de souligner l’influence des cultures criminologiques, de saisir  l’état pénal ou moral d’une société, d’en évaluer le code normatif, d’en mesurer les seuils de tolérance. Le crime dessiné multiplie les mises en scène et les significations des rapports entre délinquance, police et justice. Il renseigne aussi bien sur le mal social, la violence corporelle que le paradigme policier. Il illustre une double temporalité : celle qui est représentée  et celle de la représentation. Les bulles sanglantes donnent aussi une atmosphère qu’il importera d’interroger, tout en montrant comment les créateurs de BD font souvent écho aux procédés narratifs et à l’esthétisme réaliste du film noir et du roman policier classique et moderne qu’ils adaptent à leur propre univers narratif.

Si les auteurs de bandes croquent souvent des personnages de la fiction policière (Sherlock Holmes, Fantômas, Arsène Lupin, Maigret ou Harry Dickson), ils brossent des personnages réels – Jack l’éventreur, Al Capone, Gaston Dominici – et  d’autres fois des individus ordinaires, sans relief, mais implacables, comme le sont les délinquants occasionnels ou récidivistes. Le crime sanglant illustre l’imaginaire social et les représentations souvent standardisées des criminels qui marquent et inspirent les auteurs de bande dessinée dans le contexte de leur monde social.

Ce colloque international sera donc la première manifestation scientifique consacrée au crime dans la Bande dessinée. Six grandes entrées seront privilégiées : 1° les figures criminelles, 2° le crime selon les lieux, 3° les gestes 4° les circonstances 5° l’enquête policière et judiciaire 6° le châtiment des coupables.

 Frédéric Chauvaud – Michel Porret

Les propositions de communication sont à adresser pour le 30 octobre 2013 à : Frédéric Chauvaud (frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr ; chauvaud.frederic@wanadoo.fr) et Michel Porret (Michel.Porret@unige.ch). Copie à : Catherine Male (catherine.male@univ-poitiers.fr)

Les organisateurs prendront en charge les frais d’inscription, les repas, les nuitées et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre.

Partenariats :  Cité Internationale de la Bande dessinée et de l’image,  Centre Universitaire de la Charente, Syndicat mixte du pôle image, Université de Genève (Équipe Damoclès), Université de Poitiers – Faculté des Sciences Humaines et Arts (Criham : EA 4270).

Conseil scientifique :

Michel Briand (Université de Poitiers)

Patrice Camberou, procureur de la République, TGI d’Angoulême

Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers)

Thierry Groensteen (Cité internationale de la bande dessinée/École européenne supérieure de l’image)

Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la bande dessinée)

Denis Mellier (Université de Poitiers)

Pascal Ory (Université de Paris 1)

Michel Porret (Université de Genève)

Thierry Smolderen (École européenne supérieure de l’image)

Myriam Tsikounas (Université de Paris 1)

Sylvain Venayre (Université de Grenoble)

Comité d’organisation :

Saskia Berthelon (Conseil général de la Charente)

Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers)

Gilles Ciment (Cité internationale de la Bande Dessinée)

Sabrina Grassi-Fossier (École européenne supérieure de l’image)

Catherine Male (Université de Poitiers)

Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la Bande Dessinée)

Michel Porret (Université de Genève)

Evelyne Rocher (Centre Universitaire de la Charente)

Géraldine Zannier (Pôle image Magelis)

Image en-tête : M. Tillieux, La voiture immergée, Marcinelles, Dupuis,1960. Droits réservés.



Citer ce billet
Pierre Prétou (2013, 2 octobre). Bulles sanglantes. Crime et bande dessinée (appel à contributions). Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd3u

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search