Alain Decaux raconte : l’affaire Steinheil (2 mai 1977)

Le 31 mai 1908, dans la maison parisienne du couple STEINHEIL, Adolphe, le mari est découvert mort ainsi que la mère de son épouse. Marguerite STEINHEIL quant à elle est retrouvée bâillonnée et ligotée à son lit. Ceci est le départ d’une ténébreuse affaire judiciaire jamais vraiment élucidée. Marguerite STEINHEIL demi-mondaine française, célèbre pour avoir été la maîtresse du président Félix Faure se retrouve au centre de cet imbroglio. Elle accuse d’abord son domestique Rémy Couillard puis le fils de sa gouvernante Alexandre Wolff du meurtre de son mari avant d’être elle même accusée puis acquittée lors de son procès. Alain DECAUX revient sur les épisodes « croustillants » de la vie de cette femme et sur les multiples rebondissements de l’enquête. Il conclut l’émission en reprenant la thèse de l’écrivain Armand LANOUX qui éclaire cette affaire d’un jour nouveau dans l’ouvrage qu’il lui a consacré.

Alain Decaux raconte : l’affaire Steinheil (2 mai 1977) :

 https://www.youtube.com/

Alain Decaux raconte est une émission de télévision historique française de quarante-cinq minutes présentée par Alain Decaux et diffusée sur la deuxième chaîne de l’ORTF, puis sur Antenne 2 du 10 juillet 1969 au 13 juillet 1987.

D’une durée initiale de quinze minutes, elle est diffusée en fin de programme durant l’été 1969 sur la deuxième chaine (comme elle s’appelait à l’époque). Forte de son succès, l’émission passe à trente minutes en 1970 (cette fois en direct), puis à sa durée définitive de quarante-cinq minutes minutes en 1971.

À noter qu’à partir de septembre 1985, l’émission s’intitule Le dossier d’Alain Decaux, elle prendra fin en 1987.

Des transpositions écrites ont été publiées par la Librairie Académique Perrin.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

R150124733La Pompadour de la Troisième République dont ce livre retrace la vie agitée, était née Meg Japy. Cette très belle fille d’un industriel de l’Est fut mariée, jeune, à un vieux peintre barbichu, cousin de Meissonnier. C’est à vingt-huit ans qu’elle rencontra le plus sémillant des présidents de la Troisième république, Félix Faure, et le 16 février 1899 que son superbe amant mourut des suites de sa dernière étreinte avec elle.

Neuf ans plus tard, cette voluptueuse sirène qui tenait l’un des plus huppés salons de Paris et collectionnait les aventures galantes avec des gens en place, fut retrouvée ligotée sur son lit, son mari et sa mère tués dans sa chambre. Au cours de l’enquête, la belle Meg ne cessa de se contredire et de mentir.

Pour protéger qui ?

Pour cacher quoi ?

Arrêtée, emprisonnée, elle fut finalement acquittée et finira ses jours en 1954 après avoir épousé un lord. C’est cette passionnante affaire, qui fit grand bruit à l’époque, qu’Armand Lanoux explore avec minutie. Autour de l’énigmatique et voluptueuse figure de « la connaissance du Président », c’est tout un tableau d’époque qui est ainsi admirablement reconstitué jusque sous ses aspects les plus sordides.

ArmandlanouxArmand Lanoux est né le 24 octobre 1913 à Paris, à 23h dans le 12ème arrondissement, près du faubourg Saint-Antoine, quartier des colères de la capitale.

Rien ne le destinait à la littérature. La mort de son père en 1930 l’obligea à interrompre brutalement ses études pour participer aux besoins matériels de sa mère et de sa grand-mère (Emélie qui avait émigré aux États-Unis et qu’il admirait et aimait profondément). Autodidacte et financièrement autonome à partir de seize ans, il a exercé de nombreuses professions avec des fortunes diverses.

En 1939, c’est la guerre. Officier, il est fait prisonnier sur les bords de l’Aisne, le 11 juin1940 dans des conditions analogues à celles de Soubeyrac dans Le Commandant Watrin, prix Interrallié 1956. Après la captivité en Poméranie (Oflag IID), la guerre s’achève pour lui et fournira la matière à plusieurs romans. Libéré en 1942, il épouse Pierrette Dubois.

 Il connut un succès rapide obtenant le prix populiste en 1947, pour la Nef des fous; le prix du roman de la Société des gens de lettres, en 1952 pour Les Lézards dans l’horloge; le prix Apollinaire, en 1953, pour un recueil de poèmes, Colporteur; le prix Interallié, en 1956, pour le Commandant Watrin et le prix Goncourt en 1963 pour Quand la mer se retire.

Élu à l’Académie Goncourt en février 1969 au couvert de Louis Aragon, il en devient le Secrétaire Général en 1971.

Une trentaine d’ouvrages en une trentaine d’années.

De 1949 à 1973, plus de 300 émissions radiophoniques ou télévisuelles, dramatiques ou littéraires.

De très nombreux articles, préfaces, essais critiques…

Il meurt dans sa maison « Écoute s’il pleut » à Champs-sur-Marne le 23 mars 1983.

Madame Steinheil ou la connaissance du Président (Félix Faure) – Armand Lanoux – France Loisirs – Paris 1983

 


Vous aimerez aussi...