Que tout change pour que rien ne change ? Aux origines de la judiciarisation de l’exécution des peines en France (1789-1958) (Marc Renneville)

L’entrevue se passe au début du roman. Mai 1860, villa Salina. Le jeune Tancrède annonce à son oncle aristocrate, Don Fabrizio, qu’il compte rejoindre les partisans républicains à Corleone. Face à la désapprobation de son oncle qui prône la résistance au changement, Tancrède résume son engagement politique par une antiphrase : « Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change ».

Il n’est pas question d’aménagement des peines dans Le Guépard et on ne trouve nulle trace d’un débat sur le sens du changement dans l’histoire de l’exécution des peines en France. Le paradoxe de Tancrède donne toutefois à réfléchir sur l’interprétation du changement. Il est tentant en effet de ressaisir l’histoire de l’exécution des peines dans le mouvement d’une marche triomphale vers la judiciarisation de l’exécution des peines. Ce faisant, on instaure une lecture téléologique qui tend à effacer une dynamique faite d’hésitations, de tensions, de conflits et, au final, d’une certaine continuité rétive aux réformes. Le risque d’une lecture univoque est d’autant plus grand que la mise en œuvre de l’aménagement des peines privatives de liberté est aujourd’hui contenue dans un cadre juridique et dans une dynamique de juridictionnalisation de l’application des peines qui ne fait guère débat quant à sa légitimité. L’application et, par voie de conséquence, l’aménagement de la peine (libération conditionnelle, semi-liberté, placement à l’extérieur, suspension de peine pour raisons médicales, et plus récemment placement sous surveillance électronique…) sont placés depuis plus d’un demi-siècle sous l’autorité d’un juge spécialisé et le législateur contemporain n’envisage pas de soustraire au judiciaire ce domaine d’intervention. A une époque où les réformes se succèdent à un rythme qui compliquera le travail des historiens à venir, il apparaît essentiel de souligner cette évidence, en forme de constat de départ : l’aménagement des peines privatives de liberté est de nos jours une question de droit…

Lire la suite de cet article de Marc Renneville sur Criminocorpus

Cet article est publié dans le cadre de l’édition des actes des journées d’études internationales “L’aménagement des peines privatives de liberté : l’exécution de la peine autrement (Paris, 3-4 novembre 2011)” organisées par la Direction de l’administration pénitentiaire avec le concours de l’équipe ANR « Sciencepeine » et de l’École de Droit de Sciences Po.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2013, 6 novembre). Que tout change pour que rien ne change ? Aux origines de la judiciarisation de l’exécution des peines en France (1789-1958) (Marc Renneville). Criminocorpus. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd3z

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search