Colloque : Les fourches patibulaires, du Moyen Âge à l’époque moderne : approche interdisciplinaire (Bordeaux, 23 et 24 janvier 2014)

Le thème des fourches patibulaires, structures judiciaires dédiées à l’exposition de la pendaison, n’a été que très peu et très partiellement abordé en France. Si quelques érudits locaux de la fin du XIXe siècle et du tout début du XXe siècle ont pu se pencher sur la question, leurs études n’ont pas envisagé le sujet de façon interdisciplinaire. Il faut surtout avouer que la plupart des investigations se sont focalisées sur l’emblématique gibet royal de Montfaucon. Pourtant, un travail de fond reste à mener, tant sur les sources écrites que sur les images, mais également en intégrant dans la discussion les données générées par les archéologues et les archéo-anthropologues. Au-delà de l’aspect architectural, les sources écrites et iconographiques contiennent des informations quant à la gestion des fourches patibulaires et au traitement du corps des criminels et des condamnés à mort. De fait, parce qu’ils accueillent des morts, ces espaces d’exécution sont également à penser comme des espaces d’inhumation. Les fouilles archéologiques permettent alors de proposer une étude plus poussée de ces structures, non seulement en réfléchissant sur leur implantation, sur leur mode de construction, mais également en menant une étude sur les individus qui y sont inhumées.

Parallèlement, l’histoire des exécutions publiques connaît un regain d’intérêt à la faveur, notamment, de recherches centrées sur le rituel judiciaire. Ce renouveau invite à repenser et réévaluer les usages des fourches patibulaires pour les périodes médiévale et moderne. Leur étude amène donc à s’interroger sur les détenteurs de telles structures : au Moyen Âge et à l’époque moderne, quelles personnes ou communautés les possèdent ? Au-delà d’un simple droit ou privilège de rendre la justice, ces lieux d’exécution permettent indéniablement de marquer les limites d’une juridiction, de publiciser une justice, et d’ancrer au sol un pouvoir et une autorité judiciaire.  À ce titre, si l’étude des modes de construction permet de dresser une typologie – en s’intéressant aux matériaux, au nombre de poutres et de piliers, etc. –, elle invite également à se pencher sur la symbolique et les conflits qui peuvent découler d’une telle possession. Manifestation physique du pouvoir et de la justice, les fourches sont tout à la fois un lieu de justice, un espace d’exécution, d’exposition, d’inhumation, de contestation ; mais aussi une frontière symbolique (juridictionnelle, politique ou sociale), objet de craintes et surtout de concurrences institutionnelles.

Ce colloque entend, en effet, interroger les divers usages des fourches : les usages sociaux, politiques, judiciaires, funéraires. Il entend aussi comprendre l’enjeu et les moyens de leur construction, ou au contraire de leur destruction. De fait, il entend croiser les regards de différentes disciplines qui prennent les fourches patibulaires comme objet d’étude.

Quatre approches sont ainsi retenues :

1. Un imaginaire : les représentations littéraires et picturales des fourches

2. Un objet : la construction et la destruction des fourches : histoire et géographie de leur implantation, architecture, moyens de leur construction, évolution des techniques de pendaison et d’exposition

3. Un espace particulier : espaces d’exécution, espaces d’inhumation.

4. Un lieu de pouvoir : une manifestation de la justice, symbole de l’autorité, lieu de conflits (sociaux, politiques, juridictionnels), lieu de négociation de l’autorité, un lieu d’appropriations sociales diverses (dérision, sorcellerie…)

Colloque des 23 et 24 janvier 2014

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

10 Esplanade des Antilles

33607 PESSAC

Contacts : m.charageat@free.fr, mathieu.vivas@yahoo.fr, www.msha.fr/

Jeudi 23 janvier

14h00 : Accueil des participants

14h15 : Martine Charageat (Bordeaux 3), Introduction

14h30 : Mathieu Vivas (Bordeaux 3), Les fourches patibulaires au Moyen Âge et à l’époque moderne : état de la question.

15h00 : Fabrice Mauclair (CERHIO), Un objet d’histoire (presque) introuvable : les fourches patibulaires en Touraine (XIIIe-XVIII s.)  

15h30 : Discussion

15h40 : Flocel Sabaté (Lleida), Les fourches patibulaires en Catalogne au bas Moyen Âge

16h10 : Pause

16h30 : Pavlína Mašková (Charles de Prague) & Daniel Wojtucki (Wroclaw), L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)

17h00 : Discussion

17h10 : Pierre Prétou (La Rochelle), Les fourches de justice dans la comptabilité des corps de ville de Gascogne au XVe s.

17h40 : Discussion

17h50 : Vincent Challet (Montpellier III), Les fourches sont-elles vraiment patibulaires? Les fourches et leur contraire dans quelques cas languedociens

18h20 : Discussion

 Vendredi 24 janvier

9h00 : Andrew Reynolds (University College London), Where, when and why : the emergence of Anglo-Saxon judicial practice

9h30 : Discussion

9h40 : Michelle Bubeniceck (UFC Besançon), « Et encourt sont les dictes forches en la dicte place toutes droictes… ». La « guerre des gibets » dans l’État bourguignon naissant (Franche-Comté, XIVe s.)

10h20 : Discussion

10h30 : Pause

10h50 : Christophe Régina (ESPE Aix-Marseille), Exhiber le crime vaincu : les fourches patibulaires et la justice criminelle sous l’Ancien Régime

11h20 : Discussion

11h30 : Samantha Frénée (Orléans), Pirates and Gallows at Execution Dock : Nautical Justice in Early Modern England

12h00 : Discussion

12h10 : Pause déjeuner

14h30 : Cécile Voyer (Bordeaux 3), Fourches patibulaires et corps suppliciés dans les images des XIVe-XVe s.

15h00 : Discussion

15h10 : Sophie Coussemacker (Bordeaux 3), Pendus et gibets dans la littérature ibérique (XIIIe-XIVe s.). Textes et images à partir du Libro del Caballero Zifar

15h40 : Discussion

Organisation : Martine Charageat (Bordeaux 3), Pierre Prétou (La Rochelle), Mathieu Soula (UPPA), Mathieu Vivas (Bordeaux 3)

Image de une : Gibet avec fourches patibulaires représentés sur un plan, aquarelle du XVIIIe siècle. ADHG, 5 J.. Droits réservés.