La condition carcérale

Fleury-Mérogis, quinze morts en neuf mois

Alors que le projet de loi de réforme de la justice est débattu depuis mardi au Sénat, le bilan de la politique carcérale en France pose question.

« Les chiffres du ministère de la justice font honte – estiment dans Le Monde la sénatrice Nathalie Delattre et l’avocat Pierre-Olivier Sur – taux d’occupation moyen des maisons d’arrêt de 142 % ; proportion de détenus présumés innocents en attente de jugement de 28 % ; proportion de malades psychiatriques de 28 %. Et chaque année plus de suicides… » Faisant le constat d’une hausse du taux de récidive, ils suggèrent au regard de cette situation différentes pistes et d’abord de « réserver la détention provisoire avant jugement aux affaires criminelles les plus graves, qui sont les seules qui la justifient (terrorisme, assassinats, viols, atteintes sur enfants) » et qui constituent « moins de 10  % des condamnations prononcées après détention provisoire ». Si l’on excepte cette proportion des 28% de personnes en détention préventive, reste une population en attente de jugement qui pourrait libérer 17 000 places de prison… Idem pour les personnes atteintes de troubles psychiatriques relevant plutôt du ministère de la santé. Des prisons moins surpeuplées permettraient de mettre en place un suivi adapté aux délinquants sexuels, dont on connaît la tendance fatale à la récidive en l’état. Bref, l’exemple de la Scandinavie, « qui a réussi, en limitant la détention provisoire et en favorisant les prisons ” ouvertes ” par un accompagnement des sorties, à diviser par deux le taux de détention et à faire baisser de manière significative les chiffres de la récidive » devrait donc inspirer le législateur …

Par Jacques Munier  pour en savoir plus sur le site de France culture

LE JOURNAL DES IDÉES par Jacques Munier du 11 octobre 2018

 


Vous aimerez aussi...