Les registres matricules des bagnards en ligne sur le site des ANOM

Catégorie : ArchivesGuyane  |  le 18 Septembre 2018 par Guillaume de Morant

Aux archives d’Outre-Mer (ANOM), le site Web vient de s’enrichir d’une nouvelle publication. Vous pouvez désormais y consulter les images des registres matricules auprès de chaque notice de la base. Attention, seules les fiches matricules sont numérisées et en ligne et non les dossiers eux mêmes.

Ceux-ci sont consultables exclusivement en salle de lecture à Aix-en-Provence. Toute recherche revient au chercheur, aucune reproduction n’est expédiée… Précisons également que seuls les dossiers de plus de 75 ans sont communicables à compter de la date de la dernière condamnation figurant au dossier, délai étendu à 100 ans pour les affaires se rapportant à des personnes mineures (loi sur les archives de 2008). La recherche en ligne ne porte que sur les personnes écrouées avant 1890.

Alors bien sûr, seule la consultation du dossier permet d’avoir une information complète. Mais les fiches matricules rattachée à chaque fiche nominative de la base fournissent quand même de précieux détails. Par exemple, pour chaque condamné, vous trouverez son identité complète avec les noms et prénoms de ses parents, date et lieu de naissance, profession,et même une description physique avec sa taille, la couleur de ses cheveux et de ses yeux, la forme de son visage, du front, du nez, du menton, la couleur de son teint et aussi s’il portait une barbe ou non.

Autre mention intéressante, après avoir découvert toutes les indications permettant de l’identifier de manière certaine (avec parfois mention de sa religion), vous lirez dans ces fiches matricules la date, le lieu et le motif de sa condamnation. La fiche indique aussi s’il a été formulé un pourvoi en Cassation. Et enfin, figurent la date et le lieu d’embarquement pour les bagnes coloniaux qui peut-être parfois imprécise (sur la Loire). Dans les feuillets suivants se trouvent encore mille informations parfois édifiantes comme la nature et la durée des condamnations déjà subies, des renseignements sur sa conduite, s’il sait écrire et aussi sur le montant de ses avoirs.

De 1852 à 1953, plus de 100.000 condamnés ont subi leur peine dans les bagnes coloniaux, dont les plus importants furent en Guyane et en Nouvelle-Calédonie. Les bagnards étaient de diverses origines : criminels de droit commun (principalement les condamnés aux travaux forcés ou forçats transférés des bagnes portuaires), des criminels ou délinquants multi-récidivistes considérés comme incorrigibles (désignés par les termes de repris de justice, puis relégués), les opposants politiques (désignés après 1871 comme déportés).

Les dossiers sont évidemment plus complets et comprennent généralement l’extrait de jugement, suivi de différents types de documents annexes comme la mention de punitions ou d’actes de probité, des procès-verbaux d’infractions, d’évasion ou de décès, de la correspondance.

Sur le site, l’accès aux fiches est nominatif, mais il est possible d’effectuer une recherche avec comme seuls critères, les dates et ainsi avoir une liste de toutes les fiches à disposition pour cette période.

Liens


Vous aimerez aussi...