« A la mesure de nos silences » (Sophie Loubière)

Parution du livre le 8 janvier 2015 –  » – Deux jours de ta vie. Deux jours pour changer les choses. « 

Jamais Antoine n’aurait pensé que son grand-père puisse agir ainsi : il y a quelques heures à peine, l’adolescent sortait du lycée, s’apprêtant royalement à rater son bac. Kidnappé par papi à bord d’un vieux coupé Volvo, il roule à présent vers l’inconnu, privé de son iPhone.

À 82 ans, François Valent, journaliste brillant, aura parcouru le monde et couvert tous les conflits du globe sans jamais flancher. S’il a conclu un marché avec son petit-fils, c’est pour tenter de le convaincre de ne pas lâcher ses études.

Mais ce voyage improvisé ne se fera pas sans heurts. La destination vers laquelle le vieil homme conduit Antoine – la ville de Villefranche-de-Rouergue, où il a grandi – a ce parfum particulier du remords. C’est là que l’enfance de François a trébuché. Lors d’un drame sanglant de la Seconde Guerre mondiale dont l’Histoire a gardé le secret.

À la fois quête du souvenir et voyage initiatique, cette échappée belle les révélera l’un à l’autre. La vraie vie n’est jamais là où on l’attend.

Extrait : Charriée par le vent, la clameur des enfants dans la cour d’une école ravivait des souvenirs de craie et d’encrier. Les cyprès tendaient la pointe de leur cône effilé comme une flèche, narguant les nuages d’éternité. A la limite de propriété, le cerisier frémissait sous la brise et ployait sur le sol des branches chargées de fleurs aux coeurs d’or parfumés.

Un vieil homme étendu près de l’arbre opposait son immobilité aux bruissements du feuillage. Mille étoiles palpitaient sous ses paupières et fuyaient s’il tentait d’en suivre la trajectoire. Une petite chienne virevoltait autour de lui ; ses jappements insistants l’éveillèrent enfin. Le vieil homme froissa l’herbe sous ses paumes, porta une main à son visage. Du sang coulait doucement d’une plaie ouverte à la racine des cheveux. Il repoussa la truffe minuscule. Grogna. Palpa la peau sous le chandail – là où s’écrivait une cicatrice verticale. Il parvint à s’asseoir, un poing contre le coeur. La brouette avait chaviré avec lui, déversant son contenu sur le gazon. La fourche à bêcher tenait encore au garde-à-vous, mordant la terre, cette terre plus dense à cet endroit comme pour signifier que rien n’était donné sans effort, que le monde se résumait à l’accomplissement d’une tâche. Du haut de leurs tiges, les iris tiraient des langues velours à l’élève infortuné ; la nature se plaisait à faire la grimace.

Le vertige l’avait surpris alors qu’il attaquait les plates-bandes, et sans doute était-il resté longtemps sans connaissance. Dès l’aube, guettant l’écume du soleil levant, et après quelques longueurs dans la piscine, il s’était armé d’outils, impatient de racler, biner, tailler, remodeler l’univers végétal où la maison était éclose. Cette demeure à l’âme centenaire bâtie sur les bords de Marne, patrie des frênes, des roseaux et des saules blancs, prenait une teinte farouche lorsque la nuit tombait, accrochant des reflets roux à ses fenêtres. Combien de volets à fermer chaque soir ? Une maison trop vaste pour la solitude.

Il semblait au vieil homme qu’un essaim de bourdons encerclait son crâne dans un fracassant vacarme. Rescapé de son propre naufrage, jamais il n’avait rejoint la cuisine d’un pas aussi lent, comptant les battements de son coeur. Cette respiration était celle d’un autre, un faux frère, un souffreteux. Il ouvrit le congélateur, s’empara d’un sachet de petits pois qu’il appuya contre sa tempe et s’affala sur une chaise. Il voulut ensuite se servir un verre d’eau. La bouteille chancelait sous sa paume, versait de travers. Composer le numéro du médecin ne fut guère plus aisé. Il attendit sa venue, figé sur la chaise, négligeant le canapé plus confortable du salon, une chienne poids plume sur les genoux, les épaules si faibles que ses bras en tombaient.

Consigné à l’office.

Le vieil homme affichait une mine coupable, songeant à l’effroi de sa femme si elle l’avait trouvé tout engourdi sur le gazon. Clémence ne se serait pas contentée de lui lécher le menton à la manière de Dora, elle se serait cassé les reins en essayant de le relever, le maudissant, l’accablant de reproches.

Auteure de huit romans, de nouvelles policières (notamment Les petits polars parus en version numérique chez 12/21) et d’un livre pour la jeunesse, Sophie Loubière s’est fait un nom dans le milieu de l’édition grâce à une émission littéraire unique en son genre (Parking de nuit, France Inter) et à ses chroniques à France Info (Info polar). Après L’Enfant aux Cailloux (Prix de la ville de Mauves-sur-Loire et Prix Lion d’or en 2012) et Black Coffee, À la mesure de nos silences est son troisième roman à paraître chez Fleuve Éditions.

Journaliste et romancière, Sophie Loubière s’est longtemps partagée entre le micro (France Inter, France Info) et la plume. Elle publie son premier polar dans la collection « Le Poulpe ». Son univers : la maltraitance des sentiments, les secrets coupables de l’enfance. Femmes au bord du précipice, losers flamboyants ou vieilles dames indignes, de Paris à San Francisco (Dans l’œil noir du corbeau), de sa Lorraine natale à la route 66 (Black coffee), elle construit son ouvrage, plonge le lecteur dans un trouble profond, puisant son inspiration dans des faits réels ou dans ce qui la touche intimement. En 2011, le succès de L’Enfant aux cailloux lui vaut une reconnaissance internationale. Traduit en langue anglaise et disponible dans une vingtaine de pays, le livre fait actuellement l’objet d’une adaptation pour le cinéma. Le huitième roman de Sophie Loubière, À la mesure de nos silences (2015), est un hymne à la vie, entre ombre et lumière…

Éditeur : Fleuve Editions

Sophie Loubière – A la mesure de nos silenceshttps://www.youtube.com/watch?v=xvTWINte1fQ

 


Vous aimerez aussi...