“Coupable en toute innocence” (Heidi Benneckenstein)

Parution du livre le 4 octobre 2018 – Issue d’une famille de Bavière apparemment banale, Heidi grandit sans poupée Barbie ni dessin animé, dans un milieu où l’on prépare l’avènement d’un 4e Reich. On y expédie les enfants dans des camps paramilitaires clandestins, leur inocule la terreur de la guerre imminente et les immunise contre la « société contemporaine décadente ». Fragilisée par un père destructeur mais charismatique dont le fanatisme l’influencera longtemps, Heidi va d’échecs scolaires en échecs professionnels.

Elle n’est quelqu’un que sur la scène néonazie, où elle se radicalise à grand renfort de bières et de baston avec les « antifas ». Elle se rapproche du NPD, fait campagne pour lui, et se lie avec le chanteur néonazi Flex (alias Felix Benneckenstein). La perspective de fonder une famille, la violence des luttes internes, l’incarcération de Felix, et enfin la découverte des crimes xénophobes de la cellule underground de Zwickau (NSU) en 2011 les détermineront tous deux à rompre avec le milieu.

Placés sous protection policière, ils s’engageront activement dans l’association de déradicalisation Exit.

Heidi Benneckenstein, née Heidrun Redeker, a vu le jour en 1993 près de Munich dans une famille de la classe moyenne allemande : père inspecteur des douanes, mère au foyer. Rien que de très normal ? Sauf que les quatre filles du couple sont élevées dans un monde parallèle où l’on cultive la nostalgie du Troisième Reich et le négationnisme. Néonazie convaincue à l’adolescence, Heidi décroche de l’extrême droite à 19 ans et revient sur son passé sidérant dans ce témoignage, dont la publication en Allemagne à l’automne 2017 a été très remarquée.

Elle exerce aujourd’hui le métier d’éducatrice.

Tobias Haberl (Contributeur) , Elisabeth Landes (Traducteur)

Éditeur : Liana Levi