L’immigration arménienne des années 1920 : fantasmes d’une « Asie mineure » en France

Vue d’un café d’Alfortville peuplé d’immigrés arméniens, Paris-Soir, 1933 – source : RetroNews-BnF

À la suite des massacres de civils en Arménie, de nombreux rescapés du génocide trouvent refuge en France. Ils y forment des communautés soudées, sous le regard souvent bienveillant de la presse.

Contraints à l’exil suite au génocide de 1915 [voir notre article], de nombreux Arméniens trouvent refuge en France à partir des années 1920.

Dans le contexte de l’immédiate après-guerre, le pays, qui a subi d’importantes pertes démographiques durant la Première Guerre mondiale, a un grand besoin de main d’œuvre et ouvre volontiers ses portes à ces réfugiés.

Marseille, notamment, devient l’une des villes d’accueil les plus importantes des Arméniens de France, où ils trouvent divers métiers dans les environs du port ou dans les usines florissantes de la cité phocéenne.

Fin 1922, le camp Oddo est ainsi mis à la disposition des réfugiés, où des baraquements accueillent de nombreuses familles démunies, dont le nombre augmente très rapidement : de 400 personnes au début de l’année 1923, ils sont près de 3 000 un an plus tard (le camp sera progressivement évacué et fermera définitivement en avril 1927).

Contrairement aux Polonais, dont l’immigration économique durant l’entre-deux-guerres fut largement décriée, la population arménienne a bonne presse en France.

Le journal local Le Petit Marseillais relaie ainsi volontiers les appels à l’aide de ces réfugiés arméniens « en situation de détresse » et qui suscitent la compassion de l’opinion …

Pour en savoir plus lire le billet publié par Marina Bellot le 8 octobre 2018 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...