La maison d’arrêt et de correction de Segré (1832-1949)

Voisine du tribunal, petite, sombre, composée au rez-de-chaussée d’un atelier et de la chapelle, d’un dortoir à l’étage, la prison de Segré resta en service jusqu’en 1926, mais fut ré-ouverte en 1941 afin d’y enfermer des détenues, jusqu’alors détenues à Caen ou à Rennes pour des délits mineurs – vols ou escroqueries alimentaires. Celles qui y séjournèrent s’accordent à reconnaître la prison humide et insalubre . Après être devenu lieu d’hébergement temporaire pour victimes de bombardements en 1948, on en fait des logements sociaux, ce jusqu’en juillet 1973, quand elle est rasée, ainsi que l’ancien tribunal. Sur le parking qui l’a remplacée, on voit encore un reste des murs. Source : http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/49.html

Segré, Maison d’arrêt …

Biographie sommaire : Un établissement pénitentiaire destiné aux personnes condamnées à un emprisonnement de courte peine est présent dans chaque arrondissement auprès du tribunal de première instance créé par la loi du 28 ventôse an VIII. En 1822, le conseil général vote des crédits pour la construction d’une prison à Segré. Le bâtiment construit sous l’égide de l’architecte départemental Louis François est achevé en avril 1829. L’établissement ferme en octobre 1926 suite à la réforme judiciaire et pénitentiaire mise en place par le décret du 3 septembre 1926. La maison d’arrêt réouverte sous l’Occupation le 1er mars 1941 est exclusivement réservée aux femmes purgeant des peines inférieures à 1 an et 1 jour, parmi elles, des détenues communistes ou provenant de la prison de Fresnes. Dès l’ouverture, des difficultés surgirent et il fut projeté en juin 1941 de fermer l’établissement. Par décret ministériel du 23 octobre 1945, la maison d’arrêt est transformée en maison centrale pour recevoir des femmes condamnées à de longues peines pour collaboration. Dès septembre 1946, il est envisagé une nouvelle fois de fermer la prison. La fermeture est effective après le départ des détenues le 9 avril 1948.

Une première série de 9 registres d’écrou a été versée le 1er octobre 1925 avant la fermeture de la prison. Le 11 juillet 1979, la maison d’arrêt d’Angers qui conservait les archives des établissements fermés de Baugé, Cholet, Saumur et Segré a versé des registres d’écrou établis avant 1940 et un registre des mouvements journaliers daté de 1881 (versement n° 299 recoté en 432 W). Le 29 octobre 1993, le versement des dossiers et registres datant de la période 1941-1949 conservé sous la cote 1382 W est venu compléter le fonds.

En 2001, l’ensemble des registres d’écrou des établissements pénitentiaires (hormis la maison centrale de Fontevrault) a été répertorié dans la sous-série 9 Y en attente de classement définitif en sous-série 2 Y. Les registres d’écrou de la maison d’arrêt de Segré étaient cotés de 9 Y 600 à 9 Y 622.

En 2003, la direction des archives de Maine-et-Loire a décidé que les fonds d’archives des maisons d’arrêt fermées à la fin des années 1940 ou au début des années 1950 seraient classés dans la sous-série 2 Y des archives modernes. Le fonds de la maison d’arrêt et de correction de Segré est conservé sous la cote 2 Y 8.


Vous aimerez aussi...