Violence, genre et « race » : une représentation des hommes et femmes colonisés

Photo extraite de « Madagascar : vues, portraits et types, scènes de la colonisation française », 1900-1910 – source : Gallica-BnF

Pendant la colonisation, à un ordre fondé sur la suprématie des Blancs se sont ajoutés des rapports de genre spécifiques, nourris d’un imaginaire ambivalent à propos des hommes et femmes indigènes.

Cet article est paru initialement sur le site de notre partenaire, le laboratoire d’excellence EHNE (Encyclopédie pour une Histoire nouvelle de l’Europe).

Jusqu’au XIXe siècle, l’esclavage constitue un des principaux fondements des relations nouées entre les puissances européennes et les sociétés qu’elles colonisent. Ce système d’exploitation violent est justifié par des arguments valorisant toujours les apports des hommes blancs et chrétiens à l’humanité et la civilisation.

Membres de « races » considérées comme inférieures, les esclaves sont la propriété de leur maître, comme des choses. Selon leur sexe, hommes et femmes ont des places spécifiques dans l’économie esclavagiste ; les femmes, en particulier, sont aussi victimes d’abus sexuels de la part de leur maître et peuvent être privées de leurs enfants, également propriétés du maître…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  Raphaëlle Branche le 10 octobre 2018 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...