« Des libres en terre de bagne » par Marine Coquet

Des “ libres ”: en terre de bagne

On parle bien souvent du Maroni comme la terre du bagne. Il serait vain de nier cette réalité, au regard des politiques menées par la France en Guyane aux XIXe et XXe siècles. Pourtant, l’histoire du Maroni ne saurait se résumer à celle du bagne, c’est ce que révèle la confrontation des archives nationales et des archives municipales de Saint-Laurent.

Entre 1878 et le début du XXe siècle, ce qui était en 1857 le “centre pénitentiaire agricole” du Maroni s’autonomise du reste de la colonie civile. Il devient un territoire à part, administré par la direction de l’administration pénitentiaire (A.P), créée en 1878 et dont les services et le personnel sont concentrés dans les années 1890 à Saint-Laurent. Bien loin des ambitions colonialistes à l’origine de la fondation d’établissement agricole, le bourg de Saint-Laurent devient “commune pénitentiaire” : le décret du 16 mars 1880 scelle le destin du bourg à celui de l’A.P. et du système-bagne. Il lui donne des moyens financiers et organisationnels singuliers pour répondre à l’impératif posé par la colonisation pénale : faire travailler les libérés, astreints à “ doubler ” leur peine en Guyane, qui sont de plus en plus nombreux et dont la présence à Cayenne est si redoutée par les élites économiques et politiques…

Marine Coquet est l’auteure d’une thèse La ville et le bagne : histoire d’une commune pénitentiaire en terre coloniale, Saint-Laurent du Maroni, Guyane, 1857-1949  sous la direction de Isabelle Merle – Paris, EHESS

Pour en savoir plus lire le billet publié par Marine Coquet sur le site de :

 http://www.une-saison-en-guyane


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.