Présentation (par Christian Carlier)

Histoire penitentiaireLes textes proposés en ligne sur Criminocorpus composent une sélection des articles parus dans les numéros anciens d’Histoire pénitentiaire, depuis le premier numéro paru en juin 2004. Nous souhaitons, ce faisant, les mettre à disposition à un plus grand nombre de personnels du ministère de la Justice et, au-delà, à tout lecteur intéressé, tant cette histoire concerne aussi tout citoyen.

Le texte des articles est, sauf mention contraire, identique à la version originale. L’iconographie a été adaptée.

Cette mise en ligne bénéficie du soutien de l’équipe du SCERI (Direction de l’administration pénitentiaire). Nous tenons tout particulièrement à remercier Stéphanie Tenaillon et Pierre Testault pour leur aide ainsi que Sophie Victorien pour l’édition en ligne.

L’idée de publier une série d’études et de documents consacrés à l’histoire de l’administration pénitentiaire n’est pas neuve[1]. Des velléités de publier une revue à caractère scientifique, au sein de laquelle l’histoire des institutions pénitentiaires aurait une place prépondérante sinon exclusive, se sont manifestées à maintes reprises : lors de la naissance du Service des études de l’administration pénitentiaire, par exemple, à la fin des années 1950 ; ou encore, si l’on prospecte plus en amont, quand l’inspecteur général Louis-Mathurin Moreau-Christophe, l’infatigable compilateur du Code des prisons, demandait, alors qu’il était devenu directeur de la maison centrale d’Ensisheim, au préfet de Colmar de l’aider financièrement en vue de la publication d’une revue « d’histoire de l’administration pénitentiaire ». De tout temps, des responsables institutionnels ou des entrepreneurs moraux (je songe à ceux de la Revue pénitentiaire), et non des moindres, ont aspiré à mieux connaître et faire connaître le passé d’une administration dont ils avaient la charge ou le contrôle. L’intérêt pour l’histoire de l’administration ne fut pas l’apanage des seuls cadres. Alain Gillet a remarquablement démontré, dans son mémoire de sous-directeur consacré à la naissance du syndicalisme pénitentiaire[2], combien les humbles gardiens de la « Belle Époque » manifestaient de curiosité pour l’histoire des prisons, et singulièrement pour l’histoire de « leur » prison, certains, déjà, y consacrant de belles pages chargées d’émotion dans les colonnes du Réveil pénitentiaire d’avant 1914.

Jamais, donc, les « pénitentiaires » n’ont été ignorants de leur histoire, leurs diverses écoles professionnelles lui ont au contraire réservé une place substantielle dans le « cursus » des formations initiales. Et les agents, des plus humbles aux plus élevés dans la hiérarchie, outre qu’ils ont toujours été des vecteurs de transmission d’une histoire orale tissée autant d’événements réels que fantasmatiques – c’est le lot de toute histoire – ont été inlassablement curieux de mieux connaître leurs racines. Non pas, comme l’écrivait Stendhal, par besoin impudent de « montrer ses plaies[3] ». C’est le contraire, et je reprendrai ici à mon compte ce qu’écrivait le grand médiéviste polonais Witold Kula : « Je veux une histoire qui s’efforce de comprendre, non de juger[4]. » Cette soif d’histoire, que chaque pénitentiaire ressent, on peut en trouver un début d’explication dans quelques phrases lumineuses de Lucien Febvre : l’individu isolé (« cette abstraction », dit Febvre) a besoin, pour se développer, pour s’accomplir, de se replonger, de se « réincorporer » dans le groupe[5]. L’une des fonctions essentielles de l’historien consiste, justement, à préserver le lien de la communauté.

Ceci posé, il est un fait, qu’il serait malhonnête de ne pas relever, c’est qu’il a existé pendant trop longtemps une césure entre l’histoire telle que l’Université la met généralement en œuvre et l’histoire telle qu’elle a été longtemps enseignée ou diffusée parmi les pénitentiaires, sous les deux formes de l’histoire anecdotique et de l’histoire du « droit pénitentiaire ». Ce type d’enseignement n’est pas condamnable en soi, sauf qu’il est insuffisant, sinon réducteur. Un mot seulement de l’histoire anecdotique : une anecdote peut illustrer un propos d’historien, elle n’explique absolument rien, c’est même tout le contraire, l’exception – de l’anecdote – confirmant rarement sinon jamais la règle[6]. Quant à l’histoire du droit, il serait niais voire ridicule d’opposer historiens du droit et historiens de la société, les uns et les autres étant complémentaires et la plupart des historiens de l’enfermement ont effectué depuis longtemps un dépassement radical du juridisme. Il suffit pour s’en convaincre de se reporter aux travaux de Jean-Pierre Royer[7], à ceux de Bernard Schnapper[8], ou à la belle thèse de Jacques Lorgnier consacrée à la maréchaussée d’Ancien Régime[9]. La présente série de publications est le fruit de ces lentes maturations. Ce sont elles qui expliquent la composition du comité scientifique , qui comprend trois catégories de personnes : des universitaires, des « pénitentiaires » (cela va du premier surveillant au directeur) ainsi que quelques-uns, dont je suis, qui portent les deux « casquettes ». Ce qui a primé dans notre choix est la qualité des historiens, mais j’ai aussi envie d’ajouter (à l’exception près de ma modeste personne) leur jeunesse. Pas de « grands maîtres » pour patronner cette série d’études, quand même la plupart d’entre les membres du comité scientifique ont une dette infinie envers Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit. Mais de jeunes historiens déjà consacrés ou en passe de le devenir. Ce souci d’éclectisme habite aussi le contenu de notre série d’études.

Composition du comité de rédaction : Corinne Jaladieu, Catherine Prade, Nicolas Derasse, Jean-Claude Fichaux, Laurent Levallois, Bruno Maillard, Marc Renneville, Jacky Tronel, Marcel Vesse, Jean-Claude Vimont, Pascal Vion.


[1] Ce texte est extrait de la présentation du premier volume d’Histoire pénitentiaire (juin 2004), actualisé pour la mise en ligne (avril 2010).

[2] J’ai beaucoup emprunté à ce mémoire dans mon Histoire du personnel des prisons françaises du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, 261 p.

[3] Quoique familier de la lecture de Stendhal, j’ai trouvé cette citation de lui dans Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, Paris, « 10/18 », 1962, p. 133.

[4] Kula (Witold), « Mon éducation sentimentale », Annales. Économies. Sociétés. Civilisations, 44, n° 1, janvier-mars 1989, p. 133-146.

[5] Febvre (Lucien), Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953. Citations dans les pages 3-17 et 82.

[6] L’histoire de l’enfermement se prête particulièrement à ce genre dévoyé : les évasions, pour nous cantonner à un exemple unique, sont – ont toujours été – de l’ordre de l’exceptionnel ; la promiscuité, ou le manque d’hygiène, ou encore le sentiment pour le prisonnier du « temps immobile » sont des structures matérielles ou mentales inhérentes à l’enfermement autrement plus essentielles. Plutôt que les évasions « réalisées », l’historien devrait ouvrir son compas à l’analyse, bien plus pertinente mais bien plus complexe à mettre en œuvre, des « rêves d’évasion ».

[7] Lire de Jean-Pierre Royer son Histoire de la Justice en France parue aux PUF en 2001.

[8] Voir en particulier Schnapper (Bernard), Voies nouvelles en histoire du droit. La justice, la famille, la répression pénale (XVIe- XXe siècles), Paris, PUF, 1991, 680 p.

[9] Lorgnier (Jacques), Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, Paris, L’Harmattan, 1994, 2 vol., 445 et 408 p.