94 – Portrait du jour – Pascal Dessaint, le romancier qui dénonce les crimes infligés à la nature

 

 

Pascal Dessaint développe une œuvre singulière dans le paysage du polar. Depuis plusieurs années, ses livres dénoncent les crimes infligés à la nature. Ses romans ont été récompensés par le Grand Prix de la littérature policière, le Grand Prix du roman noir français, le Prix Mystère de la Critique et le Prix Jean Amila-Meckert … 

Pascal Dessaint ne dédaigne pas à l’occasion le texte court. « En attendant Bukowski » réunit aujourd’hui ses nouvelles les plus sulfureuses, radicales, fin du monde, punk, hot ! Attention danger !

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour notre 94ème Portrait du jour – Criminocorpus nous recevons le romancier Pascal Dessaint.

D’un commun accord avec Pascal nous reproduisons ici le portrait extrait de son site officiel.

Site officiel de Pascal Dessaint https://www.pascaldessaint.fr/Pascal_Dessaint.html

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Biographie officielle : Pascal Dessaint partage sa vie entre le nord de la France où il est né en 1964 et Toulouse où il vit aujourd’hui, deux univers qui nourrissent son inspiration. Ses romans ont été récompensés par plusieurs prix importants dont le Grand Prix de la littérature policière, le Grand Prix du roman noir français, le Prix Mystère de la Critique et le Prix Jean-Amila Meckert. En 1999, il publie « Du bruit sous le silence », premier polar dont l’action se déroule dans le monde du rugby. Depuis « Mourir n’est peut-être pas la pire des choses » (2003), tous ses livres sont sous le signe de la nature malmenée. Il évoque la catastrophe AZF de Toulouse dans « Loin des humains » (2005) et le scandale Metaleurop dans « Les derniers jours d’un homme » (2010). Il propose aussi régulièrement des chroniques et balades « vertes et vagabondes ».

Biographie intime : « Je suis né en 1964 dans une famille ouvrière du Nord. J’ai vécu vingt ans à Coudekerque-Branche. Mon père disait que j’écrivais des mensonges, et il avait raison ! Ma mère a élevé six enfants. Quand j’étais gosse, elle disait que lire rendait moins bête. Je n’avais pas le droit de regarder la télévision le soir. Je lisais donc beaucoup. Je dois le plaisir des mots à mon frère Eusèbe, qui est un superbe poète, et puis à des auteurs comme Bukowski, Miller, Selby, Cendrars… J’écris un premier roman l’année de mon bac. J’y crois. Je monte à Paris et fais le tour des éditeurs. Il me faudra attendre dix ans pour publier. Entre-temps, je me suis installé à Toulouse, qui deviendra le cadre de plusieurs romans. J’arrête mes études en 1989. Après plusieurs années de vaches maigres où j’exerce des métiers tels que veilleur de nuit, gardien de musée ou animateur radio, je publie “Les paupières de Lou”. J’ai la chance alors de rencontrer Claude Mesplède, Michel Lebrun et François Guérif, qui sera mon éditeur pendant plus de vingt ans. « 

NEWSLETTER

LETTRE 32 — AUTOMNE 2018

J’AI LE PLAISIR de vous annoncer la parution en poche de mon roman «UN HOMME DOIT MOURIR» . La couverture reste une des plus belles que j’ai eues !*

TOUJOURS d’actualité : « EN ATTENDANT BUKOWSKI ». On en dit beaucoup de bien ! Attention ! À ne pas mettre entre toutes les mains. Interdit aux moins de 16 ans.*

LES ÉDITIONS DU PETIT ÉCART sortent leur troisième titre en novembre. « MON ENNEMI INTÉRIEUR », une réflexion sur le roman noir par MARIN LEDUN. Un texte exceptionnel À COMMANDER ICI. Attention ! Tirage limité de 500 exemplaires.*

UNE AVENTURE dont je suis très heureux. J’ai préfacé un superbe livre de photographies, « Quand vient le carnaval » par Pierre Volot, Marie Genel et Ludovic Bertin. Aux éditions Ligth Motiv.

Il sortira en librairie en novembre. Mais on peut acheter le livre dès à présent en passant par là : https://fr.ulule.com/quand-vient-le-carnaval/*

LE PROGRAMME de l’automne est délectable. Des festivals formidables dont deux qui font 10 ans : Un Aller/Retour dans le Noir (Pau) et Toulouse Polar du Sud, auquel, en tant que vice-président, j’ai été à l’origine avec Claude Mesplède — une histoire, comme on dit ! L’AGENDA.

EN NOVEMBRE, je commencerai une résidence itinérante de plusieurs mois en Picardie, cela en collaboration avec Colères du Présent. Ça commencera à Drucat, haut lieu des luttes contre la ferme des mille vaches. Ça promet ! Je vous en dis plus bientôt.

Bonne lecture !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.