“Magica habanera : le sortilège vaudou” (Laurence Schwalm)

Parution du livre le 20 novembre 2008 – Carmen, une jeune styliste métropolitaine, s’installe près de Saint Denis, à la Réunion. Elle loue une case abandonnée «la Habana» à laquelle elle redonne patiemment son lustre d’antan. Si la jeune femme tisse facilement des liens avec les habitants de l’île, elle se renferme pourtant peu à peu sur son domaine où persistent traditions et rites magiques, qui l’emmènent à développer d’étranges attitudes… Un sortilège, lancé un siècle plus tôt par une ancienne esclave, paraît ‘être réveillé et les esprits vaudous semblent vouloir jouer encore avec les humains… Est-ce le fruit de l’imagination ou une prédestination qui est à l’oeuvre ?

Délicieux frisson que celui de l’étrange qui, au fil des pages et des scènes nous persuade que des forces mystérieuses sont à l’oeuvre dans le destin de Carmen et d’Inès la jeune amoureuse du XIXe siècle qui l’a précédée à la Habana. L’image paradisiaque de l’île se voile progressivement en resserrant son emprise sur le lecteur, comme hypnotisé par un sortilège vaudou. Un roman captivant, c’est le terme !

Extrait : “Chacun des pas de la visiteuse soulevait une tornade de poussière qui ne dérangeait qu’à peine le ballet des moustiques qui dévoraient sa peau. Cette nuée assoiffée avait éclos dans le petit étang situé juste à côté. Chaque tempête ainsi créée laissait entrevoir le plancher de la varangue, comme on appelle les vérandas sous les tropiques. Cette longue galerie qui ceinturait la maison était plus grande que son appartement parisien ! Les pièces ainsi gagnées sur l’extérieur, délimitées par des claustras et closes de moucharabiehs, procuraient une pénombre rafraîchissante contre l’étouffante chaleur du jardin qu’elle venait de traverser. Les boiseries avaient été miraculeusement épargnées par le temps et les insectes. Des lambrequins ornaient toutes les embrasures, apportant une note artistique avec leurs ciselures ressemblant étonnamment à des vévés, ces dessins de poudres colorées réalisés par les artistes africains ou indiens.

Les décennies paraissaient avoir oublié la case dans un cocon végétal. Malgré son apparence première, cette vaste construction assoupie dans la chaleur et la poussière ne donnait pas l’impression de désolation d’une maison abandonnée. Dès que Carmen l’avait aperçue du bout de l’allée, lors de sa première reconnaissance, elle avait ressenti les signes annonciateurs d’une émotion forte. Cette maison avait quelque chose d’ensorcelant ! Comme si les Loas, les esprits vaudous, en avaient pris possession. On y percevait immédiatement une aura que ne possédaient pas les autres propriétés qu’elle avait visitées ces dernières semaines. Elle savait, depuis qu’elle l’avait découverte, que ce serait dans celle-là qu’elle vivrait et dans aucune autre, ou qu’alors elle reprendrait bientôt un avion pour la métropole en abandonnant son rêve de s’installer à la Réunion.”

Laurence Schwalm a toujours travaillé en indépendante dans les domaines du marketing, de la communication, de la publicité et de la presse. Si elle a écrit pour la presse professionnelle durant presque vingt ans, c’est à la littérature que sa plume aime s’adonner : une pièce de théâtre écrite au collège en 1974, et depuis un roman, Magica Habanera et bientôt, un projet de nouvelles policières ainsi qu’un roman historique…

  • Éditeur : Aparis (20 novembre 2008)
  • Collection : COUP DE CŒUR

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

« J’adorerais ouvrir une collection de romans érotiques ; une collection élégante, nourrie à l’amour courtois de la chevalerie médiévale. Je voudrais réveiller la vraie luxure, celle du plaisir à aimer prendre et offrir le plaisir. Je voudrais qu’on retrouve la luxure dans les belles lettres et non dans le vulgus commun… »

20 – Portrait du jour : Laurence Schwalm et ses sept péchés capitaux

 https://criminocorpus.hypotheses.org/47001

 

 


Vous aimerez aussi...